Utpictura18

Couverture Diderot et le temps

Couverture Le Gout de Diderot

Couverture Fictions de la rencontre : le Roman comique de Scarron

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE L'OEil révolté

Couverture du livre de Richardson Clarisse Harlove, dans l'édition commentée par Stéphane LOJKINE

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE Image et subversion

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE Brutalité et représentation

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE La Scène de roman

Couverture du livre L’Écran de la représentation

Couverture du livre Détournements de modèles
Découvrir le Master LIPS « Littérature et Psychanalyse »
Adresse complète
à Toulouse
à Aix

This picture is not the one you were looking for ? Please click on the links on the right (darker text) and enlarge your search by author, date, textual source, subject...etc
La servante accusée (Dend hyrdinde Astrea, 1645) - Petersen
La servante accusée (Dend hyrdinde Astrea, 1645) - Petersen Auteur : Petersen, Mattis (1614-1676), graveur à Husum

Cette notice fait partie d’une série : Dend hyrdinde Astrea, trad. danoise Søren Terkelsen, Lyckstadt, 1645 (pièce ou n° 14 / 15)

Datation : 1645

Source textuelle : L’Astrée, 1ère partie, 1607

Sujet de l’image : Fiction, 17e siècle

Nature de l’image : Gravure sur cuivre

Lieu de conservation : Londres, British Library, 12510.a.1.
Notice n° B1938   (n°1 sur 1) 
1. Inscriptions, signatures. 2. Historique, auteur, fabrication, commanditaires. 3. Variantes, œuvres en rapport :
1. Gravure non signée.
2. Deuxième livre de la première partie.

Analyse de l’image :
    La dame mystérieuse accuse sa servante d’avoir dévoilé à Alcippe son identité. En fait Alcippe l’a découvert tout seul, en utilisant un subterfuge que lui a suggéré son ami Clindor. Il a coupé une frange du lit, puis visité le lendemain les meilleures maisons de Marcilly, jusqu’à y retrouver la même étoffe.
   
    « Mais la premiere fois que par apres il y retourna, lors qu’il estoit prest à se lever le matin, il la conjura de ne se vouloir plus cacher à luy, qu’aussi bien c’estoit peine perduë, puis qu’il sçavoit asseurément qu’elle estoit une telle. Elle s’oyant nommer fut sur le point de parler, toutesfois elle se teut , et attendit que la vieille feust venuë, à laquelle quand Alcippe fut sorty du lict, elle fit tant de menaces, croyant que ce fust elle qui l’eustdécouverte, que cette pauvre femme s’en vint toute tremblante jurer à mon pere qu’il se trompoit. Luy alors en souriant, luy raconta la finesse dont il avoit usé, et que ç’avoit esté de l’invention de Clindor ; elle, bien aise de ce qu’il luy avoit descouvert, apres mille sermens du contraire, r’entra le dire à ceste Dame, qui mesme s’estoit levée pour oüyr les discours. Et quand elle sçeut que Clindor en avoit esté l’inventeur, elle tourna toute sa colere contre luy ».

Informations sur l’image :
Auteur du cliché : Londres, British Library
Traitement de l’image : Image Web
Localisation de la reproduction :
Reproduction interdite
Informations sur la notice :
Auteur de la notice : Stéphane Lojkine     Date de création : 25/07/2014
Auteur des modifications : Stéphane Lojkine     Date de Modification : 09/01/2016
Les notices sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être reproduites ni faire l’objet de quelque transaction que ce soit sans leur autorisation expresse et écrite.