Utpictura18

Couverture Diderot et le temps

Couverture Le Gout de Diderot

Couverture Fictions de la rencontre : le Roman comique de Scarron

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE L'OEil révolté

Couverture du livre de Richardson Clarisse Harlove, dans l'édition commentée par Stéphane LOJKINE

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE Image et subversion

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE Brutalité et représentation

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE La Scène de roman

Couverture du livre L’Écran de la représentation

Couverture du livre Détournements de modèles
Nouvelles notices : Térence, dix siècles d'illustration théâtrale
Adresse complète
à Toulouse
à Aix

This picture is not the one you were looking for ? Please click on the links on the right (darker text) and enlarge your search by author, date, textual source, subject...etc
Saturnin profite des effets de ce que voit Suzon (Histoire de Dom B***, 1741)
Saturnin profite des effets de ce que voit Suzon (Histoire de Dom B***, 1741) Auteur : Elluin, François-Rolland (1745-1810)

Cette notice fait partie d’une série : Histoire de Dom B***, portier des Chartreux, Rome [Londres], Philotanus [1741] (pièce ou n° 5 / 16)

Datation : 1741

Source textuelle : Gervaise de Latouche, Jean-Charles (1715-1782) Histoire de dom B***, in Romanciers libertins, I, Pléiade, pp. 384-6

Sujet de l’image : Fiction, 18e siècle

Nature de l’image : Gravure sur cuivre
Notice n° B0574   (n°5 sur 16)  Notice précédente  Notice suivante  Toutes les notices 
Analyse de l’image :
    Saturnin est occupé à regarder les ébats de Toinette et du père Polycarpe par le trou de la cloison de sa chambre, ordinairement caché par une image. Suzon, qu’il a attirée dans sa chambre en lui promettant un spectacle extraordinaire, le rejoint bientôt et lui demande sa place pour épier.
    « J’étais à genoux devant cet adorable petit cul, je l’embrassais, je leserrais, je l’entrouvais, je m’extasiais ; mais Suzon avaient mille autre sbeautés qui piquaient ma curiosité. Je me levai avec transport, je fixai mes regards avides sur deux petits tétons, durs, fermes, bien placés, arrondis par l’amour lui-même : ils se levaient, se baissaient, haletaient, et semblaient demander une main qui fixât leurs mouvements ; j’y portai la mienne, je les pressais. » (Pl. p. 386)

Informations sur l’image :
Auteur du cliché :
Traitement de l’image : Scanner
Localisation de la reproduction :
Reproduction interdite
Informations sur la notice :
Auteur de la notice : Stéphane Lojkine     Date de création : 17/03/2013
Auteur des modifications : Stéphane Lojkine     Date de Modification : 09/01/2016
Les notices sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être reproduites ni faire l’objet de quelque transaction que ce soit sans leur autorisation expresse et écrite.