Utpictura18

Couverture Diderot et le temps

Couverture Le Gout de Diderot

Couverture Fictions de la rencontre : le Roman comique de Scarron

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE L'OEil révolté

Couverture du livre de Richardson Clarisse Harlove, dans l'édition commentée par Stéphane LOJKINE

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE Image et subversion

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE Brutalité et représentation

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE La Scène de roman

Couverture du livre L’Écran de la représentation

Couverture du livre Détournements de modèles
Nouvelles notices : Térence, dix siècles d'illustration théâtrale
Adresse complète
à Toulouse
à Aix

This picture is not the one you were looking for ? Please click on the links on the right (darker text) and enlarge your search by author, date, textual source, subject...etc
Deux solidi byzantins du premier règne de Justinien II, avec le Christ roi
Deux solidi byzantins du premier règne de Justinien II, avec le Christ roi
Datation : entre 685 et 695

Sujet de l’image : Sainte Face

Objets indexés dans l’image :
Livre / Marches

Nature de l’image : Monnaie, médailles

Bibliographie : André Grabar, L’Iconoclasme byzantin, Flammarion, 1984, Champs, 1998, Description p. 53 et reproduction Monnaies 12-14
Notice n° A6829   (n°1 sur 1) 
Comparaison avec d’autres notices : Dirhems d’or du calife Abd el-Malek // Le Christ bénissant / Christ Pantocrator (Monastère Sainte-Catherine, Sinaï) // Le Christ entre Pierre et Paul (Sarcophage de Probus) // Solidi byzantins du règne de Jean Ier Tzimisces

1. Inscriptions, signatures. 2. Historique, auteur, fabrication, commanditaires. 3. Variantes, œuvres en rapport :
2. Justinien II a régné de 685 à 695 puis de 705 à 711.

Analyse de l’image :
    Pièce du haut :
   Avers : Buste du Christ du type Pantocrator, longs cheveux retomabant sur l’épaule gauche, barbe abondante, auréolé d ela seule croix sans nimbe, tenant un Evangéliaire incrusté de pierres précieuses, et bénissant de la main droite, index levé.
   IH[SU]S C[H]RIST[US] REX REGINANTIUM, Jésus Christ, roi des souverains (Le H est un Hèta).
   Revers : L’empereur Justinien II Rhinometus, empereur à Constantinople de 685 à 695, debout de face, revêtu du loros, tenant de la main droite une croix dressée sur trois marches et l’akakia de la main gauche.
   Cette nouvelle iconographie impériale, pourrait avoir subi l’influence du type paléochrétien du Christ impérial, monté sur un piédestal d’où sortent les quatre fleuves du Paradis. La croix et le rouleau de la Nouvelle Alliance constituaient en effet les deux attributs fondamentaux de ce Christ. Le piédestal est transposé de l’Homme vers la Croix pour des raisons symboliques (la Croix est supérieure à l’empereur), mais aussi pratiques (la hauteur disponible est limitée).
   AUG[U]ST[US] IUS[TINIANUS] SERU[US] CHRISTI
   On distingue avec peine aux pieds de l’empereur CONOP pour Constantinople (mieux visible sur la pièce décrite par A. Grabar).
   Pièce du bas (émise entre 692 et 695) :
   Avers :
   IH[ESU]S C[H]RIST[US] D[OMINUS] S[ALVATOR] REX REGINANT[I]UM, Jésus Christ, Seigneur sauveur, roi des souverains.
   Revers :
   D[IVUS] IUSTIN[IANUS]
   
    Ces portraits du Christ sont les plus anciens connus en numismatique. Leur apparition est peut-être une conséquence du Synode de Trullan, convoqué par Justinien en 692 pour tenter de réconcilier les deux églises d’Orient et d’Occident. Le synode fut un échec, mais la manière de représenter le Christ y fut débattue. Le synode opta pour une représentation humaine de préférence aux représentations symboliques privilégiées dans les premiers temps du christianisme. Le type choisi ici est celui du Mandylion, cette Sainte Face miraculeusement imprimée sur un tissu et trouvée en 525 cachée dans un mur d’Édesse.
    tenant un Evangéliaire incrusté de pierres précieuses, et bénissant de la main droite, index levé.
   IH[SU]S C[H]RIST[US] REX REGINANTIUM, Jésus Christ, roi des souverains (Le H est un Hèta).
   Verso : L’empereur Justinien II Rhinometus, empereur à Constantinople de 685 à 695, debout de face, revêtu du loros, tenant de la main droite une croix dressée sur trois marches et l’akakia de la main gauche.
   AUG[U]ST[US] IUS[TINIANUS] SERU[US] CHRISTI
   On distingue avec peine aux pieds de l’empereur CONOP pour Constantinople (mieux visible sur la pièce décrite par A. Grabar).
   Pièce du bas (émise entre 692 et 695) :
   Recto :
   IH[ESU]S C[H]RIST[US] D[OMINUS] S[ALVATOR] REX REGINANT[I]UM, Jésus Christ, Seigneur sauveur, roi des souverains.
   Verso :
   D[IVUS] IUSTIN[IANUS]
   
    Ces portraits du Christ sont les plus anciens connus en numismatique. Leur apparition est peut-être une conséquence du Synode de Trullan, convoqué par Justinien en 692 pour tenter de réconcilier les deux églises d’Orient et d’Occident. Ce synode, qui devait compléter le 6e concile œcuménique de Constantinople (680-681), condamna le monthélisme, sans obtenir la réconciliation souhaitée. Le synode fut un échec, mais la manière de représenter le Christ y fut débattue. Le synode opta pour une représentation humaine de préférence aux représentations symboliques privilégiées dans les premiers temps du christianisme. Le canon 82 stipule : « nous décidons que dorénavant sur les icônes, à la place de l’ancien Agneau, seront peints les traits humains du Christ qui a pris sur lui les péchés du monde ».
   Ce canon est peut-être la conséquence indirecte de la découverte du Mandylion à Édesse vers 525.
    Une première pièce est frappée, avec sur l’avers le type du Christ Emmanuel, cheveux courts et bouclés, collier de barbe. L’empereur passe au revers de la pièce. Une deuxième pièce est frappée, qu’on voit ici, où le Christ est représenté comme sur les icônes : barbe à deux pointes, cheveux longs, double mèche de cheveux sur le front.
   

Informations sur l’image :
Auteur du cliché :
Traitement de l’image : 
Localisation de la reproduction :
Reproduction interdite
Informations sur la notice :
Auteur de la notice : Stéphane Lojkine     Date de création : 24/04/2009
Auteur des modifications : Stéphane Lojkine     Date de Modification : 27/09/2018
Les notices sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être reproduites ni faire l’objet de quelque transaction que ce soit sans leur autorisation expresse et écrite.