Utpictura18

Couverture Diderot et le temps

Couverture Le Gout de Diderot

Couverture Fictions de la rencontre : le Roman comique de Scarron

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE L'OEil révolté

Couverture du livre de Richardson Clarisse Harlove, dans l'édition commentée par Stéphane LOJKINE

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE Image et subversion

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE Brutalité et représentation

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE La Scène de roman

Couverture du livre L’Écran de la représentation

Couverture du livre Détournements de modèles
Nouvelles notices : Térence, dix siècles d'illustration théâtrale
Adresse complète
à Toulouse
à Aix

This picture is not the one you were looking for ? Please click on the links on the right (darker text) and enlarge your search by author, date, textual source, subject...etc
La mort de Marat - David
La mort de Marat - David Auteur : David, Jacques-Louis (1748-1825)
Œuvre signée.

Datation : 1793   (Œuvre datée)

Sujet de l’image : Histoire moderne. 18e siècle. La révolution française
Dispositif : Personnage unique

Nature de l’image : Peinture sur toile
Dimensions :  Hauteur 165 * Largeur 128 cm

Lieu de conservation : Bruxelles, Musées royaux des beaux-arts, n°inv. 3260

Bibliographie : Antoine Schnapper et Arlette Sérulaz, David (cat), RMN, 1989, n°118, p. 282
Notice n° B4009   (n°6 sur 17)  Notice précédente  Notice suivante  Toutes les notices 
1. Inscriptions, signatures. 2. Historique, auteur, fabrication, commanditaires. 3. Variantes, œuvres en rapport :
Mentions à l’intérieur de l’image (hors signature et date).
1. Dédicace, signature et date en bas à droite : « À MARAT, | DAVID. | L’AN - DEUX »
La lettre de Charlotte Corday est datée du jour de l’assassinat de Marat : « Du 13 juillet 1793. | marie anne Charlotte | Corday au citoyen | Marat. | il suffit que je sois | bien malheureuse | pour avoir droit | a votre bienveillance ».
2. Demandé à David par Guirault, porte-parole de la section du Contrat social à la Convention le 14 juillet 1793 : le peintre annonce son achèvement le 14 octobre et demande à l’exposer chez lui. Offert à la Convention le 14 novembre, il est placé dans la salle d’Assemblée en pendant à « Le Pelletier », de part et d’autre de la tribune du président. Les deux sont retirés le 9 février 1795, mais ne sont rendus à David, sur sa demande, que le 27 octobre.
Legs en 1886 de Jules David-Chassagnol, Paris. Entre en 1893 au musée.

Informations sur l’image :
Auteur du cliché : Bruxelles, Musées royaux des beaux-arts
Traitement de l’image : Image Web
Localisation de la reproduction : https://artsandculture.google.com (Google Arts & Culture)
Reproduction interdite
Informations sur la notice :
Auteur de la notice : Stéphane Lojkine     Date de création : 02/11/2016
Auteur des modifications : Stéphane Lojkine     Date de Modification : 22/05/2019
Les notices sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être reproduites ni faire l’objet de quelque transaction que ce soit sans leur autorisation expresse et écrite.