Utpictura18

Couverture Diderot et le temps

Couverture Le Gout de Diderot

Couverture Fictions de la rencontre : le Roman comique de Scarron

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE L'OEil révolté

Couverture du livre de Richardson Clarisse Harlove, dans l'édition commentée par Stéphane LOJKINE

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE Image et subversion

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE Brutalité et représentation

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE La Scène de roman

Couverture du livre L’Écran de la représentation

Couverture du livre Détournements de modèles
Nouvelles notices : Térence, dix siècles d'illustration théâtrale
Adresse complète
à Toulouse
à Aix

This picture is not the one you were looking for ? Please click on the links on the right (darker text) and enlarge your search by author, date, textual source, subject...etc
Le frère cadet s’interpose pour Berilla (Gaudentio di Lucca, 1786) - Burney
Le frère cadet s’interpose pour Berilla (Gaudentio di Lucca, 1786) - Burney Auteur : Burney, Edward Francis (1760-1848)
Œuvre signée.
Graveur : Walker, William (1729-1793)

Cette notice fait partie d’une série : [Berington,] The adventures of Signor Gaudentio di Lucca, Londres, 1786 (pièce ou n° 2 / 3)

Datation : 1786   (Œuvre datée)

Source textuelle : Berington, The Adventures of Sigr. Gaudentio di Lucca (1737)

Sujet de l’image : Fiction, 18e siècle

Nature de l’image : Gravure sur cuivre
Notice n° B2093   (n°3 sur 24)  Notice précédente  Notice suivante  Toutes les notices 
Comparaison avec d’autres notices : Histoire des Sévarambes. Calénis (Dess pour les Voyages imaginaires) - Marillier

1. Inscriptions, signatures. 2. Historique, auteur, fabrication, commanditaires. 3. Variantes, œuvres en rapport :
1. Signé sous l’image à gauche « E. F. Burney del. », à droite « Walker sculp. ».
Mention en bas de la page : « Published as the Ac directs by Harrison & Co. April 8. 1786. »

Analyse de l’image :
     La belle Berilla a donné des gages d’amour égaux aux deux fils du Pophar. Celui-ci, sommé de trancher entre eux, condamne Berilla au célibat.
    « L’Assemblée allait se séparer, quand le frere cadet, se jettant à genoux, s’écria, arrêtez, j’aime mieux renoncer à tous mes droits que de voir l’aimable Berilla si rigoureusement traitée ; c’est moi qu’il faut punir des disgraces que je lui ai attirées ! Prenez-la, mon frere, puissiez-vous vivre éternellement heureux avec elle. Et vous, chere Berilla, pardonnez-moi la peine que mon amour innocent vous a causée, c’est l’unique grace que je vous demande. Toute l’Assemblée s’étoit déjà levée, & ce généreux Amant s’en alloit, lorsque le Régent l’arrêta. Attendez, mon fils, lui dit-il, vous méritez que votre amour soit couronné ; vous n’avez plus de rival, Berilla est à vous ; vous vous l’êtes acquise en préférant son bonheur au vôtre, vous vous aimez tous deux, puisse cet amour durer autant que vous ! » (Trad. fçe 1753, vol. 3, p. 183-184)
    Gaudence, qui est peintre, fait un tableau de cette scène, qu’il offre à Sophrosine, fille du Pophar, dont il est amoureux.

Informations sur l’image :
Auteur du cliché :
Traitement de l’image : Image Web
Localisation de la reproduction :
Reproduction interdite
Informations sur la notice :
Auteur de la notice : Stéphane Lojkine     Date de création : 16/08/2014
Auteur des modifications : Stéphane Lojkine     Date de Modification : 09/01/2016
Les notices sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être reproduites ni faire l’objet de quelque transaction que ce soit sans leur autorisation expresse et écrite.