Utpictura18

Couverture Diderot et le temps

Couverture Le Gout de Diderot

Couverture Fictions de la rencontre : le Roman comique de Scarron

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE L'OEil révolté

Couverture du livre de Richardson Clarisse Harlove, dans l'édition commentée par Stéphane LOJKINE

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE Image et subversion

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE Brutalité et représentation

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE La Scène de roman

Couverture du livre L’Écran de la représentation

Couverture du livre Détournements de modèles
Découvrir le Master LIPS « Littérature et Psychanalyse »
Adresse complète
à Toulouse
à Aix

This picture is not the one you were looking for ? Please click on the links on the right (darker text) and enlarge your search by author, date, textual source, subject...etc
Rupture au cabinet de verdure (La Vie de Marianne, 8e partie, éd. 1778) - Schley
Rupture au cabinet de verdure (La Vie de Marianne, 8e partie, éd. 1778) - Schley Auteur : Schley, Jakob van der (1715-1779)

Cette notice fait partie d’une série : Marivaux, La Vie de Marianne, Amsterdam, Changuion, 2 vol in12, 1778 (pièce ou n° 9 / 13)

Datation : 1738

Source textuelle : Marivaux, La Vie de Marianne (1731-1741) 8e partie

Sujet de l’image : Fiction, 18e siècle

Nature de l’image : Gravure sur cuivre

Lieu de conservation : Paris, Bibliothèque nationale de France, Département Littérature et art, Smith Lesouef R-1874
Notice n° A6309   (n°1 sur 1) 
Comparaison avec d’autres notices : Marianne confond Valville (Vie de Marianne, Néaulme 1736-42 fig8) - Schley // La treille de jasmin (Hypnerotomachia 1499, p. 142)

1. Inscriptions, signatures. 2. Historique, auteur, fabrication, commanditaires. 3. Variantes, œuvres en rapport :
1. Signé et daté en bas à gauche, sous la gravure « J. V. Schley fecit 1738. »
Au-dessus de la gravure, à droite, « VIII. Part. »

Analyse de l’image :
     Marianne a découvert l’infidélité de Valville, qui aime désormais Varthon. Mais ce n’est pas une scène de jalousie qu’elle lui réserve ; c’est une scène, ô combien plus humiliante, de générosité. S’arrangeant pour se retrouver seule avec lui dans le cabinet de verdure du jardin de Mme de Miran, elle lui propose de se concerter sur ce qu’il conviendra de dire à sa mère.
    Schley construit ici un triangle actanciel particulièrement net : tandis que Valville et Marianne se retrouvent face à face dans le cabinet de verdure, Varthon inquiète s’approche et cherche à surprendre la scène : mais y a-t-il interaction entre les deux protagonistes ? Ce que la scène révèle n’est-il pas justement l’absence d’interaction, ou la disparition de celle-ci ? Schley rend admirablement ce vide, en élargissant la cabinet, en soulignant la distance entre les deux personnages : tout le jardin entre dans le cabinet, tandis que Valville et Marianne se retrouvent pour ainsi dire chacun à un bout. L’espace restreint, distendu, disloqué ne souligne plus aucune cristallisation scénique.

Informations sur l’image :
Auteur du cliché : Paris, Bibliothèque nationale de France
Traitement de l’image : Photographie numérique
Localisation de la reproduction : Collection particulière (Cachan)
Reproduction interdite
Informations sur la notice :
Auteur de la notice : Stéphane Lojkine     Date de création : 19/12/2008
Auteur des modifications : Stéphane Lojkine     Date de Modification : 22/01/2018
Les notices sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être reproduites ni faire l’objet de quelque transaction que ce soit sans leur autorisation expresse et écrite.