Utpictura18

Couverture Diderot et le temps

Couverture Le Gout de Diderot

Couverture Fictions de la rencontre : le Roman comique de Scarron

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE L'OEil révolté

Couverture du livre de Richardson Clarisse Harlove, dans l'édition commentée par Stéphane LOJKINE

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE Image et subversion

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE Brutalité et représentation

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE La Scène de roman

Couverture du livre L’Écran de la représentation

Couverture du livre Détournements de modèles
Découvrir le Master LIPS « Littérature et Psychanalyse »
Adresse complète
à Toulouse
à Aix

This picture is not the one you were looking for ? Please click on the links on the right (darker text) and enlarge your search by author, date, textual source, subject...etc
Colère de Jambicque découverte (Heptaméron, Berne, 1780, N43) - Freudeberg
Colère de Jambicque découverte (Heptaméron, Berne, 1780, N43) - Freudeberg Auteur : Freudeberg, Sigismond / Freudenberger, Sigmund (1745-1801)
Œuvre signée.
Graveur : Halbou, Louis-Michel (graveur né en 1730, mort au début du XIXe siècle)

Cette notice fait partie d’une série : Les Nouvelles de Marguerite, reine de Navarre, Berne, nelle soc. typogr., 1780
Datation : 1780

Source textuelle : Marguerite de Navarre (1492-1549), L’Heptaméron (1542-1546)

Sujet de l’image : Fiction, 16e siècle

Nature de l’image : Gravure sur cuivre

Lieu de conservation : Versailles, Bibliothèque municipale centrale, Rodouan C 483 (le t. II)
Notice n° A7181   (n°1 sur 1) 
Comparaison avec d’autres notices : Hypocrisie d’une Dame de cour découverte (Heptaméron, Amsterdam, 1698)

1. Inscriptions, signatures. 2. Historique, auteur, fabrication, commanditaires. 3. Variantes, œuvres en rapport :
1. Signé sous la gravure, à gauche « S. Freudenberg. Inv. », à droite « L. Halbou. Sculp. ».

Analyse de l’image :
     Le gentilhomme a découvert, grâce à un trait de craie, que sa maîtresse masquée était Jambicque, qui joue ostensiblement la prude. Malgré les précautions avec lesquelles il l’aborde à découvert dans le jardin du château de la princesse dont elle est la demoiselle, Jambicque entre dans une colère noire. Elle fera chasser par sa maîtresse le gentilhomme du château.
    « Et ung jour que ceste grande dame alloit au jardin, la damoiselle Jambicque s’en alla pourmener en une aultre allée. Le gentil homme, la voïant seulle, s’advancea pour l’entretenir, et, faingnant ne l’avoir poinct veue ailleurs, luy dist : “Mademoiselle, il y a long temps que je vous porte une affection sur mon cueur, laquelle pour paour de vous desplaire ne vous ay osé reveler; dont je suys si mal, que je ne puis plus porter ceste peyne sans morir, car je ne croys pas que jamais homme vous sceut tant aymer que je faictz.” La damoiselle Jambicque ne le laissa pas achever son propos, mais luy dist avecq une très grand collere : “Avez-vous jamais oy dire ne veu que j’aye eu amy ne serviteur ? Je suis seure que non, et m’esbahys dont vous vient ceste hardiesse de tenir telz propos à une femme de bien comme moy, car vous m’avez assez hantée ceans, pour congnoistre que jamais je n’aymeray autre que mon mary; et, pour ce, gardez-vous de plus continuer ces propoz.” Le gentil homme, voyant une si grande fiction, ne se peut tenir de se prendre à rire et de luy dire : “Madame, vous ne m’estes pas tousjours si rigoreuse que maintenant. De quoy vous sert de user envers moy de telle dissimullation ? Ne vault-il pas mieulx avoir une amityé parfaite que imparfaicte ?” Jambicque luy respondit : “Je n’ay amityé à vous parfaicte ne imparfaicte, sinon comme aux autres serviteurs de ma maistresse; mais, si vous continuez les propos que vous m’avez tenu, je pourray bien avoir telle hayne, qu’elle vous nuyra.” Le gentil homme poursuivyt encores son propos et luy dist : “Et où est la bonne chere que vous me faictes quand je ne vous puys veoir ? Pourquoy m’en privez-vous maintenant, que le jour me monstre vostre beaulté accompaignée d’une parfaicte et bonne grace ?” Jambicque, faisant ung grand signe de la croix, luy dist : “Vous avez perdu vostre entendement, où vous estes le plus grand menteur du monde, car jamais en ma vie je ne pensay vous avoir faict meilleure ne pire chere que je vous faictz; et vous prye de me dire comme vous l’entendez ?” Alors le pauvre gentil homme, pensant la gaingner davantaige, luy alla compter le lieu où il l’avoit veue et la marque de la craye qu’il avoit faicte pour la congnoistre; dont elle fut si oultrée de collere, qu’elle luy dist qu’il estoit le plus meschant homme du monde ; qu’il avoit controuvé contre elle une mensonge si villaine, qu’elle mectroit peyne de l’en faire repentir. »

Informations sur l’image :
Auteur du cliché : Cachan, Stéphane Lojkine
Traitement de l’image : Photographie numérique
Localisation de la reproduction :
Reproduction interdite
Informations sur la notice :
Auteur de la notice : Stéphane Lojkine     Date de création : 09/09/2009
Auteur des modifications : Stéphane Lojkine     Date de Modification : 09/01/2016
Les notices sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être reproduites ni faire l’objet de quelque transaction que ce soit sans leur autorisation expresse et écrite.