Utpictura18

Couverture Diderot et le temps

Couverture Le Gout de Diderot

Couverture Fictions de la rencontre : le Roman comique de Scarron

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE L'OEil révolté

Couverture du livre de Richardson Clarisse Harlove, dans l'édition commentée par Stéphane LOJKINE

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE Image et subversion

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE Brutalité et représentation

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE La Scène de roman

Couverture du livre L’Écran de la représentation

Couverture du livre Détournements de modèles
Nouvelles notices : Térence, dix siècles d'illustration théâtrale
Adresse complète
à Toulouse
à Aix

This picture is not the one you were looking for ? Please click on the links on the right (darker text) and enlarge your search by author, date, textual source, subject...etc
Paméla raconte une histoire à ses enfants (Pamela 1742, vol. 4) - Gravelot
Paméla raconte une histoire à ses enfants (Pamela 1742, vol. 4) - Gravelot Auteur : Hayman, Francis (1708-1776)
Graveur : Gravelot, Hubert-François Bourgignon dit (1699-1773)

Cette notice fait partie d’une série : Richardson, Pamela or virtue rewarded, 4 vol., Londres, 1742 (pièce ou n° 29 / 29)

Datation : 1742

Source textuelle : Richardson, Pamela (1740) éd. de Rouen, 1782, t. VIII, lettre 61, p. 280

Sujet de l’image : Fiction, 18e siècle

Nature de l’image : Gravure sur cuivre
Notice n° A3820   (n°1 sur 1) 
Comparaison avec d’autres notices : La matinée à l’angloise (La Nouvelle Héloïse, Rey 1761 fig9) - Gravelot // Frontispice des Contes de ma Mère l’Oye (Perrault, Ms de 1695) // Frontispice (Histoires ou contes du temps passé, 1777) // Paméla raconte une histoire à ses enfants (Pamela, Leipzig 1750, fig.29) - Brühl

1. Inscriptions, signatures. 2. Historique, auteur, fabrication, commanditaires. 3. Variantes, œuvres en rapport :
1. En haut à droite « Vol. IV p. 474. 475». En bas à droite « Gravelot … »

Analyse de l’image :
        Paméla écrit à Myladi G…. comment elle amuse sa petite famille en lui racontant des Histoires.     « Mademoiselle Goodwin est un prodige pour son âge. Elle s’est rendu familiers plusieurs des plus excellents caracteres du SPECTATEUR. Elle a une petite teinture de Latin, entend passablement l’Italien, & possede le François dans la perfection ; ce qui fait qu’elle est rarement embarrassée à trouver l’étymologie des mots qui ne sont pas d’origine Angloise.Je vous conterai une histoire que je lui ai faite sous des noms supposés, à laquelle elle a pris un si grand plaisir, qu’elle l’a mise par écrit ; vous pourrez vous faire par ce moyen une idée de son discernement. Mais avant cela je mettrai votre patience à l’épreuve en vous faisant de mes contes d’enfants.     Tous les jours, si rien ne m’en empêvhe, j’engage une ou deux fois mademoiselle Goodwin, qui joue fort joliment du clavecin & ne chante pas mal, à me régaler d’un ou de deux airs. J’en fais faire autant à Guillaume, & à Davers [281], qui aiment cet instrument, & apprennent à en jouer. Toute jeune que soit ma Paméla, elle imite ses freres, & je m’apperçois qu’elle semble avoir les doigts faits pour cela, & qu’elle a l’oreille excellente : pour sa voix, c’ets la musique même. Oh quelle mere ! quelle mere follement passionnée ! C’est ce que vous ne manquerez pas de dire en lisant ceci.     Après ces petits exercices, nous allons tous ensemble dans la chambre des enfants, auprès de Charles & de Jacques. Imaginez-vous que, dans cette heureuse retraite qui fait mes délices en l’absence de mon bie -aimé, vous me voyez assise et environnée de ce qui fait ma joie, fonde mes espérances pour l’avenir, & me rend contente pour le présent.     Représentez-vous mademoiselle Goodwin à ma droite, assise sur une chaise de velours, parce qu’elle est la plus âgée & une Demoiselle ; guillaume à ma gauche dans un petit fauteuil à fond de canne, parce qu’il est l’aîné & un sage garçon : Davers, ma Paméla avec ses yeux pétillants, & Charles au milieu d’eux, assis à mes pieds sur de petits coussins de soie, se tenant par la main, & leurs yeux, où éclate la joie, attachés sur les miens, qui en sont encore plus pénétrés ; Jacques, cet enfant quin promet d’être d’un si bon naturel, assis sur mes genoux ; les nourrices & le berceau derriere nous, & les servantes d’enfants occupées à quelque ouvrage utile à ces cheres créatures. Représentez-vous-les, dis-je, tous aussi tranquilles que le silence même, & tels qu’ils le sont ordinairement lorsque leurs yeux attentifs s’apperçoivent que j’ouvre [282] la bouche pour parler ; car ils font déjà grande attention à ce que je leur ai dit de deux oreilles & d’une langue […].     Dans cette disposition, imaginez-vous que je commence à leur conter l’histoire de deux petits garçons & de deux petites filles, enfans d’un beau Monsieur & d’une belle Dame, qui les aimoient tendrement. Ils étoient tous si sages, & avoient tant d’amitié les uns pour les autres, que quiconque les voyoit, les admiroit, & ne pouvoit se lasser d’en parler par-tout où il se trouvoit. »

Informations sur l’image :
Auteur du cliché :
Traitement de l’image : Image Web
Localisation de la reproduction :
Reproduction interdite
Informations sur la notice :
Auteur de la notice : Stéphane Lojkine     Date de création : 27/09/2005
Auteur des modifications : Stéphane Lojkine     Date de Modification : 09/01/2016
Les notices sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être reproduites ni faire l’objet de quelque transaction que ce soit sans leur autorisation expresse et écrite.