Utpictura18

Couverture Diderot et le temps

Couverture Le Gout de Diderot

Couverture Fictions de la rencontre : le Roman comique de Scarron

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE L'OEil révolté

Couverture du livre de Richardson Clarisse Harlove, dans l'édition commentée par Stéphane LOJKINE

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE Image et subversion

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE Brutalité et représentation

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE La Scène de roman

Couverture du livre L’Écran de la représentation

Couverture du livre Détournements de modèles
Nouvelles notices : Térence, dix siècles d'illustration théâtrale
Adresse complète
à Toulouse
à Aix

This picture is not the one you were looking for ? Please click on the links on the right (darker text) and enlarge your search by author, date, textual source, subject...etc
Le vieux Lamech tue Caïn à la chasse (Cathédrale d’Autun)
Le vieux Lamech tue Caïn à la chasse (Cathédrale d’Autun) Auteur : Gislebertus (vers 1090-après 1146)

Cette notice fait partie d’une série : Autun, Cathédrale Saint-Lazare (pièce ou n° 3 / 30)

Datation : entre 1125 et 1145

Sujet de l’image : Sujet d’histoire sacrée. La mort de Caïn
Dispositif : Face à face agonistique

Nature de l’image : Chapiteau historié

Lieu de conservation : Autun, Cathédrale

Bibliographie : D Grivot, La Sculpture du 12e s de la cath d’Autun, SAEP Colmar-Ingersheim, 1990, p. 39
Notice n° A2599   (n°3 sur 30)  Notice précédente  Notice suivante  Toutes les notices 
Comparaison avec d’autres notices : Dieu interroge Caïn sur Abel (Cathédrale d’Autun)

1. Inscriptions, signatures. 2. Historique, auteur, fabrication, commanditaires. 3. Variantes, œuvres en rapport :
2. Chapiteau de la salle capitulaire.

Analyse de l’image :
    Légende apocryphe. Dans la Genèse, après le meurtre d’Abel, Caïn demande la mort à Dieu, qui la lui refuse. Une légende médiévale raconte que Lamech, descendant de Caïn, devenu presque aveugle dans son grand âge, tua Caïn par mégarde, son bras étant dirigé par l’un de ses fils, Tubalcaïn. Caïn est représenté, comme à Vézelay, avec deux cornes sur la tête : c’est le signe par lequel Dieu la rendu intouchable, afin que son crime ne soit puni par personne. Caïn mourant croise les mains sur ses genoux, comme si par cette mort il retrouvait la paix.

Informations sur l’image :
Auteur du cliché : Autun, Cathédrale
Traitement de l’image : Image Web
Localisation de la reproduction :
Reproduction interdite
Informations sur la notice :
Auteur de la notice : Stéphane Lojkine     Date de création : 26/07/2004
Auteur des modifications : Stéphane Lojkine     Date de Modification : 04/04/2019
Les notices sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être reproduites ni faire l’objet de quelque transaction que ce soit sans leur autorisation expresse et écrite.