Utpictura18

Couverture Diderot et le temps

Couverture Le Gout de Diderot

Couverture Fictions de la rencontre : le Roman comique de Scarron

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE L'OEil révolté

Couverture du livre de Richardson Clarisse Harlove, dans l'édition commentée par Stéphane LOJKINE

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE Image et subversion

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE Brutalité et représentation

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE La Scène de roman

Couverture du livre L’Écran de la représentation

Couverture du livre Détournements de modèles
Découvrir le Master LIPS « Littérature et Psychanalyse »
Adresse complète
à Toulouse
à Aix

This picture is not the one you were looking for ? Please click on the links on the right (darker text) and enlarge your search by author, date, textual source, subject...etc
Les deux rats, le renard et l’œuf (Fables de La Fontaine, 1679, 4eP) - at. Chauv
Les deux rats, le renard et l’œuf (Fables de La Fontaine, 1679, 4eP) - at. Chauv
Cette notice fait partie d’une série : Fables choisies mises en vers par M. de La Fontaine, 4e p., Thierry&Barbin, 1679 (pièce ou n° 16 / 23)

Datation : entre 1678 et 1679

Source textuelle : La Fontaine, Fables (1668-1692) Livre IX, fin du livre, Pléiade, p. 387

Sujet de l’image : Fiction, 17e siècle

Objets indexés dans l’image :
Muret / Œuf / Paysage à l’arrière-plan / Rat, souris / Renard

Nature de l’image : Gravure sur cuivre
Notice n° A4071   (n°20 sur 22)  Notice précédente  Notice suivante  Toutes les notices 
Comparaison avec d’autres notices : Les deux rats, le renard et l’œuf (La Fontaine, Desaint & Saillant 1755) - Oudry

1. Inscriptions, signatures. 2. Historique, auteur, fabrication, commanditaires. 3. Variantes, œuvres en rapport :
1. Gravure non signée.

Analyse de l’image :
    Texte de la fable (fin du Discours à Mme de la Sablière, v. 179-237)
   Deux rats cherchaient leur vie ; ils trouvèrent un Œuf.
   Le dîné suffisait à gens de cette espèce !
   Il n’est pas besoin qu’ils trouvassent un Bœuf.
   Pleins d’appétit, et d’allégresse,
   Ils allaient de leur Œuf manger chacun sa part,
   Quand un quidam parut : c’était maître Renard.
   Rencontre incommode et fâcheuse.
   Car comment sauver l’Œuf ? Le bien empaqueter,
   Puis des pieds de devant ensemble le porter,
   Ou le rouler, ou le traîner :
   C’était chose impossible autant que hasardeuse.
   Nécessité l’ingénieuse
   Leur fournit une invention.
   Comme ils pouvaient gagner leur habitation,
   L’écornifleur étant à demi-quart de lieue,
   L’un se mit sur le dos, prit l’Œuf entre ses bras,
   Puis malgré quelques heurts, et quelques mauvais pas,
   L’autre le traîna par la queue.
   Qu’on m’aille soutenir, après un tel récit,
   Que les bêtes n’ont point d’esprit.
   Pour moi si j’en étais le maître,
   Je leur en donnerais aussi bien qu’aux enfants.
   Ceux-ci pensent-ils pas dès leurs plus jeunes ans ?
   Quelqu’un peut donc penser ne se pouvant connaître.
   Par un exemple tout égal,
   J’attribuerais à l’animal
   Non point une raison selon notre manière,
   Mais beaucoup plus aussi qu’un aveugle ressort :
   Je subtiliserais un morceau de matière,
   Que l’on ne pourrait plus concevoir sans effort,
   Quintessence d’atome, extrait de la lumière,
   Je ne sais quoi plus vif et plus mobile encore
   Que le feu : car enfin, si le bois fait la flamme,
   La flamme en s’épurant peut-elle pas de l’âme
   Nous donner quelque idée, et sort-il pas de l’or
   Des entrailles du plomb ? […]

Informations sur l’image :
Auteur du cliché :
Traitement de l’image : Scanner
    Commande n°
Localisation de la reproduction : Collection particulière
Reproduction interdite
Informations sur la notice :
Auteur de la notice : Stéphane Lojkine     Date de création : 04/01/2006
Auteur des modifications : Stéphane Lojkine     Date de Modification : 10/03/2019
Les notices sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être reproduites ni faire l’objet de quelque transaction que ce soit sans leur autorisation expresse et écrite.