Utpictura18

Couverture Diderot et le temps

Couverture Le Gout de Diderot

Couverture Fictions de la rencontre : le Roman comique de Scarron

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE L'OEil révolté

Couverture du livre de Richardson Clarisse Harlove, dans l'édition commentée par Stéphane LOJKINE

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE Image et subversion

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE Brutalité et représentation

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE La Scène de roman

Couverture du livre L’Écran de la représentation

Couverture du livre Détournements de modèles
Découvrir le Master LIPS « Littérature et Psychanalyse »
Adresse complète
à Toulouse
à Aix

This picture is not the one you were looking for ? Please click on the links on the right (darker text) and enlarge your search by author, date, textual source, subject...etc
Parole de Socrate (La Fontaine, Desaint & Saillant, 1755) - Oudry
Parole de Socrate (La Fontaine, Desaint & Saillant, 1755) - Oudry Auteur : Oudry, Jean Baptiste (1686-1755)
Œuvre signée.
Graveur : Aveline, Pierre (1710-1760)

Cette notice fait partie d’une série : La Fontaine, Fables choisies, grav d’Oudry, Paris, Desaint & Saillant, 1755-1759 (pièce ou n° 89 / 274)

Datation : 1755

Source textuelle : La Fontaine, Fables (1668-1692) Livre IV, Fable 17, Pléiade, p. 164

Sujet de l’image : Fiction, 17e siècle

Nature de l’image : Gravure sur cuivre

Lieu de conservation : Paris, Bibliothèque nationale de France, Réserve, Rés YE 114, Tome II, livre 4, Fable 77
Notice n° A6940   (n°1 sur 1) 
Comparaison avec d’autres notices : Parole de Socrate (Fables de La Fontaine, Barbin, 1668) - Chauveau

1. Inscriptions, signatures. 2. Historique, auteur, fabrication, commanditaires. 3. Variantes, œuvres en rapport :
Mentions sur la page en dehors de l’image.
1. Signé sous l’image à gauche « J. B. Oudry inv. », à droite « Avelines sculp. »
Le « s » d’Avelines doit être compris sans doute comme « Atelier des Avelines ».
Légende dans le cartouche, « PAROLE DE SOCRATE Fable LXXVII. »
2. Fables choisies mises en vers…, tome second.

Analyse de l’image :
     « Socrate un jour faisant bâtir,
    Chacun censurait son ouvrage.
   L’un trouvait les dedans, pour ne lui point mentir,
    Indignes d»un tel personnage ;
   L’autre blâmait la face, et tous étaient d’avis
   Que les appartements en étaient trop petits.
   Quelle maison pour lui ! L’on y tournait à peine.
    Plût au Ciel que de vrais amis,
   Telle qu’elle est, dit-il, elle pût être pleine !
    Le bon Socrate avait raison
   De trouver pour ceux-là trop grande sa maison.
   Chacun se dit ami ; mais fol qui s’y repose.
    Rien n’est plus commun que ce nom ;
    Rien n’est plus rare que la chose.
    Le bon Socrate avait raison
   De trouver pour ceux-là trop grande sa maison.
   Chacun se dit ami ; mais fol qui s’y repose.
    Rien n’est plus commun que ce nom ;
    Rien n’est plus rare que la chose.
    Le bon Socrate avait raison
   De trouver pour ceux-là trop grande sa maison.
   Chacun se dit ami ; mais fol qui s’y repose.
    Rien n’est plus commun que ce nom ;
    Rien n’est plus rare que la chose.
    Le bon Socrate avait raison
   De trouver pour ceux-là trop grande sa maison.
   Chacun se dit ami ; mais fol qui s’y repose.
    Rien n’est plus commun que ce nom ;
    Rien n’est plus rare que la chose. »

Informations sur l’image :
Auteur du cliché : Paris, Bibliothèque nationale de France, Réserve
Traitement de l’image : Image Web
Localisation de la reproduction : http://gallica.bnf.fr
Reproduction interdite
Informations sur la notice :
Auteur de la notice : Stéphane Lojkine     Date de création : 15/05/2009
Auteur des modifications : Stéphane Lojkine     Date de Modification : 29/05/2016
Les notices sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être reproduites ni faire l’objet de quelque transaction que ce soit sans leur autorisation expresse et écrite.