Utpictura18

Couverture Diderot et le temps

Couverture Le Gout de Diderot

Couverture Fictions de la rencontre : le Roman comique de Scarron

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE L'OEil révolté

Couverture du livre de Richardson Clarisse Harlove, dans l'édition commentée par Stéphane LOJKINE

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE Image et subversion

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE Brutalité et représentation

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE La Scène de roman

Couverture du livre L’Écran de la représentation

Couverture du livre Détournements de modèles
Découvrir le Master LIPS « Littérature et Psychanalyse »
Adresse complète
à Toulouse
à Aix

This picture is not the one you were looking for ? Please click on the links on the right (darker text) and enlarge your search by author, date, textual source, subject...etc
Fleurial introduit Lindamor aux pieds de Léonide (L’Astrée, 1733, I, 9)
Fleurial introduit Lindamor aux pieds de Léonide  (L’Astrée, 1733, I, 9)
Cette notice fait partie d’une série : L’Astrée de M. d’Urfé, Paris, Pierre Witte & Didot, 1733, 5 vol. in-12 (pièce ou n° 9 / 60)

Datation : 1733

Source textuelle : L’Astrée, 1ère partie, 1607 Livre 9, folio 299 recto

Sujet de l’image : Fiction, 17e siècle

Nature de l’image : Gravure sur cuivre

Lieu de conservation : Paris, Bibliothèque nationale de France, Réserve, Y2-7041
Notice n° B1917   (n°1 sur 1) 
Comparaison avec d’autres notices : Galathée empêche Lindamor de tuer Polémas (L’Astrée, 1633, I, 9)

1. Inscriptions, signatures. 2. Historique, auteur, fabrication, commanditaires. 3. Variantes, œuvres en rapport :
1. La gravure n’est pas signée. En haut à gauche : « I. Part. 375. »
2. Avant la p. 375.

Analyse de l’image :
    Galathée se tient à gauche, prête à intervenir contre cet éranger surgi de la nuit. Fleurial s’est retiré au fond à droite pour laisser le champ libre àson cousin.
    « La nuit étant venue, et chacun retiré, la Nymphe [=Léonide] ne faillit à se rhabiller, mais seulement avec une robe de nuit, et me faisant ouvrir la première porte, elle me fit passer devant ; et vous jure qu’elle tremblait de sorte qu’à peine pouvait-elle marcher. Elle disait qu’elle ressentait un certain élancement en l’estomac, qu’elle n’avait point accoutumé, qui lui ôtait toute force, qu’elle ne savait si c’était pour se voir ainsi de nuit sans lumière, ou pour sortir à heure indue, ou pour appréhender le présent de Lindamor, mais, quoi que ce fût, elle n’était pas bien à elle. Enfin, s’étant un peu rassurée, nous descendîmes du tout en bas, où nous n’eûmes pas si tôt ouvert la porte que nous trouvâmes Fleurial qui nous attendait il y avait longtemps. La Nymphe passa alors devant, et allant sous une tonne de jasmins, qui par son épaisseur la pouvait garantir et des rais de la Lune et d’être vue des fenêtres du corps de logis qui répondait sur le jardin. Elle commença toute en colère à dire à Fleurial : - Et bien, Fleurial, depuis quand êtes-vous devenu si ferme en vos opinions que quoi que je vous commande, vous n’en vouliez rien faire ? - Madame, répondit-il sans s’étonner, ç’a été pour vous obéir que j’ai failli en ceci, s’il y a de la faute : car ne m’avez-vous pas commandé très expressément que je fisse tout ce que Lindamor m’ordonnerait ? Or, Madame, c’est lui que me l’a ainsi commandé, et qui, me remettant son cœur, me fit, outre son commandement, encore obliger par serment que je ne le remettrais entre autres mains qu’aux vôtres. - Et bien, bien, interrompit-elle en soupirant, où est ce cœur ? - Le voici, Madame, dit-il, reculant trois ou quatre pas vers un petit cabinet, s’il vous plaît d’y venir, vous le verrez mieux que là où vous êtes. Elle se leva et s’y en vint, mais à même temps qu’elle voulut entrer dedans, voilà un homme qui se jette à ses pieds et, sans lui dire autre chose, lui baise la robe. – Ô Dieux ! dit la Nymphe, qu’est ceci ? Fleurial, voici un homme ! – Madame, dit Fleurial en souriant, c’est un cœur qui est à vous. – Comment ? dit-elle, un cœur ? Et lors, de peur, elle voulut fuir, mais celui qui lui baisait la robe la retint. Oyant ces paroles, je m’approchai, et connus incontinent que c’était celui que Fleurial disait être son cousin. Je ne sus soudainement que penser ; je voyais Galathée et moi entre les mains de ces deux hommes, l’un desquels nous était inconnu. »

Informations sur l’image :
Auteur du cliché : Paris, Bibliothèque nationale de France
Traitement de l’image : Image Web
Localisation de la reproduction :
Reproduction interdite
Informations sur la notice :
Auteur de la notice : Stéphane Lojkine     Date de création : 23/07/2014
Auteur des modifications : Stéphane Lojkine     Date de Modification : 19/12/2017
Les notices sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être reproduites ni faire l’objet de quelque transaction que ce soit sans leur autorisation expresse et écrite.