Utpictura18

Couverture Diderot et le temps

Couverture Le Gout de Diderot

Couverture Fictions de la rencontre : le Roman comique de Scarron

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE L'OEil révolté

Couverture du livre de Richardson Clarisse Harlove, dans l'édition commentée par Stéphane LOJKINE

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE Image et subversion

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE Brutalité et représentation

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE La Scène de roman

Couverture du livre L’Écran de la représentation

Couverture du livre Détournements de modèles
Nouvelles notices : Térence, dix siècles d'illustration théâtrale
Adresse complète
à Toulouse
à Aix

This picture is not the one you were looking for ? Please click on the links on the right (darker text) and enlarge your search by author, date, textual source, subject...etc
Le marquis D** voit de sa fenêtre Mlle de Mongol lisant (Les Sonnettes, 1751)
Le marquis D** voit de sa fenêtre Mlle de Mongol lisant (Les Sonnettes, 1751)
Cette notice fait partie d’une série : [Guillard de S.,] Les Sonnettes…, Berg-op-Zoom, F. de Richebourg, 1751 (pièce ou n° 1 / 3)

Datation : 1751

Source textuelle : [Guillard de Servigné,] Les Sonnettes ou Mémoires du marquis D** (1751) Romanciers libertins du 18e siècle, éd Wald Lasowski, Pléiade, 2000, p. 990

Sujet de l’image : Fiction, 18e siècle

Objets indexés dans l’image :
Femme étendue sur un lit / Fenêtre / Quatrième mur / Sol en damier

Lieu de conservation : Paris, Bibliothèque nationale de France, Réserve, Enfer 1269
Notice n° B2474   (n°11 sur 35)  Notice précédente  Notice suivante  Toutes les notices 
1. Inscriptions, signatures. 2. Historique, auteur, fabrication, commanditaires. 3. Variantes, œuvres en rapport :
2. Face p. 28.

Analyse de l’image :
     « Ma chambre étoit sur le derriere de l’Hôtel ; un petit bruit me fait tourner la tête, j’apperçois dans un des appartemns d’un Hôtel voisin une beauté charmante, & qui sembloit âgée au plus de seize ans : elle entra en chantant & folâtrant. Une femme de chambre portoit devant elle deux bougies, j’éteignis les miennes, & j’ouvris doucement ma fenêtre. Quelque chose de plus fort que la curiosité me faisoit souhaiter de discerner exactement tout ce que je voyois. Ah, je n’en vis que trop ! Qu’on se figure un jeune assailli de désirs qu’il ne connoît pas, qu’il veut démêler, & qui se confondent ; qu’on e mette à ma place, é qu’il essuye le charmant supplice de voir deshabiller en détail le plus beau corps qui ait été jamais. On ôte la robe, la finesse de la taille en devient mieux marquée ; le mouchoir, ce gardien aussi jaloux que le Dragon des Hespérides, ne cache plus les pommes du Jardin de l’Amour : à mesure que l’on délace le corset, les graces s’échapent, elles ne sont plus couvertes que d’un voile léger : cette chaussure galante laisse bientôt voir une jambe fate au tour, & d’une blancheur à éblouir. Qui ne se seroit pas alors trouvé heureux d’embrasser ses genoux, & de lui jurer une flâme aussi réelle que le prix des objets ? Mes yeux faisoient mille larcins, & me donnoient l’idée confuse de mille autres ; ma séduction & mon délire étoient au comble, cependant elle se met au lit ; mon bonheur voulut qu’il fît une extrême chaleur, les fenêtres resterent ouvertes, les rideaux ne furent point tirés, & la femme de chambre sortit, après avoir approché du lit une table avec des lumières. Ma jeune Déesse prit sous son chevet une brochure, & l’ouvrit. Il me fut aisé de juger que cette lecture l’attachoit : que ne voyent pas les yeux d’un Amanat ? Car sans doute je l’étois devenu. Je crus appercevoir une epression de langueur, répandue dans toute sa personne. Quelques moments après sa tête se panche, le livre lui échappe, elle étend ses beaux bras, sa respiration devient précipitée, son sein timide & naissant s’éleve & s’abaisse, & ses yeux fermés me font craindre qu’elle n’ait perdu l’usage des sens… »

Informations sur l’image :
Auteur du cliché : Paris, Bibliothèque nationale de France, Réserve
Traitement de l’image : Image Web
Localisation de la reproduction :
Reproduction interdite
Informations sur la notice :
Auteur de la notice : Stéphane Lojkine     Date de création : 16/11/2014
Auteur des modifications : Stéphane Lojkine     Date de Modification : 09/01/2016
Les notices sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être reproduites ni faire l’objet de quelque transaction que ce soit sans leur autorisation expresse et écrite.