Utpictura18

Couverture Diderot et le temps

Couverture Le Gout de Diderot

Couverture Fictions de la rencontre : le Roman comique de Scarron

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE L'OEil révolté

Couverture du livre de Richardson Clarisse Harlove, dans l'édition commentée par Stéphane LOJKINE

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE Image et subversion

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE Brutalité et représentation

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE La Scène de roman

Couverture du livre L’Écran de la représentation

Couverture du livre Détournements de modèles
Nouvelles notices : Térence, dix siècles d'illustration théâtrale
Adresse complète
à Toulouse
à Aix

This picture is not the one you were looking for ? Please click on the links on the right (darker text) and enlarge your search by author, date, textual source, subject...etc
Louis-Charles-Auguste Le Tonnelier, baron de Breteuil (?) - Lundberg (?)
Louis-Charles-Auguste Le Tonnelier, baron de Breteuil (?) - Lundberg (?) Auteur : Lundberg, Gustav (1695-1786)

Cette notice fait partie d’une série : Paris, Salon de 1767 (pièce ou n° 42 / 243)

Datation : 1767   (date conjecturale)

Nature de l’image : Peinture sur toile
Notice n° A9648   (n°10 sur 11)  Notice précédente  Notice suivante  Toutes les notices 
1. Inscriptions, signatures. 2. Historique, auteur, fabrication, commanditaires. 3. Variantes, œuvres en rapport :
2. Vente Christie’s 3529, « Comte et Comtesse Niel. Une passion partagée », 16 avril 2012, Paris.
3. Le comte Adolphe Niel a offert en 1963 au musée du Louvre un portrait par Jean-Laurent Mosnier du baron de Breteuil, désignant les plans de Poyet pour le nouvel Hôtel-Dieu de Paris que l’on projetait alors de transférer hors du centre de la capitale pour des raisons d’hygiène. Ces plans ne furent jamais exécutés. Le tableau de Mosnier fut présenté au Salon de 1787.

Analyse de l’image :
    Livret du Salon de 1767 :
    « Par M. Lundberg, Académicien, premier Peintre de S. M. le Roi de Suede.
    42. Le Portrait de M. le Baron de breteuil.
    Tableau peint en Pastel, de 2 pieds 6 pouces de haut, sur 2 pieds de large. »
   
   Ce tableau n’est pas un pastel, mais une huile sur toile. Mais il s’agit peut-être d’une erreur du livret, qui expliquerait que Diderot ne l’ait pas trouvé :
    « 42. Portrait du baron de Breteuil en pastel.
    Ma foi, je ne connais ni le baron ni son portrait. Tout ce que je sais, c’est qu’il y avait cette année, au Salon, beaucoup de portraits, peu de bons, comme cela doit être, et pas un pastel qu’on pût regarder, si vous en exceptez l’ébauche d’une tête de femme dont on pouvait dire, ex ungue leonem, le portrait de l’oculiste Demours, figure hideuse, beau morceau de peinture, et la figure crapuleuse et basse de ce vilain abbé de Lattaignant. C’était lui-même passant sa tête, à travers un petit cadre de bois noir. C’est certes un grand mérite aux portraits de La Tour de ressembler, mais ce n’est ni leur principal ni leur seul mérite. Toutes les parties de la peinture y sont encore. Le savant, l’ignorant, les admire, sans avoir jamais vu les personnes. C’est que la chair et la vie y sont. » (Bouquins, p. 636)
   
   Louis-Charles-Auguste Le Tonnelier, baron de Breteuil était né en 1730, il avait donc 37 ans en 1767.
    « Louis XV, en nommant, au mois d’aout 1767, le baron de Breteuil à l’ambassade de Hollande, lui écrivit de sa main, les deux lettres suivantes qui jointes aux doubles instructions remises au baron de breteul, présentent la marche complète du cabinet secret de Louis XV. » (Gaétan de Raxis de Flassan, Histoire générale et raisonnée de la diplomatie française, 1811, vol. 7, VIIe période, livre 5, p. 1-2)

Informations sur l’image :
Auteur du cliché :
Traitement de l’image : Image Web
Localisation de la reproduction :
Reproduction interdite
Informations sur la notice :
Auteur de la notice : Stéphane Lojkine     Date de création : 19/08/2012
Auteur des modifications : Stéphane Lojkine     Date de Modification : 09/01/2016
Les notices sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être reproduites ni faire l’objet de quelque transaction que ce soit sans leur autorisation expresse et écrite.