Utpictura18

Couverture Diderot et le temps

Couverture Le Gout de Diderot

Couverture Fictions de la rencontre : le Roman comique de Scarron

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE L'OEil révolté

Couverture du livre de Richardson Clarisse Harlove, dans l'édition commentée par Stéphane LOJKINE

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE Image et subversion

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE Brutalité et représentation

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE La Scène de roman

Couverture du livre L’Écran de la représentation

Couverture du livre Détournements de modèles
Vient de paraître, Diderot et le temps, Presses universitaires de Provence, 324 p.

Commander le livre
Livre suivant
Section « Diderot » du site

Radio-Télévision Suisse :

Le Goût de Diderot : Greuze, Chardin, Falconet, David, collectif, Hazan, 2013, 400 p.

Catalogue officiel de l’Exposition au Musée Fabre de Montpellier du 05 octobre 2013 au 12 janvier 2014.

Le musée Fabre de Montpellier Agglomération et la Fondation de l’Hermitage de Lausanne s’associent pour célébrer le tricentenaire de la naissance de Denis Diderot (1713 -1784), une figure majeure des Lumières françaises. Philosophe, romancier, dramaturge, encyclopédiste, Diderot a également joué un rôle pionnier dans le domaine des arts, en rédigeant à partir de 1759, pour la Correspondance littéraire, les comptes rendus des expositions de peinture publiques que l’Académie royale organisait tous les deux ans dans le Salon carré du Louvre. Ces Salons serviront et servent encore de modèle et de référence à la critique d’art. A travers une sélection de peintures (Boucher, Chardin, Greuze, Vernet, Vien…), de sculptures (Pigalle, Houdon…), de dessins et de gravures, l’exposition propose un aperçu de ce qu’était le goût des Lumières auquel Diderot fut confronté, et de la manière dont il développa et exerça son goût propre. Sa culture visuelle, plastique, architecturale se développe progressivement, ses Salons deviennent au cours des années 1760 la rubrique fétiche de la Correspondance littéraire. Dans les années 1770, il est sollicité comme courtier par Catherine II lors des grandes ventes des collections privées françaises. Gœthe lit ses Essais sur la peinture en Allemagne, ses idées esthétiques et sa dramaturgie influencent de façon décisive le Sturm und Drang. Mais ce qu’on retiendra surtout, ce sont les mises en relation audacieuses qu’il propose, où genres, modes, médiums se rencontrent : Greuze avec Boucher, le vrai faux et le faux vrai libertin ; Deshays, Casanove, Doyen et David qui peignent en poètes, entre épopée et simplicité sublime ; Vernet le paysagiste avec les verres et les fruits de Chardin, pour la magie de l’art.

L’exposition propose au spectateur de faire l’expérience de ces rencontres, guidé par la verve inimitable de Diderot. Après une section introductive rappelant la culture artistique de Diderot et l’importance des Salons dans la vie culturelle de l’époque, le parcours s’articule autour de quatre thèmes reflétant le goût et l’esthétique du philosophe : le problème de la vérité, la poésie de la peinture, la magie de l’art, le rapport à l’espace et aux volumes dans la sculpture et les monuments publics.