Utpictura18

Couverture Diderot et le temps

Couverture Le Gout de Diderot

Couverture Fictions de la rencontre : le Roman comique de Scarron

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE L'OEil révolté

Couverture du livre de Richardson Clarisse Harlove, dans l'édition commentée par Stéphane LOJKINE

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE Image et subversion

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE Brutalité et représentation

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE La Scène de roman

Couverture du livre L’Écran de la représentation

Couverture du livre Détournements de modèles
Nouvelles notices : Térence, dix siècles d'illustration théâtrale
Adresse complète
à Toulouse
à Aix

This picture is not the one you were looking for ? Please click on the links on the right (darker text) and enlarge your search by author, date, textual source, subject...etc
Les Noces de Tanzaï (Crébillon, L’Écumoire, 1735, gravure frontispice)
Les Noces de Tanzaï (Crébillon, L’Écumoire, 1735, gravure frontispice) Auteur : Du Bourg, Louis Fabricius (1693-1775), peintre d’histoire et graveur à Amsterdam

Datation : 1735

Source textuelle : Crébillon, Tanzaï et Néadarné / L’Écumoire (1734)

Sujet de l’image : Fiction, 18e siècle

Objets indexés dans l’image :
Char / Colonnes / Singe

Nature de l’image : Gravure sur cuivre
Dimensions :  Hauteur 11,6 * Largeur 6,8 cm

Lieu de conservation : Commerce d’art
Notice n° A6474   (n°1 sur 1) 
Comparaison avec d’autres notices : Le sacrifice empêché de Mirtil (Il Pastor fido, acte V, Venise, Zatta, 1788) // Dorinde déguisée & blessée (Il Pastor fido, acte IV, 1639) - Daret // Frontispice, Les noces de Tanzaï (Crébillon, Tanzaï & Néadarné, éd. 1740)

1. Inscriptions, signatures. 2. Historique, auteur, fabrication, commanditaires. 3. Variantes, œuvres en rapport :
1. Signé sous la gravure à gauche « L. F. D. B. inv. » (Louis-Fabrice Du Bourg, selon Cohen-Ricci, col. 266), à droite « A. V. D. L. fec. »
2. L’Écumoire, histoire japonoise. Par Mr de Crébillon le fils. Tome premier. A Londres. Aux dépens de la Compagnie. MDCCXXXV
Cette édition comporte deux gravures frontispices, en tête de chacun des deux tomes, reliés en un seul volume dans l’exemplaire de la Bnf : RES 8-Z ADLER-552.
Autre exemplaire :
Institut de France, 8 Pierre 2515
L’adresse à Londres est fausse : Amsterdam ? Paris ?
Le titre de départ et le titre courant sont « Tanzaï et Néadarné ».

Analyse de l’image :
     Tanzaï s’apprête à épouser la princesse Néadarné, dans le Temple du Singe, où officie le Grand-Prêtre Saugrenutio. Mais Tanzaï doit préalablement conjurer une malédiction qui lui interdit de se marier avant sa 20e année accomplie. Pour ce faire, la Fée Barbacela, qui le protège, lui a fait présent d’une écumoire gigantesque qu’il doit enfoncer dans la bouche d’une vieille, de force, puis du Grand-Prêtre, avec son contentement. Il réussira la première, mais non la deuxième épreuve, déclenchant toutes les péripéties suivantes...
    Le roi, père de Tanzaï et sa future épouse sont représentés à droite sur le char qui les conduit au Temple circulaire qui se dresse au fond : on distingue sur le seuil Saugrenutio le Grand-Prêtre et, au-dessus de lui, le Singe-dieu. Tanzaï vient de descendre du char et, à gauche, se jette sur une vieille femme.
    « La première chose que fit Tanzaï en mettant le pied à terre, fut de chercher s’il ne découvrirait pas la vieille dont Barbacela lui avait parlé.
    Il l’aperçut enfin qui, cachée derrière les gardes, faisait son possible pour lui échapper ; il courut à elle. Quelle fut sa surprise, quand il reconnut la nourrice de Roussa ! Il ne l’en retint pas moins ; mais croyant qu’il fallait adoucir par un compliment la violence qu’il allait lui faire : C’est avec un regret sensible, lui dit-il, que je me vois forcé d’exécuter sur vous les ordres qui m’ont été prescrits. Vous m’obligeriez beaucoup, ma bonne, si vous vous prêtiez de bonne grâce à ce que je vais exiger de vous. Et de quoi s’agit-il donc ? demanda la vieille. Au fond, c’est une bagatelle, reprit le Prince : vous voyez le manche de cette Écumoire, il faut permettre que je vous l’enfonce dans la bouche. À moi, barbare ! s’écria-t-elle. Point d’injures, reprit-il avec dignité, il le faut, et puisque vous répondez si mal à mes bontés, nous allons voir. Qu’on la saisisse, ajouta-t-il.
    Alors la vieille, entre les mains des Gardes, fut forcée de céder aux volontés du Prince. Quoique avec la bouche qu’elle avait, elle eût moins à craindre qu’une autre, le manche était d’une grosseur si prodigieuse qu’elle ne put le regarder sans effroi. Tanzaï s’approcha, et malgré la colère de la vieille, s’apprêta à lui faire subir ce nouveau genre de supplice. Quelque dextérité qu’il employât à cette opération, quelque énorme que fût la bouche à qui il avait affaire, il ne put si bien s’y prendre qu’il ne cassât à la vieille les deux seules dents qui lui fussent restées. La moitié des assistants riait, l’autre plaignait la victime, tous enfin ignoraient pourquoi le Prince se portait à cette violence. Le Grand-Prêtre, surtout, était surpris qu’il se passât à la porte du Temple une chose qui lui paraissait indécente ; il en murmurait tout haut, mais il fut bien plus scandalisé quand le Prince ayant retiré le manche, courut avec promptitude le lui porter. Allons, lui dit-il, que votre Révérence se dépêche, tout dépend de sa diligence. Quoi ? dit Saugrenutio. Je dis, répliqua le Prince, que votre Révérence doit avaler ce manche. » (Livre I, chap. 7, éd. Garnier, pp. 296-297.)
    La vieille s’avère donc être la nourrice de Roussa Blafarda, c’est-à-dire une fée : « une vieille Fée, sa nourrice et son conseil » (I, 5, p. 290). Le nom de cette fée est révélé au chapitre VII : « Souviens-toi, dit-elle à Tanzaï, de ton Écumoire, et gémis à jamais de la vengeance de la Fée Concombre. » (P. 300.)

Informations sur l’image :
Auteur du cliché : Commerce d’art
Traitement de l’image : Image Web
Localisation de la reproduction :
Reproduction interdite
Informations sur la notice :
Auteur de la notice : Stéphane Lojkine     Date de création : 26/02/2009
Auteur des modifications : Stéphane Lojkine     Date de Modification : 09/01/2016
Les notices sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être reproduites ni faire l’objet de quelque transaction que ce soit sans leur autorisation expresse et écrite.