Utpictura18

Couverture Diderot et le temps

Couverture Le Gout de Diderot

Couverture Fictions de la rencontre : le Roman comique de Scarron

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE L'OEil révolté

Couverture du livre de Richardson Clarisse Harlove, dans l'édition commentée par Stéphane LOJKINE

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE Image et subversion

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE Brutalité et représentation

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE La Scène de roman

Couverture du livre L’Écran de la représentation

Couverture du livre Détournements de modèles
Découvrir le Master LIPS « Littérature et Psychanalyse »
Adresse complète
à Toulouse
à Aix

This picture is not the one you were looking for ? Please click on the links on the right (darker text) and enlarge your search by author, date, textual source, subject...etc
L’âne d’or, livre 1. Irruption des voleurs (J. F. Bastien, 1787)
L’âne d’or, livre 1. Irruption des voleurs (J. F. Bastien, 1787)
Cette notice fait partie d’une série : Apulée, Les Métamorphoses ou L’Ane d’or, Paris, Bastien, 1787 (pièce ou n° 2 / 16)

Datation : 1787

Source textuelle : Apulée, Métamorphoses (dites aussi L’Ane d’or) (vers 150-170)

Sujet de l’image : Fiction antique

Nature de l’image : Gravure sur cuivre, taille-douce (au burin)
Dimensions :  Hauteur 14,8 * Largeur 9,7 cm

Lieu de conservation : Collection particulière (La Canourgue)
Notice n° A7979   (n°1 sur 1) 
1. Inscriptions, signatures. 2. Historique, auteur, fabrication, commanditaires. 3. Variantes, œuvres en rapport :
1. Au-dessus de la gravure, à gauche « Liv. 1. », à droite « Pag. 25. ».
2. Gravure sur papier bleu.

Analyse de l’image :
     « A peine étois-je endormi, que la porte s’ouvre avec plus de fracas, que si des voleurs l’eussent enfoncée, les barres et les gonds mêmes se brisent et s’arrachent de manière qu’elle tombe par terre. Mon lit qui étoit fort petit, dont un des pieds étoit rompu et pourri, est renversé par la violence de cet effort, et je me trouve dessous étendu sur le plancher. Alors je sentis qu’il y a de certaines affections qui produisent des effets qui leur sont contraires ; et, comme il arrive souvent qu’on pleure de joie, de même, au milieu de l’extrême frayeur dont j’étois saisi, je ne pus m’empêcher de rire, me voyant d’Aristomènes changé en tortue. »

Informations sur l’image :
Auteur du cliché : Cachan, Ophir et Ulysse Lojkine
Traitement de l’image : Photographie numérique
Localisation de la reproduction : Collection particulière (Cachan)
Reproduction interdite
Informations sur la notice :
Auteur de la notice : Stéphane Lojkine     Date de création : 06/08/2010
Auteur des modifications : Stéphane Lojkine     Date de Modification : 09/01/2016
Les notices sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être reproduites ni faire l’objet de quelque transaction que ce soit sans leur autorisation expresse et écrite.