Utpictura18

Couverture Diderot et le temps

Couverture Le Gout de Diderot

Couverture Fictions de la rencontre : le Roman comique de Scarron

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE L'OEil révolté

Couverture du livre de Richardson Clarisse Harlove, dans l'édition commentée par Stéphane LOJKINE

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE Image et subversion

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE Brutalité et représentation

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE La Scène de roman

Couverture du livre L’Écran de la représentation

Couverture du livre Détournements de modèles
Nouvelles notices : Térence, dix siècles d'illustration théâtrale
Adresse complète
à Toulouse
à Aix

This picture is not the one you were looking for ? Please click on the links on the right (darker text) and enlarge your search by author, date, textual source, subject...etc
Le suicide d’Aline (Aline &Valcour, 1795, t4, VIII face p. 332)
Le suicide d’Aline (Aline &Valcour, 1795, t4, VIII face p. 332)
Cette notice fait partie d’une série : Aline et Valcour ou Le Roman philosophique, Paris, Veuve Girouard, 1795 (pièce ou n° 16 / 16)

Datation : 1795

Source textuelle : Sade, Donatien Alphonse François, marquis de (1740-1814) Aline et Valcour

Sujet de l’image : Fiction, 18e siècle

Nature de l’image : Gravure sur cuivre

Lieu de conservation : Paris, Bibliothèque nationale de France, Département Littérature et art, ENFER 2578 (4)
Notice n° B2727   (n°16 sur 16)  Notice précédente  Toutes les notices 
1. Inscriptions, signatures. 2. Historique, auteur, fabrication, commanditaires. 3. Variantes, œuvres en rapport :
1. Au-dessus de la gravure, à gauche « Tom. 4. », au centre « Partie 8. », à droite « Pag. 332 ».
Légende sous la gravure : « Oh Monsieur quel spectacle ! »

Analyse de l’image :
     « je me précipitai dans son appartement avec une inquiétude inexprimable.
   O monsieur ! quel spectacle !… il m’est impossible de vous le peindre ; … cette chère maîtresse, … cetange du ciel que je pleurerai toute ma vie ; … elle était à terre … elle était noyée dans son sang ; elle avait devant elle les tresses des cheveux de madame, au milieu desquelles elle avait placé le portrait en miniature qu’elle possédait de cette mère respectable. Il est à croire qu’elle s’était poignardée devant ces chers objets de son cœur, et qu’à mesure que la perte de son sang lui avait ôté ses forces, elle était tombée sur ses genoux à la renverse ; telle était la position où je la trouvai. L’arme qu’elle avait employée était une branche de longs ciseaux dont elle se servit à sa toilette… » (Julie à Déterville)

Informations sur l’image :
Auteur du cliché : Paris, Bibliothèque nationale de France
Traitement de l’image : Image Web
Localisation de la reproduction : http://gallica.bnf.fr
Reproduction interdite
Informations sur la notice :
Auteur de la notice : Stéphane Lojkine     Date de création : 21/08/2015
Auteur des modifications : Stéphane Lojkine     Date de Modification : 22/01/2018
Les notices sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être reproduites ni faire l’objet de quelque transaction que ce soit sans leur autorisation expresse et écrite.