Utpictura18

Couverture Diderot et le temps

Couverture Le Gout de Diderot

Couverture Fictions de la rencontre : le Roman comique de Scarron

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE L'OEil révolté

Couverture du livre de Richardson Clarisse Harlove, dans l'édition commentée par Stéphane LOJKINE

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE Image et subversion

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE Brutalité et représentation

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE La Scène de roman

Couverture du livre L’Écran de la représentation

Couverture du livre Détournements de modèles
Nouvelles notices : Térence, dix siècles d'illustration théâtrale
Adresse complète
à Toulouse
à Aix

This picture is not the one you were looking for ? Please click on the links on the right (darker text) and enlarge your search by author, date, textual source, subject...etc
Dirhems d’or du calife Abd el-Malek
Dirhems d’or du calife Abd el-Malek
Datation : entre 693 et 695

Objet indexé dans l’image : Marches

Nature de l’image : Monnaie, médailles

Bibliographie : André Grabar, L’Iconoclasme byzantin, Flammarion, 1984, Champs, 1998, Commentaire pp. 88-97 et Monnaies, n° 62, 64, 65
Notice n° A6830   (n°2 sur 3)  Notice précédente  Notice suivante  Toutes les notices 
Comparaison avec d’autres notices : Deux solidi byzantins du premier règne de Justinien II, avec le Christ roi // Deux solidi byzantins du règne d’Héraclius // Solidus byzantin du règne d’Héraclius et imitation islamique

1. Inscriptions, signatures. 2. Historique, auteur, fabrication, commanditaires. 3. Variantes, œuvres en rapport :
2. Dynastie Omméyade, an 77 de l’Hégire.

Analyse de l’image :
     Les trois figures qui se tiennent debout au recto de la première pièce, l’épée à la main, reprennent un motif byzantin, qu’on rencontre par exemple dans le solidus du règne d’Héraclius, où l’empereur est représenté avec ses deux fils. Les croix des diadèmes et les globes surmontés d’une croix qu’ils tenaient à la main ont été évidemment supprimés. L’interprétation selon laquelle il s’agirait de Mahomet, d’Abou-Baker et d’Aïcha paraît fantaisiste. Il est plus probable que le calife s’est représenté avec ses enfants, sur le modèle d’Héraclius. Il n’existe qu’un seul exemplaire de cette pièce, conservé au Bristish Museum. A. Grabar le reproduit (fig. 64), mais ne le commente pas.
    Au verso, la colonne, ou plutôt le sceptre du prophète (Grabar) élevé sur quatre marches symbolise l’unité de Dieu. Cet emblème s’inspire de la croix du Christ des mobbaies byzantines, représentée sur trois marches + le socle de la croix. Je ne sais pas quelle est la signification des deux signes de part et d’autre de la colonne ou lance du prophète, mais ils sont disposés de la même façon que le monogramme du Christ et l’epsilon qu’on voit sur le solidus d’Héraclius (voir lien).
    Sur le recto de la deuxième pièce, portrait présumé du calife Abd el-Malek, entouré de la devise islamique, « Il n’y a pas d’autre dieu que Dieu, et Mahomet est son prophète ». Abd el-Malik fut vaincu par Justinien II en 689 et contraint de lui payer tribut. En 693, Justinien refusa le tribut d’Abd El-Malek au prétexte que les pièces ne portaient pas de représentation figurée : les pièces byzantines arboraient la face du Christ, inacceptable pour un pays musulman.
    Sur la troisième pièce, toutes les représentations iconiques ont disparu : émise en 695 après avis d’un conseil religieux, elle s’accompagna de l’interdiction de faire circuler les émissions précédentes, sous peine de mort.

Informations sur l’image :
Auteur du cliché :
Traitement de l’image : Image Web
Localisation de la reproduction :
Reproduction interdite
Informations sur la notice :
Auteur de la notice : Stéphane Lojkine     Date de création : 24/04/2009
Auteur des modifications : Stéphane Lojkine     Date de Modification : 27/09/2018
Les notices sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être reproduites ni faire l’objet de quelque transaction que ce soit sans leur autorisation expresse et écrite.