Utpictura18

Couverture Diderot et le temps

Couverture Le Gout de Diderot

Couverture Fictions de la rencontre : le Roman comique de Scarron

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE L'OEil révolté

Couverture du livre de Richardson Clarisse Harlove, dans l'édition commentée par Stéphane LOJKINE

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE Image et subversion

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE Brutalité et représentation

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE La Scène de roman

Couverture du livre L’Écran de la représentation

Couverture du livre Détournements de modèles
Vient de paraître, Diderot et le temps, Presses universitaires de Provence, 324 p.
Adresse complète
à Toulouse
à Aix

This picture is not the one you were looking for ? Please click on the links on the right (darker text) and enlarge your search by author, date, textual source, subject...etc
L’École des femmes (Molière, II, 1773) - Moreau le Jeune
L’École des femmes (Molière, II, 1773) - Moreau le Jeune Auteur : Moreau le jeune, Jean Michel (1741-1814)
Œuvre signée.
Graveur : Simonet, Jean-Baptiste Blaise (1742-1813)

Cette notice fait partie d’une série : Œuvres de Molière, éd Bret [6v ill Moreau], Paris, Cie des Lib. associés, 1773 (pièce ou n° 10 / 33)

Datation : 1773

Source textuelle : Molière, L’École des femmes (1662) Acte V, scène 3, Pléiade I 610

Sujet de l’image : Fiction, 17e siècle

Nature de l’image : Gravure sur cuivre

Lieu de conservation : Versailles, Bibliothèque municipale centrale, F. A. in-8° E139d - 144d
Notice n° A8878   (n°1 sur 1) 
Comparaison avec d’autres notices : Dom Garcie de Navarre (Molière, II, 1734) - Boucher // « L’astronomie est bonne à quelque chose » (Émile L3 1774) - Moreau le jeune

1. Inscriptions, signatures. 2. Historique, auteur, fabrication, commanditaires. 3. Variantes, œuvres en rapport :
Mentions sur la page en dehors de l’image.
1. Signé sous la gravure à gauche « J. M. Moreau le Jeune inv », à droite « D. Née Sculp. ».
Légende sous la signature : « L’ÉCOLE DES FEMMES. »

Analyse de l’image :
    HORACE
   Quoi ? vous pourriez douter de mon amour exrême !
   AGNÈS
   Non, vous ne m’aimez pas autant que je vous aime.
    Arnolphe la tire.
   Ah ! l’on me tire trop.
   HORACE
    C’est qu’il est dangereux,
   Chère Agnès, qu’en ce lieu nous soyons vus tous deux ;
   Et le parfait ami de qui la main vous presse
   Suit le zèle prudent qui pour nous l’intéresse.

Informations sur l’image :
Auteur du cliché : Cachan, Stéphane Lojkine
Traitement de l’image : Photographie numérique
Localisation de la reproduction : Collection particulière (Cachan)
Reproduction interdite
Informations sur la notice :
Auteur de la notice : Stéphane Lojkine     Date de création : 28/08/2011
Auteur des modifications : Stéphane Lojkine     Date de Modification : 09/01/2016
Les notices sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être reproduites ni faire l’objet de quelque transaction que ce soit sans leur autorisation expresse et écrite.