Utpictura18

Couverture Diderot et le temps

Couverture Le Gout de Diderot

Couverture Fictions de la rencontre : le Roman comique de Scarron

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE L'OEil révolté

Couverture du livre de Richardson Clarisse Harlove, dans l'édition commentée par Stéphane LOJKINE

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE Image et subversion

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE Brutalité et représentation

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE La Scène de roman

Couverture du livre L’Écran de la représentation

Couverture du livre Détournements de modèles
Découvrir le Master LIPS « Littérature et Psychanalyse »
Adresse complète
à Toulouse
à Aix

This picture is not the one you were looking for ? Please click on the links on the right (darker text) and enlarge your search by author, date, textual source, subject...etc
Galathée rend à Meril le sac de lettres (L’Astrée, 1733, II, 3) - Gravelot
Galathée rend à Meril le sac de lettres (L’Astrée, 1733, II, 3) - Gravelot Auteur : Gravelot, Hubert-François Bourgignon dit (1699-1773)
Œuvre signée.
Graveur : Guélard, Jean-Baptiste Antoine, grav. parisien actif 1730-1755

Cette notice fait partie d’une série : L’Astrée de M. d’Urfé, Paris, Pierre Witte & Didot, 1733, 5 vol. in-12 (pièce ou n° 15 / 60)

Datation : 1733

Source textuelle : L’Astrée, 2ème partie, 1610 Livre 3

Sujet de l’image : Fiction, 17e siècle

Nature de l’image : Gravure sur cuivre

Lieu de conservation : Paris, Bibliothèque nationale de France, Réserve, Y2-7042
Notice n° B1941   (n°1 sur 1) 
1. Inscriptions, signatures. 2. Historique, auteur, fabrication, commanditaires. 3. Variantes, œuvres en rapport :
1. Signé sous la gravure à gauche « Gravelot inv. », à droite « Guélard Sculp. »
Au-dessus de l’image à gauche « II. Part. 87. »
2. Avant la p. 87.

Analyse de l’image :
     « Si Galathée avoit sçeu un peu des affaires de Celadon, par les lettres d’Astrée, elle en apprit tant par le rapport de Meril, que pour son repos, il eust esté bon qu’elle en eust esté plus ignorante. Toutesfois en se flattant elle se figuroit que le mépris d’Astrée pourroit luy ouvrir plus aisément le chemin a ce qu’elle desiroit. Escoliere d’Amour ! qui ne sçavoit pas qu’Amour ne meurt jamais en un cœur genereux, que la racine n’en soit entierement arrachee. En ceste esperance elle escrivit un billet qu’elle plia sans le cacheter, et le mit entre ceux d’Astrée. Puis donnant le sac à Meril : — Tien, luy dit-elle, Meril, rends ce sac à Celadon, et luy dy que je voudrois luy pouvoir rendre aussi bien tout le contentement qui luy deffaut. Que s’il se porte bien, et qu’il me vueille voir, dy luy que je me trouve mal ce matin. Elle disoit cela, afin qu’il eust loisir de visiter ses papiers, et de lire celuy qu’elle luy escrivoit. Meril s’en alla. »

Informations sur l’image :
Auteur du cliché : Paris, Bibliothèque nationale de France
Traitement de l’image : Image Web
Localisation de la reproduction :
Reproduction interdite
Informations sur la notice :
Auteur de la notice : Stéphane Lojkine     Date de création : 25/07/2014
Auteur des modifications : Stéphane Lojkine     Date de Modification : 19/12/2017
Les notices sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être reproduites ni faire l’objet de quelque transaction que ce soit sans leur autorisation expresse et écrite.