Utpictura18

Couverture Diderot et le temps

Couverture Le Gout de Diderot

Couverture Fictions de la rencontre : le Roman comique de Scarron

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE L'OEil révolté

Couverture du livre de Richardson Clarisse Harlove, dans l'édition commentée par Stéphane LOJKINE

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE Image et subversion

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE Brutalité et représentation

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE La Scène de roman

Couverture du livre L’Écran de la représentation

Couverture du livre Détournements de modèles
Découvrir le Master LIPS « Littérature et Psychanalyse »
Adresse complète
à Toulouse
à Aix

This picture is not the one you were looking for ? Please click on the links on the right (darker text) and enlarge your search by author, date, textual source, subject...etc
Sainte Marguerite (J. de Voragine, Légende Dorée, MF244) - Jacques de Besançon
Sainte Marguerite (J. de Voragine, Légende Dorée, MF244) - Jacques de Besançon
Datation : entre 1480 et 1490

Source textuelle : J. de Voragine, La Légende dorée, Sainte Marguerite GF, t. 1, p. 453-4

Sujet de l’image : Sujet d’histoire sacrée. Sainte Marguerite

Nature de l’image : Enluminure

Lieu de conservation : Paris, Bibliothèque nationale de France, Manuscrits, Ms français 244, folio 197
Notice n° A7605   (n°1 sur 1) 
1. Inscriptions, signatures. 2. Historique, auteur, fabrication, commanditaires. 3. Variantes, œuvres en rapport :
2. Version française de la Legenda aurea, traduction du latin par Jean de Vignay.
Atelier parisien du XVe siècle.

Analyse de l’image :
     « Pendant qu’elle était dans son cachot, elle pria le Seigneur de lui montrer, sous une forme visible, l’ennemi avec lequel elle avait à combattre ; et voici qu’un dragon effroyable lui apparut ; comme il s’élançait pour la dévorer, elle fit un signe de croix, et le monstre disparut : ou bien, d’après ce qu’on lit ailleurs, il lui mit sa gueule sur la tête et la langue sur le talon et l’avala à l’instant ; mais pendant qu’il voulait l’absorber, elle se munit du signe de la croix, ce qui fit crever le dragon, et la vierge sortit saine et sauve. Mais ce qu’on rapporte du dragon qui la dévora et qui creva est regardé comme aporcyphe et de peu de valeur. »
    C’est pourtant cette deuxième version, beaucoup plus pittoresque, qui est ici représentée : la jeune fille sort grâce à la croix du ventre du dragon.
    A droite est représentée la mort de Marguertite : « Le préfet, dans la crainte que les autres ne se convertissent, fit de suite couper la tête à sainte Marguerite. » La scène a lieu à Antioche : l’enlumineur, qui ne l’a pas oublié, représente les deux spectateurs en costume oriental.

Informations sur l’image :
Auteur du cliché : Paris, Bibliothèque nationale de France, Manuscrits
Traitement de l’image : Image Web
Localisation de la reproduction : http://mandragore.bnf.fr (Manuscrits enluminés de la Bnf)
Reproduction interdite
Informations sur la notice :
Auteur de la notice : Stéphane Lojkine     Date de création : 11/07/2010
Auteur des modifications : Stéphane Lojkine     Date de Modification : 09/01/2016
Les notices sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être reproduites ni faire l’objet de quelque transaction que ce soit sans leur autorisation expresse et écrite.