Utpictura18

Couverture Diderot et le temps

Couverture Le Gout de Diderot

Couverture Fictions de la rencontre : le Roman comique de Scarron

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE L'OEil révolté

Couverture du livre de Richardson Clarisse Harlove, dans l'édition commentée par Stéphane LOJKINE

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE Image et subversion

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE Brutalité et représentation

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE La Scène de roman

Couverture du livre L’Écran de la représentation

Couverture du livre Détournements de modèles
Découvrir le Master LIPS « Littérature et Psychanalyse »
Adresse complète
à Toulouse
à Aix

This picture is not the one you were looking for ? Please click on the links on the right (darker text) and enlarge your search by author, date, textual source, subject...etc
Supplice de Brunehaut (H. Martin, Hist. de France, 1886) - Bayard
Supplice de Brunehaut (H. Martin, Hist. de France, 1886) - Bayard Auteur : Bayard, Émile Antoine (1837-1891)
Œuvre signée.
Graveur : Burgun, Georges Marcel, peintre (et graveur ?) français du 19-20e siècle

Cette notice fait partie d’une série : Henri Martin, Histoire de France populaire, Paris, Furne-Jouvet, s. d. (pièce ou n° 19 / 116)

Datation : 1886

Sujet de l’image : Histoire moderne. 05e-09e siècle. France
Dispositif : Scène (espace vague/espace restreint)

Objet indexé dans l’image : Cheval

Nature de l’image : Gravure
Dimensions :  Hauteur 13,8 * Largeur 10,3 cm

Lieu de conservation : Collection particulière (Cachan)
Notice n° A3854   (n°1 sur 1) 
Comparaison avec d’autres notices : Chute feinte d’un prince amoureux (Heptaméron, Amsterdam, 1698)

1. Inscriptions, signatures. 2. Historique, auteur, fabrication, commanditaires. 3. Variantes, œuvres en rapport :
1. Signé en bas à gauche « Emile Bayard », à droite « BURGUN ».
2. Chapitre IX, « Les Mérovingiens (511 à 638.) », p. 73.

Analyse de l’image :
     « Brunehaut s’était enfuie dans les montagnes du Jura ; mais elle fut arrêtée et amenée devant Clother à Rionne en France-Comté.
    Clother lui reprocha la mort d edix princes des Francs, comme si elle eût dû répondre des actions de Frédégonde aussi bien que des siennes propres ; puis, après l’avoir tourmentée pendant trois jours par divers supplices, il la fit attacher à la queue d’un cheval indompté, qui traîna longtemps à travers la campagne le corps mutilé de la grand ereine des Francs (613). Frédegonde, dont la vie entière n’évait été qu’une suite de crimes, était morte en pleine victoire ; Brunehaut, coupable seulement dans les dernières années de sa longue vie, avait péri par une fin effroyable : c’est que Frédegonde avait été, pour ainsi dire, le génie même de la barbarie triomphante, tandis que Brunehaut s’était perdue en voulant restaurer le régime politique de la civilisation romaine, qui ne pouvait plus renaître. » (P. 75.)

Informations sur l’image :
Auteur du cliché : Cachan, Stéphane Lojkine
Traitement de l’image : Scanner
Localisation de la reproduction : Collection particulière
Reproduction interdite
Informations sur la notice :
Auteur de la notice : Stéphane Lojkine     Date de création : 16/11/2005
Auteur des modifications : Stéphane Lojkine     Date de Modification : 09/01/2016
Les notices sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être reproduites ni faire l’objet de quelque transaction que ce soit sans leur autorisation expresse et écrite.