Utpictura18

Couverture Diderot et le temps

Couverture Le Gout de Diderot

Couverture Fictions de la rencontre : le Roman comique de Scarron

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE L'OEil révolté

Couverture du livre de Richardson Clarisse Harlove, dans l'édition commentée par Stéphane LOJKINE

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE Image et subversion

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE Brutalité et représentation

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE La Scène de roman

Couverture du livre L’Écran de la représentation

Couverture du livre Détournements de modèles
Vient de paraître, Diderot et le temps, Presses universitaires de Provence, 324 p.
Adresse complète
à Toulouse
à Aix

This picture is not the one you were looking for ? Please click on the links on the right (darker text) and enlarge your search by author, date, textual source, subject...etc
La mort de Bara - David
La mort de Bara - David Auteur : David, Jacques-Louis (1748-1825)

Datation : 1793

Sujet de l’image : Histoire moderne. 18e siècle. La révolution française. Bara

Nature de l’image : Peinture sur toile
Dimensions :  Hauteur 119 * Largeur 156 cm

Lieu de conservation : Avignon, Musée Calvet, inv. 146

Bibliographie : Antoine Schnapper et Arlette Sérulaz, David (cat), RMN, 1989, n°122, p. 289
Notice n° B4012   (n°1 sur 1) 
1. Inscriptions, signatures. 2. Historique, auteur, fabrication, commanditaires. 3. Variantes, œuvres en rapport :
2. Peint sur décision de la Convention du 28 décembre 1793, resté inachevé. Conservé dans l’atelier de David dit des Horaces au Louvre jusqu’en 1805.
3. Une copie contemporaine, datant de 1794, est exposée au Musée de la Révolution à Vizille.

Analyse de l’image :
     Bara servait dans l’armée de Bressuire, auprès de l’officier Desmarres.
    « Ce généreux enfant, entouré hier par des brigands, a mieux aimé périr que de se rendre et leur livrer deux chevaux qu’il conduisait. Aussi vertueux que courageux, se bornant à sa nourriture et à son habillement, il faisait passer à sa mère tout ce qu’il pouvait se procurer ; il la laisse avec plusieurs filles et son jeune frère infirme sans aucune espèce de secours. Je supplie la Convention de ne pas laisser cette malheureuse mère dans l’horreur de l’indigence… » (Lettre de l’officier Desmarre au Moniteur du 27 frimaire An 2, 17 décembre 1793.)
    Robespierre demande les honneurs du Panthéon pour Bara et réécrit l’histoire de sa fin: « Entouré de brigands qui, d’un côté lui présentaient la mort et de l’autre lui demandaient de crier Vive le Roi ! il est mort en criant Vive la République ! Ce jeune enfant nourrissait sa mère avec sa paye, il partageait se soins entre l’amour filial et l’amour de la Patrie. Il n’est pas possible de choisir un plus bel exemple, un plus parfait modèle pour exciter dans les jeunes cœurs l’amour de la gloire, de la Patrie et de la vertu. »

Informations sur l’image :
Auteur du cliché : Avignon, Musée Calvet
Traitement de l’image : Scanner
Localisation de la reproduction : Collection particulière (Cachan)
Reproduction interdite
Informations sur la notice :
Auteur de la notice : Stéphane Lojkine     Date de création : 02/11/2016
Auteur des modifications : Stéphane Lojkine     Date de Modification : 02/11/2016
Les notices sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être reproduites ni faire l’objet de quelque transaction que ce soit sans leur autorisation expresse et écrite.