Utpictura18

Couverture Diderot et le temps

Couverture Le Gout de Diderot

Couverture Fictions de la rencontre : le Roman comique de Scarron

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE L'OEil révolté

Couverture du livre de Richardson Clarisse Harlove, dans l'édition commentée par Stéphane LOJKINE

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE Image et subversion

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE Brutalité et représentation

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE La Scène de roman

Couverture du livre L’Écran de la représentation

Couverture du livre Détournements de modèles
Découvrir le Master LIPS « Littérature et Psychanalyse »
Adresse complète
à Toulouse
à Aix

This picture is not the one you were looking for ? Please click on the links on the right (darker text) and enlarge your search by author, date, textual source, subject...etc
Amants au beau milieu de la nuit - Shin Yun-bok
Amants au beau milieu de la nuit - Shin Yun-bok Auteur : Shin Yun-bok, dit aussi Heywon (vers 1758-après 1813)
Œuvre signée.

Datation : 1805   (date conjecturale)

Sujet de l’image : Sujet de genre

Nature de l’image : Aquarelle

Lieu de conservation : Séoul, Musée d’art Gansong, Trésor national n°135
Notice n° A6266   (n°1 sur 1) 
Comparaison avec d’autres notices : Etreinte nocturne épiée - Shin Yun-bok

1. Inscriptions, signatures. 2. Historique, auteur, fabrication, commanditaires. 3. Variantes, œuvres en rapport :
1. Sur le mur, on peut lire le poème suivant, de trois vers :
« Au beau milieu de la nuit,
quand la lune est sombre,
les deux cœurs ne font qu’un. »
L’artiste signe au bas du poème, de son surnom « Heywon ».
2. « Amants au beau milieu de la nuit » constitue l’une des scènes du « Heywonjeonsincheop », recueil de trente pages où l’artiste peignit des peintures de mœurs.
3. Le titre « Amants au clair de lune » me paraît impropre à cause du vers « quand la lune est sombre ». Le peintre ne représente pas un clair de lune, mais au contraire le moment où, la lune disparaissant dans un nuage, les amants peuvent se quitter sans être vus. Il faut opposer cette composition à celle du même peintre qui représente l’étreinte de deux amants adultères dans la rue, surprise par la jeune épouse à la faveur du clair de lune : la lune est alors représentée pleine et sans nuages. (Voir lien.)

Analyse de l’image :
     A gauche, la lune qui émerge du bosquet, à côté du toit de tuiles, indique le moment de la rencontre. La lune est nimbée d’un voile nuageux noir qui signifie l’obscurité de la scène, comme le suggère le poème (« quand la lune est sombre »). L’homme est imberbe, et coiffé d’un « gat », un chapeau en crin de cheval : il est jeune et de famille noble. De la main droite, il tient une lanterne, tandis que de la gauche il cherche quelque chose dans son vêtement, à sa ceinture. Ses pieds sont déjà sur le départ, mais sa tête est encore tournée vers la dame, dont un châle bleu et un voile blanc sont censés dissimuler le visage. Sa robe vert pâle, sa veste bordée de rouge et ses chaussures rouges (noires sur la photo) attestent également une condition noble.
    La pliure de la page est également l’angle du mur : on peut penser que les amants viennent de quitter la maison à gauche. Ils ont tourné à l’angle de la rue pour ne pas être vus devant la maison. Ils se disent adieu ainsi à l’abri des regards, et le jeune homme s’éloignera bientôt.
    À cette époque, le couvre-feu était en usage à cette heure dans les rues de la capitale dynastique de Hanseong. De toutes façons, l’usage interdisait à un homme et à une femme de la noblesse de se retrouver seuls s’ils n’étaient pas de la même famille. Les dames ne sortaient d’ailleurs qu’en palanquin, afin de se soustraire aux regards indiscrets.
    La jeune femme n’a donc pas seulement enfreint tous les usages en recevant le jeune homme chez elle ; en le raccompagnant pour un petit bout de chemin dehors, elle aggrave encore la transgression des bienséances.
    À la netteté et à la finesse de trait des personnages s’oppose le flou du lieu, réalisé grâce à une encre claire, un tracé et un coloriage très partiels. Le caractère éphémère de la scène en sort d’autant plus renforcé que l’ouverture du livre, dont la pliure correspond avec l’angle du mur, réalise la sortie des personnages de la maison et l’éloignement du jeune homme : regarder la scène suppose d’ouvrir le livre et donc de consommer la séparation.
   (Voir, pour l’analyse de cette peinture, l’article de Cho Insoo, université nationale des arts de Corée, Koreana, vol. 9, n°3, aut. 2008. Mon analyse complète la sienne, je l’espère sans contresens. Stéphane Lojkine.)

Informations sur l’image :
Auteur du cliché : Séoul, Musée d’art Gansong
Traitement de l’image : Scanner
Localisation de la reproduction :
Reproduction interdite
Informations sur la notice :
Auteur de la notice : Stéphane Lojkine     Date de création : 04/12/2008
Auteur des modifications : Stéphane Lojkine     Date de Modification : 09/01/2016
Les notices sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être reproduites ni faire l’objet de quelque transaction que ce soit sans leur autorisation expresse et écrite.