Utpictura18

Couverture Diderot et le temps

Couverture Le Gout de Diderot

Couverture Fictions de la rencontre : le Roman comique de Scarron

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE L'OEil révolté

Couverture du livre de Richardson Clarisse Harlove, dans l'édition commentée par Stéphane LOJKINE

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE Image et subversion

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE Brutalité et représentation

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE La Scène de roman

Couverture du livre L’Écran de la représentation

Couverture du livre Détournements de modèles
Découvrir le Master LIPS « Littérature et Psychanalyse »
Adresse complète
à Toulouse
à Aix

This picture is not the one you were looking for ? Please click on the links on the right (darker text) and enlarge your search by author, date, textual source, subject...etc
Le Roy intimide de son épée le comte Guillaume (Heptaméron N17, Amsterdam, 1698)
Le Roy intimide de son épée le comte Guillaume (Heptaméron N17, Amsterdam, 1698) Auteur : De Hooghe, ou De Hooch, Romeyn (1645-1708)

Cette notice fait partie d’une série : Contes et nouvelles de Marguerite de Valois, Amsterdam, G. Gallet, 1698 (pièce ou n° 18 / 73)

Datation : 1698

Source textuelle : Marguerite de Navarre (1492-1549), L’Heptaméron (1542-1546) Nouvelle 17, LP, p. 264

Sujet de l’image : Fiction, 16e siècle

Nature de l’image : Gravure sur cuivre, taille-douce (au burin)
Dimensions :  Hauteur 7,5 * Largeur 7,9 cm

Lieu de conservation : Versailles, Bibliothèque municipale centrale, F.A. in-8° E431e (1er volume)
Notice n° A6926   (n°1 sur 1) 
Comparaison avec d’autres notices : Le roi et le comte Guillaume (Heptaméron, Berne, 1780, N17) - Freudeberg // La justice du roi est aveugle (Heptaméron, Berne, 1780, N17) - Dunker

1. Inscriptions, signatures. 2. Historique, auteur, fabrication, commanditaires. 3. Variantes, œuvres en rapport :
2. 2e journée, 17e nouvelle.

Analyse de l’image :
     « Le Roy Françoys, requis de chasser hors son royaume le comte Guillaume que l’on disoit avoir prins argent pour le fair emourir, sans faire semblant qu’il eut soupçon de son entreprinse, luy joua un tour si subtil que luy-mesme se chassa, prenant congé du Roy. »
   
    « Et quand il se veid seul avec le conte au plus profond d ela forest, en tirant son espée, dist au conte : “Vous semble-il que ceste espée soit belle et bonne ?” Le conte, en la maniant par le bout, luy dist qu’il n’en avoit veu nulle qu’il pensast meilleure. “Vous avez raison, dist le Roy, et me semble que si ung gentil homme avoit deliberé de me tuer et qu’il eust congneu la force de mon bras et la bonté de mon cueur, accompaignée de ceste espée, il penseroit deux fois à m’assaillyr ; toutesfois, je le tiendrois pour bien meschant, si nous estions seul à seul sans tesmoings, s’il n’osoit executer ce qu’il auroit osé entreprendre.” Le conte Guillaume luy respondit avecq un visaige estonné : “Sire, la meschanceté de l’entreprinse seroit bien grande, mais la follye de la vouloir exceuter ne seroit pas moindre.” Le Roy, en se prenant à rire, remist l’espée au fourrau, et, escoutant que la chasse estoit pres de luy, picqua après le plus tost qu’il peut. » (LP, pp. 266-267.)
   
   La gravure ne représente pas la scène de la forêt, car le roi est seul ici, dans un décor urbain. Il faut lire l’image allégoriquement : le roi dégaine son épée de la main droite et montre de la gauche deux doigts (il faudrait penser deux fois à m’assaillir). Au fond à gauche, sur le haut du dome, une Renommée sonne de la trompette : qu’on se le dise.... !
   
   

Informations sur l’image :
Auteur du cliché : Versailles, Bibliothèque municipale centrale
Traitement de l’image : Photographie numérique
Localisation de la reproduction :
Reproduction interdite
Informations sur la notice :
Auteur de la notice : Stéphane Lojkine     Date de création : 15/05/2009
Auteur des modifications : Stéphane Lojkine     Date de Modification : 29/11/2018
Les notices sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être reproduites ni faire l’objet de quelque transaction que ce soit sans leur autorisation expresse et écrite.