Utpictura18

Couverture Diderot et le temps

Couverture Le Gout de Diderot

Couverture Fictions de la rencontre : le Roman comique de Scarron

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE L'OEil révolté

Couverture du livre de Richardson Clarisse Harlove, dans l'édition commentée par Stéphane LOJKINE

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE Image et subversion

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE Brutalité et représentation

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE La Scène de roman

Couverture du livre L’Écran de la représentation

Couverture du livre Détournements de modèles
Découvrir le Master LIPS « Littérature et Psychanalyse »
Adresse complète
à Toulouse
à Aix

This picture is not the one you were looking for ? Please click on the links on the right (darker text) and enlarge your search by author, date, textual source, subject...etc
Tervire nourrie par M. Villot (La Vie de Marianne, 9e partie, éd. 1778) - Fokke
Tervire nourrie par M. Villot (La Vie de Marianne, 9e partie, éd. 1778) - Fokke Auteur : Fokke, Simon (1712-1784)

Cette notice fait partie d’une série : Marivaux, La Vie de Marianne, Amsterdam, Changuion, 2 vol in12, 1778 (pièce ou n° 10 / 13)

Datation : 1742

Source textuelle : Marivaux, La Vie de Marianne (1731-1741) 9e partie

Sujet de l’image : Fiction, 18e siècle

Nature de l’image : Gravure sur cuivre

Lieu de conservation : Paris, Bibliothèque nationale de France, Département Littérature et art, Smith Lesouef R-1874
Notice n° A6310   (n°1 sur 1) 
Comparaison avec d’autres notices : Nativité de la Vierge - Carpaccio

1. Inscriptions, signatures. 2. Historique, auteur, fabrication, commanditaires. 3. Variantes, œuvres en rapport :
1. Signé et daté en bas à gauche, sous la gravure « S. Fokke inv. et fec. 1742. »
Au-dessus de la gravure, à droite, « IX. Part. »

Analyse de l’image :
    M. de Tervire a épousé Mlle de Tresle sans le consentement de son père. Celle-ci accouche peu après d’une enfant que le grand-père découvre ici, par hasard, chez sa nourrice, malheureusement elle-même prise de fièvre. Son mari essaie de la suppléer.
    « M. de Tervire, qui connaissait cet homme, et qui entra chez lui pour s’asseoir, vit qu’il tâchait de faire avaler un peu de lait à un enfant qui paraissait fort faible, qui avait l’air pâle et comme mourant. Cet enfant, c’était moi.
    Ce que vous lui donnez là ne vaut rien, dit M. de Tervire surpris de son action ; dans l’état de faiblesse où il est, c’est de sa nourrice dont il a besoin ; est-ce qu’elle n’y est pas ? Vous m’excuserez, lui dit le paysan ; la voilà, c’est ma femme ; mais elle est, comme vous voyez, au lit avec une grosse fièvre, qui l’a empêchée de nourrir l’enfant depuis hier au soir que nous lui avons cherché une nourrice, et voici même mon fils qui a été le grand matin avertir le père et la mère d’en amener une. »
    On distingue le fils à gauche sur la gravure, assis de dos. Le grand-père, assis à droite au premier plan sert d’embrayeur visuel à la scène, traitée comme une Nativité de la Vierge. En effet, dans la Nativité de la Vierge, contrairement à la Nativité de Jésus, Anne ne tient jamais son enfant dans ses bras. Elle est seule sur son lit à l’arrière-plan, tandis que, devant le lit, une servante s’occupe de l’enfant. Joachim, représenté comme un vieillard, assiste ou participe même à la scène, comme le grand-père de Tervire.
    Le grand-père de Tervire et le fils du fermier encadrent l’espace restreint de la scène, composé du triangle actanciel formé par le paysan nourrisant l’enfant sous le regard de sa femme.

Informations sur l’image :
Auteur du cliché : Paris, Bibliothèque nationale de France
Traitement de l’image : Photographie numérique
Localisation de la reproduction : Collection particulière (Cachan)
Reproduction interdite
Informations sur la notice :
Auteur de la notice : Stéphane Lojkine     Date de création : 19/12/2008
Auteur des modifications : Stéphane Lojkine     Date de Modification : 22/01/2018
Les notices sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être reproduites ni faire l’objet de quelque transaction que ce soit sans leur autorisation expresse et écrite.