Utpictura18

Couverture Diderot et le temps

Couverture Le Gout de Diderot

Couverture Fictions de la rencontre : le Roman comique de Scarron

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE L'OEil révolté

Couverture du livre de Richardson Clarisse Harlove, dans l'édition commentée par Stéphane LOJKINE

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE Image et subversion

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE Brutalité et représentation

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE La Scène de roman

Couverture du livre L’Écran de la représentation

Couverture du livre Détournements de modèles
Nouvelles notices : Térence, dix siècles d'illustration théâtrale
Adresse complète
à Toulouse
à Aix

This picture is not the one you were looking for ? Please click on the links on the right (darker text) and enlarge your search by author, date, textual source, subject...etc
Apparition du Christ à Madeleine (Cathédrale d’Autun)
Apparition du Christ à Madeleine (Cathédrale d’Autun) Auteur : Gislebertus (vers 1090-après 1146)

Cette notice fait partie d’une série : Autun, Cathédrale Saint-Lazare (pièce ou n° 20 / 30)

Datation : entre 1125 et 1145

Source textuelle : Évangile de Jean

Sujet de l’image : Sujet d’histoire sacrée. Noli me tangere

Nature de l’image : Chapiteau historié

Lieu de conservation : Autun, Cathédrale

Bibliographie : D Grivot, La Sculpture du 12e s de la cath d’Autun, SAEP Colmar-Ingersheim, 1990, p. 82
Notice n° A2601   (n°16 sur 22)  Notice précédente  Notice suivante  Toutes les notices 
1. Inscriptions, signatures. 2. Historique, auteur, fabrication, commanditaires. 3. Variantes, œuvres en rapport :
2. Chapiteau de l’abside.

Analyse de l’image :
    Madeleine (Marie de Magdala) se baisse pour toucher les pieds du Christ, peut-être pour le oindre ou les laver, mais celui-ci s’écarte et prononce le célèbre « noli me tangere » (ne me touche pas). De l’autre côté de Jésus, nous voyons les autres femmes qui ont accompagné Marie de Magdala au tombeau. Occupées à accomplir les rites funéraires, elles tournent le dos à Jésus : la lettre du rite éloigne de l’esprit de la Révélation et détourne du mystère de la résurrection. Cette scène a été représentée de nombreuses fois dans l’art à partir du deuxième siècle. Elle a été reproduite sur des sarcophages, ce qui marque son importance symbolique dans la méditation chrétienne sur la mort. Plus tard, elle fera son apparition sur les portes des églises, dans les vitraux, dans les énormes sculptures de pierre surmontant les portes extérieures et intérieures des cathédrales.

Informations sur l’image :
Auteur du cliché : Autun, Cathédrale
Traitement de l’image : Image Web
Localisation de la reproduction :
Reproduction interdite
Informations sur la notice :
Auteur de la notice : Stéphane Lojkine     Date de création : 26/07/2004
Auteur des modifications : Stéphane Lojkine     Date de Modification : 04/04/2019
Les notices sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être reproduites ni faire l’objet de quelque transaction que ce soit sans leur autorisation expresse et écrite.