Utpictura18

Couverture Diderot et le temps

Couverture Le Gout de Diderot

Couverture Fictions de la rencontre : le Roman comique de Scarron

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE L'OEil révolté

Couverture du livre de Richardson Clarisse Harlove, dans l'édition commentée par Stéphane LOJKINE

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE Image et subversion

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE Brutalité et représentation

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE La Scène de roman

Couverture du livre L’Écran de la représentation

Couverture du livre Détournements de modèles
Nouvelles notices : Térence, dix siècles d'illustration théâtrale
Adresse complète
à Toulouse
à Aix

This picture is not the one you were looking for ? Please click on the links on the right (darker text) and enlarge your search by author, date, textual source, subject...etc
Combat de Mars et de Minerve - David
Combat de Mars et de Minerve - David Auteur : David, Jacques-Louis (1748-1825)

Datation : 1771

Source textuelle : Homère, Iliade, chant 21 (Achille contre le fleuve Scamandre) v. 392-431

Sujet de l’image : Sujet mythologique. Athéna

Nature de l’image : Peinture sur toile
Dimensions :  Hauteur 114 * Largeur 140 cm

Lieu de conservation : Paris, Musée du Louvre, INV 3695
Notice n° B5781   (n°15 sur 18)  Notice précédente  Notice suivante  Toutes les notices 
1. Inscriptions, signatures. 2. Historique, auteur, fabrication, commanditaires. 3. Variantes, œuvres en rapport :
2. Second grand prix de 1771.
Saisie révolutionnaire.
3. Esquisse au Palais des beaux arts de Lille.

Analyse de l’image :
     « Le premier, [Arès] se jette sur Athéna, la lance de bronze à la main et lui tient ces propos injurieux : “Pourquoi, mouche à chien, te mets-tu donc encore les dieux en conflit, avec une audace folle, dès que ton grand cœur t’y pousse ?" [...] Il dit et il frappe l’égide frangée, redoutable, dont ne triomphe pas la foudre même de Zeus. C’est là qu’Arès meurtrier touche Athéna avec sa longue pique. Athéna recule et, de sa forte main, saisit une pierre, qui se trouve là dans la plaine, noire, rugueuse, énorme. [...] Elle en frappe l’ardent Arès au cou et lui rompt les membres. Il tombe et, sur le sol, il couvre sept arpents. Ses cheveux sont souillés de poussière ; ses armes vibrent sur lui. Pallas Athéna éclate de rire et, triomphante, elle lui dit ces mots ailés : “Pauvre sot ! tu n’as donc pas compris encore à quel point je puis me flatter d’être plus forte que toi ?”
   [Aphrodite intervient alors et essaye de sauver Arès.]
   Athéna s’élance derrière elle, le cœur plein de joie ; elle attaque, en frappant en pleine poitrine, de sa forte main. Aphrodite ne va pas plus loin : elle a les genoux et le cœur rompus. Les voilà tous deux étendus sur la terre nourricière et, triomphante, Athéna dit ces mots ailés : “Tel soit le sort de tous les protecteurs de Troie, s’ils combattent les guerriers d’Argos avec l’impudence et l’audace de cette Aphrodite qui se porte au secours d’Arès, en affrontant ma fureur !” » (Iliade, XXI, 392-431.)

Informations sur l’image :
Auteur du cliché : Paris, Réunion des Musées Nationaux, Hervé Lewandowski
Traitement de l’image : Image Web
Localisation de la reproduction : http://commons.wikimedia.org/
Reproduction interdite
Informations sur la notice :
Auteur de la notice : Stéphane Lojkine     Date de création : 03/08/2018
Auteur des modifications : Stéphane Lojkine     Date de Modification : 03/08/2018
Les notices sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être reproduites ni faire l’objet de quelque transaction que ce soit sans leur autorisation expresse et écrite.