Utpictura18

Couverture Diderot et le temps

Couverture Le Gout de Diderot

Couverture Fictions de la rencontre : le Roman comique de Scarron

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE L'OEil révolté

Couverture du livre de Richardson Clarisse Harlove, dans l'édition commentée par Stéphane LOJKINE

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE Image et subversion

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE Brutalité et représentation

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE La Scène de roman

Couverture du livre L’Écran de la représentation

Couverture du livre Détournements de modèles
Nouvelles notices : Térence, dix siècles d'illustration théâtrale
Adresse complète
à Toulouse
à Aix

This picture is not the one you were looking for ? Please click on the links on the right (darker text) and enlarge your search by author, date, textual source, subject...etc
Roland délivre Isabelle des brigands (Rolfur Franceschi 1584 ch13) - G. Porro
Roland délivre Isabelle des brigands (Rolfur Franceschi 1584 ch13) - G. Porro Auteur : Porro, Girolamo (1520-1604), graveur, dessinateur et écrivain d’art

Cette notice fait partie d’une série : Lodovico Ariosto, Orlando furioso, Venise, F. Franceschi, 1584 (pièce ou n° 13 / 46)

Datation : 1584

Source textuelle : Roland furieux, chant 13 (Roland délivre Isabelle ; Mélisse et Bradamante)

Sujet de l’image : Fiction, 16e siècle

Nature de l’image : Gravure sur cuivre

Lieu de conservation : Paris, Bibliothèque nationale de France, Réserve, Résac yd 396
Notice n° A2341   (n°1 sur 1) 
Comparaison avec d’autres notices : Roland délivre Isabelle des brigands (Roland furieux Venise Valgrisi 1562 ch13)

Analyse de l’image :
         Au premier plan à droite Isabelle raconte à Roland comment, enlevée avec son consentement par Zerbin qu’elle aime, elle a été trahie par Odoric puis est tombée prisonnière des brigands (st. 2-31). Gabrine assise entre eux assiste à leur rencontre.     Au second plan, Roland, représenté de dos cette fois, afronte les brigands, qui entrent dans la caverne par une porte du fond (st. 32). Roland a déjà terrassé le chef des malandrins (Capo di Malandrini, st. 36) et s’apprête à écraser les assaillants avec le plateau de pierre de la table (st. 37-39).     En haut à gauche, Roland hisse les survivants jusqu’à un sorbier, puis avec une échelle il les accroche en guise de pendaison (st. 41). Isabelle, tenant son cheval par la bride, assiste au supplice. Au-dessus, Roland et Isabelle qu’il a prise en croupe s’éloignent (st. 43).     Au-dessus, toujours à gauche, Bradamante rencontre Mélisse (st. 46-47). Au centre, malgré les conseils de Mélisse, Bradamante se lance à la poursuite du simulacre de Roger qu’Atlant a suscité devant elle (Atlante), et se prépare à entrer dans le palais enchanté (st. 75-78). Sous le palais, Gabrine (G) s’enfuit dans la forêt (st. 42).         Girolamo Porro a à nouveau repris en l’inversant la composition de la gravure de l’édition Valgrisi. La table est jetée cette fois de la droite vers la gauche, les brigands sont pendus à gauche et non à droite, le palais d’Atlant est installé en haut à droite et non à gauche. Au premier plan a été ajoutée la mise en scène du récit d’Isabelle, tandis qu’au fond la revue des troupes dans le camp d’Agramant a disparu. Tout au plus distingue-t-on dans le lointain quelques constructions qui pourraient évoquer Paris. La disproportion de la caverne a été accentuée : elle occupe désormais non plus les deux-tiers, mais les trois-quarts de l’image.     Le processus de théâtralisation de la représentation est très net sur cette gravure. Girolamo Porro met en scène les épisodes : au premier plan, le récit d’Isabelle à Roland est écouté par Gabrine, qui métaphorise ainsi la position du lecteur-spectateur face à l’image et au récit. En haut à gauche, la pendaison des brigands est observée par Isabelle, qui devient donc à son tour la spectatrice et sert d’embrayeur à la scène.     Le contraste entre la lumière du haut et la pénombre du bas tend à opposer les deux espaces. Le rendu admirable des reliefs et de la profondeur de la caverne, qui n’a plus rien à voir avec la fosse grossière de l’édition Valgrisi, produit un effet de surplomb, de sorte que l’espace supérieur fonctionne comme un rideau de scène décoré, qui pourrait retomber sur l’espace théâtral inférieur et l’occulter.


Sujet de recherche : Iconographie du Roland furieux
Informations sur l’image :
Auteur du cliché : Paris, Bibliothèque nationale de France
Traitement de l’image : Scanner
Photographie sur papier    Commande n° 2315005 du 03/10/20
Localisation de la reproduction : Montpellier, Inst. de rech. sur la Renaissance l’âge classique & les Lumières
Reproduction interdite
Informations sur la notice :
Auteur de la notice : Stéphane Lojkine     Date de création : 18/02/2004
Auteur des modifications : Stéphane Lojkine     Date de Modification : 09/01/2016
Les notices sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être reproduites ni faire l’objet de quelque transaction que ce soit sans leur autorisation expresse et écrite.