Utpictura18

Couverture Diderot et le temps

Couverture Le Gout de Diderot

Couverture Fictions de la rencontre : le Roman comique de Scarron

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE L'OEil révolté

Couverture du livre de Richardson Clarisse Harlove, dans l'édition commentée par Stéphane LOJKINE

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE Image et subversion

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE Brutalité et représentation

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE La Scène de roman

Couverture du livre L’Écran de la représentation

Couverture du livre Détournements de modèles
Nouvelles notices : Térence, dix siècles d'illustration théâtrale
Adresse complète
à Toulouse
à Aix

This picture is not the one you were looking for ? Please click on the links on the right (darker text) and enlarge your search by author, date, textual source, subject...etc
Roland cherchant Angélique sauve Birène (Roland furieux, 1584, ch9) - G. Porro
Roland cherchant Angélique sauve Birène (Roland furieux, 1584, ch9) - G. Porro Auteur : Porro, Girolamo (1520-1604), graveur, dessinateur et écrivain d’art
Œuvre signée.

Cette notice fait partie d’une série : Lodovico Ariosto, Orlando furioso, Venise, F. Franceschi, 1584 (pièce ou n° 9 / 46)

Datation : 1584

Source textuelle : Roland furieux, chant 09 (Malheurs d’Olympe. Arquebuse)

Sujet de l’image : Fiction, 16e siècle

Objet indexé dans l’image : Bateau(x)

Nature de l’image : Gravure sur cuivre

Lieu de conservation : Paris, Bibliothèque nationale de France, Réserve, Résac yd 396
Notice n° A2337   (n°6 sur 10)  Notice précédente  Notice suivante  Toutes les notices 
Comparaison avec d’autres notices : Roland apprend l’histoire de l’orque (Roland furieux Venise Valgrisi 1562, ch9) // Un soldat répand l’alarme dans le camp de Chilpéric - Boucher

1. Inscriptions, signatures. 2. Historique, auteur, fabrication, commanditaires. 3. Variantes, œuvres en rapport :
1. La gravure est très exceptionnellement signée en bas à droite, « Porro ».
3. Comme pour la gravure du chant V, Girolamo Porro, cherchant à rendre compte scrupuleusement et exhaustivement du contenu textuel du chant, a ajouté en bas de la gravure la conclusion de l’histoire entamée au chant précédent, que l’édition Valgrisi avait omise par souci d’homogénéité narrative. En effet l’Arioste commence presque chaque chant par une fin d’histoire, ce qui pose un problème d’organisation de l’espace au moment de l’illustration. Ici, Roland cherchant Angélique dans le camp sarrazin qui fait le siège de Paris, semble se diriger vesr nous, alors qu’on le retrouve au second plan face à la demoiselle de la barque. Le souci d’établir un cheminement du héros dans la gravure qui soit aussi un cheminement du regard du spectateur-lecteur semble oublié, contrairement à ce que l’on peut voir à la gravure du chant V, qui suit le cheminement de Renaud dans la cité de Saint-Andrews.

Analyse de l’image :
          Au premier plan, Roland qui a quitté Paris à la recherche d’Angélique traverse le camp des Sarrazins endormis et s’enquiert auprès d’un soldat s’il n’a pas vu sa bien aimée (str. 3-7).     Dans la partie supérieure de la gravure, à gauche, Roland (ORL) s’avance sur le ponton où la demoiselle à la barque le fera traverser jusqu’en Bretagne, en échange de sa promesse de libérer les Ébudiens de l’orque (str. 8-14). A droite, Roland quitte Saint Malo en bateau (str. 15-16). A la suite d’une tempête, il arrive à Anvers en haut à gauche, où un vieillard (Vecchio) le conduit chez Olympe qui, à l’extrême gauche, lui raconte son histoire (str. 17-57).     A droite, Roland, qui a promis son aide à Olympe, pénètre dans le fort de Dordrecht et triomphe de Cimosque malgré le fusil de celui-ci (str. 61-77).     Tout en haut au centre Roland jette le fusil diabolique à la mer (str. 89-91).         Girolamo Porro semble avoir ordonné son image autour de deux espaces principaux, le camp des Sarrazins en bas, la mer en haut, dont le fleuve séparant Normandie de Bretagne devient un prolongement. Les épisodes de la demoiselle au bateau, d’Anvers et de Dordrecht se répartissent autour de cette mer close, circonscrite à la manière d’un espace scénique : comme au théâtre, il ne se passe rien sur la scène ; la réalité du récit est « marginale »...     A l’opposé, l’espace du bas est organisé selon le dispositif de la rencontre ; il reprend un motif récurrent dans les récits fondés sur une quête : le chevalier rencontre quelqu’un sur son chemin, qui lui fournit un renseignement et relance ainsi le récit. Cependant, il s’agit encore d’une anti-performance, aucun soldat ne donnant à Roland la moindre indication sur Angélique.     La gravure superpose nettement les demandes de Roland : en bas, la demande aux soldats infidèles, au centre, celle à la jeune fille en barque, en haut, celle au vieillard de Dordrecht. Le motif de la demande relève fondamentalement du modèle narratif.


Sujet de recherche : Iconographie du Roland furieux
Informations sur l’image :
Auteur du cliché : Paris, Bibliothèque nationale de France
Traitement de l’image : Scanner
Photographie sur papier    Commande n° 2315005 du 03/10/20
Localisation de la reproduction : Montpellier, Inst. de rech. sur la Renaissance l’âge classique & les Lumières
Reproduction interdite
Informations sur la notice :
Auteur de la notice : Stéphane Lojkine     Date de création : 08/02/2004
Auteur des modifications : Stéphane Lojkine     Date de Modification : 09/01/2016
Les notices sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être reproduites ni faire l’objet de quelque transaction que ce soit sans leur autorisation expresse et écrite.