Utpictura18

Couverture Diderot et le temps

Couverture Le Gout de Diderot

Couverture Fictions de la rencontre : le Roman comique de Scarron

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE L'OEil révolté

Couverture du livre de Richardson Clarisse Harlove, dans l'édition commentée par Stéphane LOJKINE

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE Image et subversion

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE Brutalité et représentation

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE La Scène de roman

Couverture du livre L’Écran de la représentation

Couverture du livre Détournements de modèles
Découvrir le Master LIPS « Littérature et Psychanalyse »
Adresse complète
à Toulouse
à Aix

This picture is not the one you were looking for ? Please click on the links on the right (darker text) and enlarge your search by author, date, textual source, subject...etc
Le Mandylion (Monastère Dyonisiou, Mont Athos)
Le Mandylion (Monastère Dyonisiou, Mont Athos)
Datation : 1550

Sujet de l’image : Sainte Face

Nature de l’image : Fresque

Lieu de conservation : Mont Athos, Monastère de Dionysios, Aghion Oros
Notice n° A6846   (n°1 sur 1) 
Comparaison avec d’autres notices : Le Mandylion (église saint Démétrios, Pec)

1. Inscriptions, signatures. 2. Historique, auteur, fabrication, commanditaires. 3. Variantes, œuvres en rapport :
1. De part et d’autre de la Sainte Face, on peut lire IC | XC (Ièsous Christos) et en dessous TOAGION | MANDILION (le Saint Mandylion). Sur l’auréole marquée d’une croix, trois lettres omicron, oméga, nu : lire [eimi] ho ôn, je suis celui qui est.
2. Cette fresque provient très probablement de la chapelle en ruine de Hagioi Pantes (tous les saints), au monastère de Dionysios (Monê Dionysiou).
3. L’église saint Démétrios de Pec (nord du Kosovo), possède une fresque représentant le Mandylion et le Keramion, peinte par Georgije Mitrofanovic, en 1619-20.

Analyse de l’image :
     Dans les années 30 de notre ère, Hannan (ou Ananias, selon les versions) archiviste et peintre officiel du toparque d’Edesse Abgar V Ukama, dit le Noir (9-46), aurait peint le portrait du Christ sur un linge de coton blanc dont ce dernier venait de se servir pour essuyer la sueur de son visage. C’est la version la plus ancienne (Doctrine d’Addaï) et la moins miraculeuse de l’histoire. Ce linge aurait ensuite été collé sur une planche, en conservant les franges qui en décoraient la bordure, et ramené au roi Abgar, malade (lépreux ?), à Edesse. Mais très vite, il n’est plus question d’un peintre : Abgar ayant demandé au Christ son portrait, celui-ci s’essuya sur un linge et son image s’imprima miraculeusement, sans intervention d’une main d’homme (en grec, acheiropoietos ; en français, achiropiite ; version des Acta Thaddei).
    Cette histoire est rapportée dans plusieurs textes apocryphes syriaques rédigés entre le IVe et le IXe siècle : la Doctrine d’Addaï (antérieure au VIe siècle), les Actes de Thaddée (remaniés au VIe siècle). Elle est reprise dans le Pseudo-Constantin, écrit vers l’an 945 à la cour de Constantin VII Porphyrogénète. Voir aussi dans Eusèbe de Césarée l’Épitre de Jésus Christ à Abgar roi d’Édesse (où il n’est pas question d’image).
    Le Christ aurait envoyé un message à Abgar : « Je te fais parvenir ce linge sur lequel l’image non seulement de ma face, mais de tout mon corps a été divinement transformée. » Abgar guéri de sa maladie se serait converti au christianisme. Les successeurs d’Abgar étant revenus au paganisme, l’évêque d’Édesse aurait caché l’image miraculeuse à l’intérieur d’un mur, et se servant d’une lampe à huile, l’aurait fixée contre une tuile, où elle se serait miraculeusement redupliquée, donnant naissance au Keramion.
    En 525, une inondation détruit la ville d’Édesse. Lors de sa reconstruction, on découvre un linge caché dans une niche au dessus de la porte Ouest de la ville, portant une image du Christ. Ce linge, sous le nom de Mandylion, est alors identifié au portrait qui aurait été offert à Abgar. Dans une autre version, l’image est redécouverte à la veille de l’invasion perse grâce à une vision de l’évêque d’Édesse. L’huile qui continuait à brûler dans le mur et coulait de l’image aurait servi à repousser les Perses.
    L’empereur Justinien fait construire en l’honneur du mandylion un sanctuaire : la cathédrale Saint Sophie d’Edesse. C’est à cette époque qu’apparaît dans l’art une iconographie du Christ vu de face. Le mandylion passe ensuite aux mains des musulmans. Les califes de Bagdad le remettent à l’évêque Abraham de Samestate. En 944, le Mandylion arrive à Constantinople, où il est conservé à la chapelle Sainte-Marie des Blachernes, la chapelle du palais impérial.
    Le Mandylion disparaît en 1203 lors du pillage de Constantinople par les Croisés. Il serait passé en France, à Lirey. Mais le Suaire conservé à Turin, s’il est le même que celui de Lirey, daterait du XIIIe ou du XIVe siècle...
   

Informations sur l’image :
Auteur du cliché : Mont Athos, Monastère de Dionysios
Traitement de l’image : Image Web
Localisation de la reproduction :
Reproduction interdite
Informations sur la notice :
Auteur de la notice : Stéphane Lojkine     Date de création : 26/04/2009
Auteur des modifications : Stéphane Lojkine     Date de Modification : 09/01/2016
Les notices sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être reproduites ni faire l’objet de quelque transaction que ce soit sans leur autorisation expresse et écrite.