Utpictura18

Couverture Diderot et le temps

Couverture Le Gout de Diderot

Couverture Fictions de la rencontre : le Roman comique de Scarron

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE L'OEil révolté

Couverture du livre de Richardson Clarisse Harlove, dans l'édition commentée par Stéphane LOJKINE

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE Image et subversion

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE Brutalité et représentation

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE La Scène de roman

Couverture du livre L’Écran de la représentation

Couverture du livre Détournements de modèles
Nouvelles notices : Térence, dix siècles d'illustration théâtrale
Adresse complète
à Toulouse
à Aix

This picture is not the one you were looking for ? Please click on the links on the right (darker text) and enlarge your search by author, date, textual source, subject...etc
Angélique nue échappe à Roger (Rolfur Franceschi 1584 ch11) - G. Porro
Angélique nue échappe à Roger (Rolfur Franceschi 1584 ch11) - G. Porro Auteur : Porro, Girolamo (1520-1604), graveur, dessinateur et écrivain d’art

Cette notice fait partie d’une série : Lodovico Ariosto, Orlando furioso, Venise, F. Franceschi, 1584 (pièce ou n° 11 / 46)

Datation : 1584

Source textuelle : Roland furieux, chant 11 (Combats contre l’orque)

Sujet de l’image : Fiction, 16e siècle

Objet indexé dans l’image : Bateau(x)

Nature de l’image : Gravure sur cuivre

Lieu de conservation : Paris, Bibliothèque nationale de France, Réserve, Résac yd 396
Notice n° A2339   (n°5 sur 12)  Notice précédente  Notice suivante  Toutes les notices 
Comparaison avec d’autres notices : Roger tente de violer Angélique (Roland furieux Venise Valgrisi 1562 ch11)

Analyse de l’image :
          La gravure se présente comme une réplique inversée de celle de l’édition Valgrisi. Au premier plan, à gauche la fontaine, au centre Roger dont on ne voit plus qu’il cherche à se dévêtir, à droite Angélique nue cherche à s’enfuir en plaçant l’anneau d’invisibilité dans sa bouche (str. 6). Elle est cependant représentée de dos, par décence. L’érotisme burlesque du texte ariostien, ainsi que de la gravure de l’édition Valgrisi, ont été en quelque sorte censurés.     Au second plan à droite Angélique se réfugie dans la caverne souterraine qu’habite le berger : cette caverne devient, avec Girolamo Porro, une véritable maison. A l’extrême droite, Angélique assise mange (str. 9) tandis que sur la gauche elle enfile un vêtement (str. 11). Plus à gauche encore, elle enfourche une jument pour s’enfuir (str. 12).     Au troisième plan à gauche, Roger voit un géant assommer un guerrier qu’il reconnaît pour Bradamante, dont le cheval est étendu mort (str. 17-18). Au dessus, sur deux plans successifs, le géant s’enfuit emportant Bradamante sur son dos (str. 19-21). Au même niveau à droite, au-dessus du toit de la maison du berger, Roger se lamente en voyant s’envoler son hippogriffe (str. 13-14).     Dans le carré supérieur droit est représenté l’épisode de Roland chez les Ébudiens : en bas à gauche, Roland en barque se diriger vers l’orque (str. 30). Au-dessus, après l’avoir ferrée avec une ancre, il la tire sur le rivage (str. 41-43). Au-dessus, il délivre Olympie attachée au rocher (str. 54). Sur la droite, il massacre les Ébudiens révoltés contre lui (str. 48-52) : cette révolte est représentée à la pointe supérieure gauche de l’île, où les Ébudiens brandissent leurs lances devant le cadavre de l’orque (str. 46-47). Entre Olympe au rocher et le massacre des Ébudiens par Roland, mais plus haut, Roland et Obert s’embrassent face à Olympe nue (str. 62). Au coin supérieur droit, les Irlandais débarquent et incendient les habitations des Ébudiens (str. 52-53).     Au coin supérieur gauche de la gravure, Roland repart pour de nouvelles aventures (str. 80-83).         Visiblement, Girolamo Porro a eu bien du mal à assurer la cohésion de l’ensemble de son image. Ne comprenant plus la disposition symbolique de l’espace qui prévaut encore dans son modèle de l’édition Valgrisi, il donne à ses personnages du premier plan un air gauche et emprunté. La partie centrale de la gravure, qui constituait un triangle fondamental dans l’édition Valgrisi s’amincit et perd de sa visibilité, la nuance plus subtile des ombres et des lumières ne faisant plus apparaître d’opposition nette entre un bas sombre (l’obscurité de la caverne), un milieu clair et un haut sombre (dominé par la mer). Roger courant après son hippogriffe n’occupe plus le centre de la gravure. À la place, G. Porro a introduit un grand arbre qui distribue les épisodes autour de lui : c’est la végétation qui ordonne l’espace, en dehors de toute signification symbolique.


Sujet de recherche : Iconographie du Roland furieux
Informations sur l’image :
Auteur du cliché : Paris, Bibliothèque nationale de France
Traitement de l’image : Scanner
Photographie sur papier    Commande n° 2315005 du 03/10/20
Localisation de la reproduction : Montpellier, Inst. de rech. sur la Renaissance l’âge classique & les Lumières
Reproduction interdite
Informations sur la notice :
Auteur de la notice : Stéphane Lojkine     Date de création : 16/02/2004
Auteur des modifications : Stéphane Lojkine     Date de Modification : 09/01/2016
Les notices sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être reproduites ni faire l’objet de quelque transaction que ce soit sans leur autorisation expresse et écrite.