Utpictura18

Couverture Diderot et le temps

Couverture Le Gout de Diderot

Couverture Fictions de la rencontre : le Roman comique de Scarron

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE L'OEil révolté

Couverture du livre de Richardson Clarisse Harlove, dans l'édition commentée par Stéphane LOJKINE

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE Image et subversion

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE Brutalité et représentation

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE La Scène de roman

Couverture du livre L’Écran de la représentation

Couverture du livre Détournements de modèles
Découvrir le Master LIPS « Littérature et Psychanalyse »
Adresse complète
à Toulouse
à Aix

This picture is not the one you were looking for ? Please click on the links on the right (darker text) and enlarge your search by author, date, textual source, subject...etc
Adieux et défaillance de Poline & de son soupirant (Heptam N19, Amsterdam, 1698)
Adieux et défaillance de Poline & de son soupirant (Heptam N19, Amsterdam, 1698) Auteur : De Hooghe, ou De Hooch, Romeyn (1645-1708)

Cette notice fait partie d’une série : Contes et nouvelles de Marguerite de Valois, Amsterdam, G. Gallet, 1698 (pièce ou n° 20 / 73)

Datation : 1698

Source textuelle : Marguerite de Navarre (1492-1549), L’Heptaméron (1542-1546) Nouvelle 19, LP, p. 277

Sujet de l’image : Fiction, 16e siècle

Objets indexés dans l’image :
La scène a un public / Paysage à l’arrière-plan / Personnage endormi ou évanoui

Nature de l’image : Gravure sur cuivre, taille-douce (au burin)
Dimensions :  Hauteur 7,5 * Largeur 7,8 cm

Lieu de conservation : Versailles, Bibliothèque municipale centrale, F.A. in-8° E431e (1er volume)
Notice n° A6928   (n°1 sur 1) 
Comparaison avec d’autres notices : Les adieux déchirants (Heptaméron, Berne, 1780, N19) - Freudeberg

1. Inscriptions, signatures. 2. Historique, auteur, fabrication, commanditaires. 3. Variantes, œuvres en rapport :
2. 2e journée, 19e nouvelle.

Analyse de l’image :
     « Pauline, voyant qu’un gentil homme qu’elle n’aymoit moins que luy elle, pour les deffenses à luy faictes de ne parler jamais à elle, s’estoit allé rendfre religieux en l’Observance, entra en la religion de saincte Claire où elle fut receue et voylée, mettant à execution le desir qu’elle avoit eu de rendre la fin de l’amytié du gentil homme et d’elle, semblable en abit, estat et forme de vivre. »
   
   Le gentil homme français, dont la pauvreté ne lui permet pas de prétendre à la belle Poline, demande à la marquise de Mantoue la permission de prendre congé de celle qu’il aime. Après un discours déchirant, il se jette dans ses bras et tombe évanoui :
    « La pauvre Poline, qui tousjours luy avoit esté assez rigoureuse, congnoissant l’extrémité de sa douleur et l’honnesteté de sa requeste que en tel desespoir se contentoit d’une chose si raisonnable, sans luy respondre aultre chose, luy va gecter les bras au col, pleurant avecq une si grande vehemence, que la parolle, la voix et la force luy defaillirent, et se laissa tumber entre ses bras esvanouye : dont la pitié qu’il en eut, avecq l’amour et la tristesse, luy en feirent faire autant, tant que une de ses compaignes, les voyant tumber l’un d’un costé et l’autre de l’autre, appella du secours, qui à force de remedes les feyt revenir. »
   
   Poline est représentée évanouie sur le corps évanoui de son amant. A gauche, les courtisans entourent le marquis de Mantoue, à droite, deux dames de compagnie de la marquise. Au fond, on distingue par l’ouverture de droite une solitude, ou un désert, figures de la retraite du gentil homme « à la religion de l’Observance » (au couvent des Franciscains).

Informations sur l’image :
Auteur du cliché : Versailles, Bibliothèque municipale centrale
Traitement de l’image : Photographie numérique
Localisation de la reproduction :
Reproduction interdite
Informations sur la notice :
Auteur de la notice : Stéphane Lojkine     Date de création : 15/05/2009
Auteur des modifications : Stéphane Lojkine     Date de Modification : 29/11/2018
Les notices sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être reproduites ni faire l’objet de quelque transaction que ce soit sans leur autorisation expresse et écrite.