Utpictura18

Couverture Diderot et le temps

Couverture Le Gout de Diderot

Couverture Fictions de la rencontre : le Roman comique de Scarron

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE L'OEil révolté

Couverture du livre de Richardson Clarisse Harlove, dans l'édition commentée par Stéphane LOJKINE

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE Image et subversion

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE Brutalité et représentation

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE La Scène de roman

Couverture du livre L’Écran de la représentation

Couverture du livre Détournements de modèles
Découvrir le Master LIPS « Littérature et Psychanalyse »
Adresse complète
à Toulouse
à Aix

This picture is not the one you were looking for ? Please click on the links on the right (darker text) and enlarge your search by author, date, textual source, subject...etc
Duel de Valcour et de Sainval (Aline &Valcour, 1795, t1, I)
Duel de Valcour et de Sainval (Aline &Valcour, 1795, t1, I)
Cette notice fait partie d’une série : Aline et Valcour ou Le Roman philosophique, Paris, Veuve Girouard, 1795 (pièce ou n° 1 / 16)

Datation : 1795

Source textuelle : Sade, Donatien Alphonse François, marquis de (1740-1814) Aline et Valcour, lettre V de Valcour à Aline, Pléiade, p. 408

Sujet de l’image : Fiction, 18e siècle

Objets indexés dans l’image :
Canne ou épée à terre / Chapeau au sol / Main masquant le visage

Nature de l’image : Gravure sur cuivre

Lieu de conservation : Paris, Bibliothèque nationale de France, Département Littérature et art, ENFER 2578 (1)
Notice n° A4985   (n°1 sur 1) 
Comparaison avec d’autres notices : Lovelace tué en duel (Clarisse, Nourse 1751, fig21) - Pasquier

1. Inscriptions, signatures. 2. Historique, auteur, fabrication, commanditaires. 3. Variantes, œuvres en rapport :
Mentions sur la page en dehors de l’image.
1. Légende sous la gravure : « J’étais le seul coupable hélas ! c’était à moi de succomber ! »
2. Tome 1. Première partie. Frontispice.

Analyse de l’image :
     Valcour confesse à Aline les fautes qu’il a commises avant de la connaître. Il a séduit puis abandonné Adélaïde, qui est morte de chagrin. Son frère, qu’il rencontre par hasard à Lyon quelques temps plus tard, le provoque en duel, et Valcour le tue.
    « Nous nous battîmes ; le combat fut court : Sainval avait plus de courage que d’adresse, et plus de raison que de bonheur. Il cède sous les premiers coups que je lui porte, et j’ai la douleur de le renverser mort à mes pieds. À peine m’en suis-je convaincu que je m’élance en larmes sur le corps sanglant de ce malheureux jeune homme, dont les traits, dont la voix venait de me rappeler si douloureusement sa malheureuse sœur. […] Et je me précipitais encore sur ce cavdavre sanglant, et je cherchais à le ranimer, à lui rendre le souffle de la vie aux dépens mêmes de celle que j’aurais voulu lui sacrifier. »
    Alors que le texte insiste sur le mouvement de Valcour vers le cadavre de Sainville, sur leur étreinte même, l’illustrateur esquisse un mouvement inverse, Valcour se détournant au contraire, pour se couvrir le visage.

Informations sur l’image :
Auteur du cliché : Paris, Bibliothèque nationale de France
Traitement de l’image : Image Web
Localisation de la reproduction : http://gallica.bnf.fr
Reproduction interdite
Informations sur la notice :
Auteur de la notice : Stéphane Lojkine     Date de création : 28/01/2007
Auteur des modifications : Stéphane Lojkine     Date de Modification : 22/01/2018
Les notices sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être reproduites ni faire l’objet de quelque transaction que ce soit sans leur autorisation expresse et écrite.