Utpictura18

Couverture Diderot et le temps

Couverture Le Gout de Diderot

Couverture Fictions de la rencontre : le Roman comique de Scarron

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE L'OEil révolté

Couverture du livre de Richardson Clarisse Harlove, dans l'édition commentée par Stéphane LOJKINE

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE Image et subversion

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE Brutalité et représentation

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE La Scène de roman

Couverture du livre L’Écran de la représentation

Couverture du livre Détournements de modèles
Découvrir le Master LIPS « Littérature et Psychanalyse »
Adresse complète
à Toulouse
à Aix

This picture is not the one you were looking for ? Please click on the links on the right (darker text) and enlarge your search by author, date, textual source, subject...etc
N’ég’ret mystifié (Paysan perverti, Esprit 1782, fig36) - Binet
N’ég’ret mystifié (Paysan perverti,  Esprit 1782, fig36) - Binet Auteur : Binet, Louis (1744-1800)
Œuvre signée.
Graveur : Le Roy, Jacques (1739-?)

Cette notice fait partie d’une série : Rétif de la Bretonne, Le Paysan perverti, Paris, Esprit, 1782 (pièce ou n° 39 / 85)

Datation : 1782

Source textuelle : Rétif de la Bretonne, Le Paysan perverti (1782) éd. François Jost, L’Age d’homme, 1977, t. 1, p.  443

Sujet de l’image : Fiction, 18e siècle

Objet indexé dans l’image : Femme étendue sur un lit

Nature de l’image : Gravure sur cuivre

Lieu de conservation : Paris, Bibliothèque nationale de France, Réserve, Rés Smith-Lesouef 1490
Notice n° B1782   (n°1 sur 1) 
1. Inscriptions, signatures. 2. Historique, auteur, fabrication, commanditaires. 3. Variantes, œuvres en rapport :
1. Signé en bas à gauche « Binet Inv[enit] », à droite « J.a Le Roy Scul ».
2. Tome II. Lettre CXII. Planche en regard de la p. 266.

Analyse de l’image :
    36e figure.
   Sujet. Edmond en partie de plaisir avec le marquis, un mylord anglais et des actrices de foire, s’amuse à mystifier un petit N’ég’ret, vil personnage : il lève le rideau qui couvrait une malheureuse dont n’ég’ret avait joui, la croyant la jolie actrice qui porte deux flambeaux. Le marquis est derrière Edmond : mylord se baisse en riant ; un autre convive lève les mains. N’ég’ret en fureur, regarde sa déesse.
   
    « Cependant le dénouement approchait. Il entendit sortir plusieurs personnes de la chambre voisine, et parmi elles, il crut reconnaître la voix de l’actrice : il s’aperçut en même temps, par un petit filet de lumière, qu’on l’avait écouté de cette chambre. Tandis que ces réflexions se présentaient assez désagréablement à son esprit, la porte du boudoit où il était s’ouvrit avec fracas, et toute la compagnie s’y précipita munie de flambeaux ; la B-pré en avait deux : on s’avança en riant aux larmes, et l’on alla déterrer derrière un lit de repos où elle s’était cachée, une femme, dont la vue fit frissonner celui qu’elle venait de favoriser. C’était une de ces malheureuses qui courent les rues, maide, sale, et ce qui est pire, couverte de rougeurs qui ne font présumer rien de bon (sujet de la trente-sixième figure). » (lettre enchâssée à Maître Pierre R**, laboureur, p. 441)

Informations sur l’image :
Auteur du cliché : Paris, Bibliothèque nationale de France
Traitement de l’image : Image Web
Photographie sur papier du 26/01/20
Localisation de la reproduction : http://gallica.bnf.fr
Reproduction interdite
Informations sur la notice :
Auteur de la notice : Stéphane Lojkine     Date de création : 12/07/2014
Auteur des modifications : Stéphane Lojkine     Date de Modification : 01/02/2017
Les notices sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être reproduites ni faire l’objet de quelque transaction que ce soit sans leur autorisation expresse et écrite.