Utpictura18

Couverture Diderot et le temps

Couverture Le Gout de Diderot

Couverture Fictions de la rencontre : le Roman comique de Scarron

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE L'OEil révolté

Couverture du livre de Richardson Clarisse Harlove, dans l'édition commentée par Stéphane LOJKINE

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE Image et subversion

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE Brutalité et représentation

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE La Scène de roman

Couverture du livre L’Écran de la représentation

Couverture du livre Détournements de modèles
Découvrir le Master LIPS « Littérature et Psychanalyse »
Adresse complète
à Toulouse
à Aix

This picture is not the one you were looking for ? Please click on the links on the right (darker text) and enlarge your search by author, date, textual source, subject...etc
Récit de Dalinde à Renaud devant St Andrews (Rolfur Venise Valgrisi 1562 ch5)
Récit de Dalinde à Renaud devant St Andrews (Rolfur Venise Valgrisi 1562 ch5) Auteur : Dosso Dossi, Giovanni de Lutero dit (1489-90/1542)

Cette notice fait partie d’une série : Lodovico Ariosto, Orlando furioso, Venise, V. Valgrisi, 1562, con privilegio (pièce ou n° 5 / 46)

Datation : 1562

Source textuelle : Roland furieux, chant 05 (Amours de Guenièvre et d’Ariodant)

Sujet de l’image : Fiction, 16e siècle

Nature de l’image : Gravure sur bois
Dimensions :  Hauteur 21,2 * Largeur 13,9 cm

Lieu de conservation : Paris, Bibliothèque nationale de France, Réserve, Résac yd 389
Notice n° A1497   (n°5 sur 46)  Notice précédente  Notice suivante  Toutes les notices 
Comparaison avec d’autres notices : Renaud tue Polinesse devant le roi d’Écosse (Rol. furieux Valvassori 1566, ch5) // Renaud rencontre Dalinde (Roland furieux Franceschi 1584 ch5) - G. Porro

1. Inscriptions, signatures. 2. Historique, auteur, fabrication, commanditaires. 3. Variantes, œuvres en rapport :
1. Gravure imprimée en verso, sur page de gauche, numérotée en haut à gauche, 40, avec en-tête centré, CANTO [QVINTO, p. 41]. Argument en face, p. 41.
3. L’édition Franceschi reprend à l’envers la même composition : en bas, la rencontre de Renaud et de Dalinde; en haut le combat de Renaud et de Polinesse. Mais de nombreux détails diffèrent. Renaud est ici accompagné d’un écuyer et accueilli par un second écuyer (SCV.) ; seul le premier est représenté dans l’éd. Franceschi (SCVDIER). Dalinde prise en croupe par un écuyer est ici de profil à droite, et de face au centre dans Franceschi. Guenièvre, absente de la gravure Valgrisi, apparaît aux côtés du roi dans l’éd. Franceschi. Mais surtout Franceschi déploie toute l’architecture d’une ville entre les deux séquences de la rencontre et du combat, alors qu’ici seule la muraille de la ville sépare la route de la rencontre en bas du champ clos du duel en haut. Le deuxième écuyer sert de liaison entre les deux espaces, tandis que chez Franceschi c’est Renaud et son

Analyse de l’image :
         Au premier plan, Renaud et son écuyer, qui a pris Dalinde en croupe (IV, 71 ; RIN, SCV, DAL.) après l’avoir sauvée des deux brigands que Polinesse avait chargés de la tuer, arrivent en vue de Saint Andrews. Un écuyer vient à leur rencontre (SCV., str. 76) pour leur donner les dernières nouvelles du combat qui oppose Lurcain à un mystérieux chevalier masqué (en fait son frère Ariodant), et dont l’issue décidera si Guenièvre doit être condamnée ou garder la vie sauve.     Le récit de Dalinde, qui explique la ruse et la traîtrise de Polinesse duc d’Albanie, n’est pas représenté sur la gravure directement, mais est allégorisé par le tronc coupé d’où sort une branche. Elle rapporte en effet que Polinesse lui a dit : « de même que de la racine d’un arbre coupé on voit souvent pousser quatre à six rejetons, mon obstination malheureuse (à aimer Guenièvre qui ne m’aime pas), bien que tranchée par des échecs successifs, ne cesse pas de germer et voudrait arriver à la satisfaction de son désir. » (Str. 23.)     Il faut passer ensuite tout en haut de la gravure pour voir l’arrivée de Renaud jusqu’au roi d’Écosse, père de Guenièvre (str. 80). Renaud voit Lurcain et le chevalier casqué (Ariodant) aux prises, sous la surveillance du duc d’Albanie (D. D’AL. = Polinesse) et de six chevaliers à pied (str. 81), représentés ici de dos, bien que ce premier combat ne soit pas représenté, l’espace du champ clos étant réservé à la représentation du second combat.     En effet, Renaud demande l’arrêt du combat entre Lurcain et Ariodant et accuse Polinesse de traîtrise. Il le tue en combat singulier après que celui-ci a avoué ses crimes (str. 89-90). Lurcain et Ariodant (LVR., ARI.) assistent au combat à l’écart (str. 91). Dans le texte, l’identité d’Ariodant n’est révélée qu’au début du chant suivant.        La composition de cette gravure narrative est tripartite. La performance, le combat de Renaud et de Polinesse, est encadrée par le récit de Dalinde à Renaud en bas et l’arrivée de Renaud devant le roi d’´Ecosse siégeant avec toute sa cour en haut. Si l’on suit la narration pour lire l’image, l’espace est donc discontinu : il faut aller en bas, puis en haut, puis au milieu. En revanche, si l’on suit la logique symbolique des représentations performatives, la progression est continue de bas en haut, de la traîtrise de Polinesse évoquée en bas, à l’affrontement entre traîtrise et chevalerie au centre, à l’accueil du chevalier par le roi, qui referme et pacifie la communauté des chevaliers en haut.


Sujet de recherche : Iconographie du Roland furieux
Informations sur l’image :
Auteur du cliché : Paris, Bibliothèque nationale de France
Traitement de l’image : Scanner
Photographie sur papier    Commande n° 2301847 du 31/01/20    Cliché n° NBA088657
Localisation de la reproduction : Montpellier, Inst. de rech. sur la Renaissance l’âge classique & les Lumières
Reproduction interdite
Informations sur la notice :
Auteur de la notice : Stéphane Lojkine     Date de création : 19/08/2003
Auteur des modifications : Stéphane Lojkine     Date de Modification : 09/01/2016
Les notices sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être reproduites ni faire l’objet de quelque transaction que ce soit sans leur autorisation expresse et écrite.