Utpictura18

Couverture Diderot et le temps

Couverture Le Gout de Diderot

Couverture Fictions de la rencontre : le Roman comique de Scarron

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE L'OEil révolté

Couverture du livre de Richardson Clarisse Harlove, dans l'édition commentée par Stéphane LOJKINE

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE Image et subversion

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE Brutalité et représentation

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE La Scène de roman

Couverture du livre L’Écran de la représentation

Couverture du livre Détournements de modèles
Nouvelles notices : Térence, dix siècles d'illustration théâtrale
Adresse complète
à Toulouse
à Aix

This picture is not the one you were looking for ? Please click on the links on the right (darker text) and enlarge your search by author, date, textual source, subject...etc
« … mon Camarade me fourra un Livre dans la poche… » (Voyages R. Boyle, 1730)
« … mon Camarade me fourra un Livre dans la poche… » (Voyages R. Boyle, 1730)
Cette notice fait partie d’une série : Les Voyages & avantures du Cap. R. Boyle, Amsterdam, 1730 (pièce ou n° 1 / 7)

Datation : 1730

Source textuelle : Chetwood (?), Voyages & Adventures of Capt Robert Boyle (1726)

Sujet de l’image : Fiction, 18e siècle

Nature de l’image : Gravure sur cuivre
Notice n° B1692   (n°1 sur 1) 
Analyse de l’image :
     Le narrateur a commencé par travailler chez un marchand, que sa femme a trompé et ruiné. Son maître en meurt de désespoir. Le narrateur retourne alors chez son oncle, qui se met d’accord avec un Officier de Marine pour le faire embarquer dans un Vaisseau nommé le Succès, à Gravesend, sous les ordres du Capitaine Stokes.
    « Pendant que je lui parlois [= à mon oncle], mon Camarade me fourra un Livre dans la poche, me disat que la lecture pourroit me divertir sur le Bateau, au cas que je n’y trouvasse pas de compagnie qui me revînt. Je ne fis pas grande attention à cela, & après avoir pris congé de mon Oncle, je parti. Je ne fus pas plutôt entré dans le Bateau de Gravesend, que nous descendîmes la riviére. » (p. 32)
    Ce premier bateau conduit donc le narrateur à Gravesend ; il peut y embarquer sur le Succès à deux heures de l’après-midi. Il y trouve son coffre avec toutes ses affaires et apprend qu’il part pour la Virginie. Désespéré, il supplie le capitaine de le remettre à terre : en vain.
    Quelques jours plus tard, il songe au livre que lui a laissé le clerc de son oncle : il contient une lettre qui l’avertit du marché de son oncle avec le capitaine du vaisseau et lui conseille de s’enfuir au plus vite, avant d’empbarquer pour la Virginie. Mais il est trop tard.
   

Informations sur l’image :
Auteur du cliché :
Traitement de l’image : Image Web
Localisation de la reproduction :
Reproduction interdite
Informations sur la notice :
Auteur de la notice : Stéphane Lojkine     Date de création : 24/06/2014
Auteur des modifications : Stéphane Lojkine     Date de Modification : 09/01/2016
Les notices sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être reproduites ni faire l’objet de quelque transaction que ce soit sans leur autorisation expresse et écrite.