Utpictura18

Couverture Diderot et le temps

Couverture Le Gout de Diderot

Couverture Fictions de la rencontre : le Roman comique de Scarron

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE L'OEil révolté

Couverture du livre de Richardson Clarisse Harlove, dans l'édition commentée par Stéphane LOJKINE

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE Image et subversion

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE Brutalité et représentation

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE La Scène de roman

Couverture du livre L’Écran de la représentation

Couverture du livre Détournements de modèles
Découvrir le Master LIPS « Littérature et Psychanalyse »
Adresse complète
à Toulouse
à Aix

This picture is not the one you were looking for ? Please click on the links on the right (darker text) and enlarge your search by author, date, textual source, subject...etc
L’abbé Réglet (ou Régley) - Maurice Quentin de Latour
L’abbé Réglet (ou Régley) - Maurice Quentin de Latour Auteur : La Tour, Maurice Quentin de (1704-1788)

Cette notice fait partie d’une série : Paris, Salon de 1769 (pièce ou n° 37 / 0)

Datation : 1769

Sujet de l’image : Portrait

Nature de l’image : Pastel
Dimensions :  Hauteur 48 * Largeur 43 cm

Lieu de conservation : Orléans, Musée des Beaux-Arts, 92.5.1
Notice n° A9004   (n°16 sur 40)  Notice précédente  Notice suivante  Toutes les notices 
1. Inscriptions, signatures. 2. Historique, auteur, fabrication, commanditaires. 3. Variantes, œuvres en rapport :
2. Vente Paris 21 mai 1910, lot 3.
Ducrey, 27 février 1917, lot 10.
Paris, Drouot-Richelieu, Peschetau-Badin-Ferrien, 21 oct. 1992, lot 13.
3. L’esquisse de Saint-Aubin diffère du pastel d’Orléans.

Analyse de l’image :
    L’abbé Réglet, curé et fondateur de l’église de Saint-Sulpice.
   Livret du Salon de 1769 :
    « Par M. de la Tour, Conseiller.
   37. Plusieurs Têtes sous le même N°. »
   Commentaire de Diderot :
    « Mais venons aux morceaux de cet artiste. Savez-vous ce que c’était ? Quatre chefs-d’œuvre renfermés dans un châssis de sapin, quatre portraits. Ah ! mon ami, quels portraits, mais surtout celui d’un abbé ! C’était une vérité et une simplicité dont je ne crois pas avoir encore vu d’exemples : pas l’ombre de manière, la nature toute pure et sans art, nulle prétention dans la touche, nulle affectation de contraste dans la couleur, nulle gêne dans la position. C’est devant ce morceau de toile grand comme la main que l’homme instruit qui réfléchissait s’écriait : “Que la peinture est un art difficile !... ” et que l’homme instruit qui n’y pensait pas s’écriait : “O que cela est beau !”
    C’est évidemment pour faire acte de suzeraineté qu’il avait exposé ces têtes ; c’était pour nous montrer l’énorme distance de l’excellent au bien, et il est sûr qu’au sortir du coin où on l’avait relégué, il était difficile de regarder d’autres ouvrages du même genre. » (Salon de 1769, Bouquins, p. 846)

Informations sur l’image :
Auteur du cliché : Orléans, Musée des Beaux-Arts
Traitement de l’image : Image Web
Localisation de la reproduction :
Reproduction interdite
Informations sur la notice :
Auteur de la notice : Stéphane Lojkine     Date de création : 03/10/2011
Auteur des modifications : Stéphane Lojkine     Date de Modification : 09/01/2016
Les notices sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être reproduites ni faire l’objet de quelque transaction que ce soit sans leur autorisation expresse et écrite.