Utpictura18

Couverture Diderot et le temps

Couverture Le Gout de Diderot

Couverture Fictions de la rencontre : le Roman comique de Scarron

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE L'OEil révolté

Couverture du livre de Richardson Clarisse Harlove, dans l'édition commentée par Stéphane LOJKINE

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE Image et subversion

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE Brutalité et représentation

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE La Scène de roman

Couverture du livre L’Écran de la représentation

Couverture du livre Détournements de modèles
Nouvelles notices : Térence, dix siècles d'illustration théâtrale
Adresse complète
à Toulouse
à Aix

This picture is not the one you were looking for ? Please click on the links on the right (darker text) and enlarge your search by author, date, textual source, subject...etc
Lettres de Milady Catesby (Mme Riccoboni, O. C., t3, 1818) - Choquet
Lettres de Milady Catesby  (Mme Riccoboni, O. C., t3, 1818) - Choquet Auteur : Choquet, Pierre-Jean-Baptiste-Isidore (1774-1824)
Œuvre signée.
Graveur : Manceau, François (1786-1854), graveur au burin

Cette notice fait partie d’une série : Œuvres complètes de Mme Riccoboni, Paris, Foucault, 1818, 6 vol. (pièce ou n° 3 / 5)

Datation : 1818

Sources textuelles : Mme Riccoboni, Lettres de Milady Catesby (1759)
Mme Riccoboni, Lettres de Milady Catesby (1759) éd. 1865, p. 361

Sujet de l’image : Fiction, 18e siècle

Objet indexé dans l’image : Livre

Nature de l’image : Gravure sur cuivre
Notice n° B1078   (n°1 sur 1) 
Comparaison avec d’autres notices : Paolo et Francesca (version d’Angers) - Ingres

1. Inscriptions, signatures. 2. Historique, auteur, fabrication, commanditaires. 3. Variantes, œuvres en rapport :
1. Signé sous la gravure à gauche « Choquet inv.t », à droite « Manceau sculp.t ».
2. Œuvres complètes de Mme Riccoboni, tome troisième, Paris, Foucault, 1818.

Analyse de l’image :
     Milady Catesby est tombée amoureuse de mylord d’Ossery. Celui-ci ne se livre pas d’emblée à ses sentiments car il sort d’une déception amoureuse : lady Chester lui a préféré le vieux duc de Pembroke, dont elle espérait un titre.
    Enfin, les deux amants passent leurs journées dans les jardins de mylord d’Ormond.
    « A chaque instant le secret de nos cœurs paroissoit prêt à nous échapper ; nos yeux se l’étoient déjà dit, lorsque lisant un jour une histoire touchantde de deux tendres amants qu’on séparoit cruellement, le livre tomba d enos mains, nos larmes se mêlèrent ; et saisis tous deux de je ne sais quelle crainte nous nous regardâmes. Il passa un bras autour de moi, comme pour me retenir ; je me penchai vers lui ; et, rompant le silence en même temps, nous nous écriâmes ensemble : “Ah, qu’ils étaient malheureux !”
    Une entière confiance suivit cet attendrissement. Mylord d’Ossery me découvrit en fin les sentiments que je lui avois, disoit-il, inspirés dès le premier instant où il m’avoit vue. » (éd. 1865, p. 361)

Informations sur l’image :
Auteur du cliché :
Traitement de l’image : Image Web
Localisation de la reproduction :
Reproduction interdite
Informations sur la notice :
Auteur de la notice : Stéphane Lojkine     Date de création : 25/11/2013
Auteur des modifications : Stéphane Lojkine     Date de Modification : 30/06/2019
Les notices sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être reproduites ni faire l’objet de quelque transaction que ce soit sans leur autorisation expresse et écrite.