Utpictura18

Couverture Diderot et le temps

Couverture Le Gout de Diderot

Couverture Fictions de la rencontre : le Roman comique de Scarron

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE L'OEil révolté

Couverture du livre de Richardson Clarisse Harlove, dans l'édition commentée par Stéphane LOJKINE

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE Image et subversion

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE Brutalité et représentation

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE La Scène de roman

Couverture du livre L’Écran de la représentation

Couverture du livre Détournements de modèles
Découvrir le Master LIPS « Littérature et Psychanalyse »
Adresse complète
à Toulouse
à Aix

This picture is not the one you were looking for ? Please click on the links on the right (darker text) and enlarge your search by author, date, textual source, subject...etc
Léonide dérobe des lettres à Céladon endormi (L’Astrée, 1733, II, 7) - Guélard
Léonide dérobe des lettres à Céladon endormi (L’Astrée, 1733, II, 7) - Guélard Graveur : Guélard, Jean-Baptiste Antoine, grav. parisien actif 1730-1755

Cette notice fait partie d’une série : L’Astrée de M. d’Urfé, Paris, Pierre Witte & Didot, 1733, 5 vol. in-12 (pièce ou n° 19 / 60)

Datation : 1733

Source textuelle : L’Astrée, 2ème partie, 1610 Livre 7

Sujet de l’image : Fiction, 17e siècle

Nature de l’image : Gravure sur cuivre

Lieu de conservation : Paris, Bibliothèque nationale de France, Réserve, Y2-7042
Notice n° B5556   (n°13 sur 23)  Notice précédente  Notice suivante  Toutes les notices 
1. Inscriptions, signatures. 2. Historique, auteur, fabrication, commanditaires. 3. Variantes, œuvres en rapport :
1. Signé sous la gravure à droite « Guélard sculp. »

Analyse de l’image :
    Léonide découvre sur les bords du Lignon un berger endormi. Elle le prend pour Licidas et lui dérobe plusieurs lettres. Il s’agit en fait de Céladon.
   
    « Tant y a qu’elle s’assist aupres de Celadon, pensant qu’il fust Lycidas, mais voyant qu’il ne s’esveilloit point, elle resolut de continuer son voyage, et le laisser en repos. Il estoit couché sur le costé, et le petit sac où il souloit tenir ses lettres paroissoit un peu hors de sa poche, d’autant que sa juppe s’estoit retroussee. Elle y porta curieusement la main, et le tirant doucement sans qu’il s’esveillast, fit dessein de voir ce que c’estoit, et le luy faire chercher quelque temps avant que de le luy rendre, si c’estoit chose qui en meritast la peine. Elle part donc avec ce larrecin, et laisse ce Berger endormy, qu’incontinent apres se resveilla. Et parce que le Soleil commençoit de passer sa chaleur plus ardente, et qu’il ne s’estoit mis aupres de ceste fontaine que pour jouyr du frais que son onde et l’ombrage des arbres voisins y conservoient, il partit de ce lieu, et se mit dans le plus sauvage du bois. »

Informations sur l’image :
Auteur du cliché : Paris, Bibliothèque nationale de France
Traitement de l’image : Image Web
Localisation de la reproduction :
Reproduction interdite
Informations sur la notice :
Auteur de la notice : Stéphane Lojkine     Date de création : 15/12/2017
Auteur des modifications : Stéphane Lojkine     Date de Modification : 19/12/2017
Les notices sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être reproduites ni faire l’objet de quelque transaction que ce soit sans leur autorisation expresse et écrite.