Utpictura18

Couverture Diderot et le temps

Couverture Le Gout de Diderot

Couverture Fictions de la rencontre : le Roman comique de Scarron

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE L'OEil révolté

Couverture du livre de Richardson Clarisse Harlove, dans l'édition commentée par Stéphane LOJKINE

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE Image et subversion

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE Brutalité et représentation

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE La Scène de roman

Couverture du livre L’Écran de la représentation

Couverture du livre Détournements de modèles
Nouvelles notices : Térence, dix siècles d'illustration théâtrale
Adresse complète
à Toulouse
à Aix

This picture is not the one you were looking for ? Please click on the links on the right (darker text) and enlarge your search by author, date, textual source, subject...etc
Ferragus face au fantôme de l’Argail (Roland furieux Venise Valgrisi 1562, ch1)
Ferragus face au fantôme de l’Argail (Roland furieux Venise Valgrisi 1562, ch1) Auteur : Dosso Dossi, Giovanni de Lutero dit (1489-90/1542)

Cette notice fait partie d’une série : Lodovico Ariosto, Orlando furioso, Venise, V. Valgrisi, 1562, con privilegio (pièce ou n° 1 / 46)

Datation : 1562

Source textuelle : Roland furieux, chant 01 (La Fuite d’Angélique)

Sujet de l’image : Fiction, 16e siècle

Nature de l’image : Gravure sur bois
Dimensions :  Hauteur 21,3 * Largeur 13,9 cm

Lieu de conservation : Paris, Bibliothèque nationale de France, Réserve, Résac yd 389
Notice n° A1494   (n°1 sur 1) 
Comparaison avec d’autres notices : Ferragus face au fantôme de l’Argail (Rol. furieux Brunet 1776, ch1) - Cipriani // Renaud & Ferragus / Ferragus & l’Argaïl (Roland furieux Valvassori 1566, ch1) // Roland & Renaud se disputent Angélique (Rolfur Franceschi 1584 ch1) - G. Porro

1. Inscriptions, signatures. 2. Historique, auteur, fabrication, commanditaires. 3. Variantes, œuvres en rapport :
1. Gravure imprimée à gauche, en verso, face à la page 1. La page de la gravure n’est pas numérotée et ne comporte pas d’en-tête. Argument sur la page de droite, face à la gravure : « Fugge Angelica sola; e da Rinaldo Via si dilegua il fido suo destriero. Egli seguendo, d’ira e d’amor caldo Battaglia fa con Ferrauto altiero. Fa l’istesso Spagnuol poscia un più saldo Giuramento de l’elmo, che’l primiero. troua lieto il Circasso la sua Diua; Ma il buon Rinaldo à disturbarlo arriua. » Lecture allégorique : « In questo primo canto, in Orlando, Rinaldo, Ferraù, & Sacripante, si vede quanto più vagliano le forze d’Amore, che quelle di qual si uoglia natural potenza qui basso. Et in Angelica si fa chiaro all’incontro quanto sia maggior che ne gli huomini la fortezza d’vna valorosa donna, la quale à niuno si mostra cortese, se non quanto il debito dell’honestà le concede. Per gl’impedimenti poi, che s’interpongono à tutti quei Cavualieri di porterle vsar violenza nell’honor suo, si comprende quanto i cieli si mostrin quasi sempre fauoreuoli ne gli honesti desiderij di ciascuno. » 3. Contrairement à l’édition Franceschi, la tente du roi Charlemagne est représentée au second plan, pour respecter l’ordre de la narration. Renaud face à Ferragus repêchant son casque dans la rivière en bas à droite et le combat de Renaud et de Ferragus en bas à gauche sont repris dans le même sens dans l’édition Valvassori.

Analyse de l’image :
         Au second plan à gauche, Renaud (RIN) affronte Ferragus (FER) qui a pris la défense d’Angélique (str. 17). Angélique (AN) est représentée disparaissant derrière un arbre au 3e plan à droite. Au 3e plan à gauche, les deux chevaliers ayant conclu une trêve, ils cheminent un moment ensemble (str. 21). Ferragus revient sur leurs pas pour continuer de chercher son casque, le casque de l’Argail qu’il cherchait dans l’eau où il l’avait laissé tomber, lorsque Angélique l’avait interrompu.     Au premier plan à droite, Ferragus (FER) sonde la rivière avec un grand rameau d’arbre émondé (str. 25). Le fantôme de l’Argaïl (ARG), le frère d’Angélique que Ferragus avait terrassé au début du Roland amoureux de Boiardo, surgit alors de la rivière en brandissant son casque : il accuse Ferragus d’avoir manqué à sa parole en conservant son casque (str. 27). Ferragus honteux jure de ne plus porter de casque tant qu’il n’aura pas conquis celui de Roland.     On passe à la moitié supérieure de la gravure, délimitée à gauche par le seuil d’une tente, à droite par une rivière. A droite, Angélique s’est allongée sur la rive pour se reposer. Dans le texte, elle dort à l’intérieur d’un buisson d’épines fleuries (str. 37). Sans la voir, un chevalier vient alors se lamenter, assis au bord de la rivière (str. 40) : c’est Sacripant, qui se meurt d’amour pour Angélique !     Angélique se montre à Sacripant qu’elle veut persuader de la conduire jusqu’à son royaume de Cathay. Survient un chevalier vêtu de blanc qui terrasse Sacripant et part sans dire un mot. Un messager apprendra à Sacripant et à Angélique qu’il s’agissait de Bradamante. Au centre de la gravure, à droite de la tente, est représenté Sacripant (SAC) à terre sous son cheval renversé ; au-dessus, Angélique ; à gauche, Bradamante à cheval. Plus haut, Bradamante identifiée cette fois par les initiales BRA galope vers la forêt à droite (str. 64).     Un peu en dessous, entre Bradamante en fuite et Angélique, un cheval sans cavalier sort du bois (str. 72) : c’est Bayard, qui a fui Renaud pendant qu’il combattait Ferragus. De l’autre côté de la rivière, pendant que Bayard s’avance sans méfiance vers Angélique (AN), alors qu’elle-même est à cheval, Sacripant (SAC) s’apprête à monter sur le fougueux destrier malgré ses ruades (str. 76).     Au-dessus, toujours au milieu de la gravure, Renaud (RIN) survient à pied (str. 77) face à Sacripant qui monte son cheval Bayard. Angélique (AN), sur la droite, s’enfuit (chant II, str. 11-12).     Reste la tente installée dans le quart supérieur gauche de la gravure : cette tente renvoie aux str. 8-9, qui récapitulent la narration du Roland amoureux de Boiardo. Pour suspendre la querelle qui au sujet d’Angélique affronte ses deux meilleurs paladins, Roland et Renaud (représentés à droite, ORL sur le revers de la tente et RIN)), Charlemagne représenté assis et barbu au centre de la tente, remet celle-ci (AN) au duc de Bavière (D.B.), à gauche, promettant qu’elle serait la récompense de celui qui, à la bataille de Montauban, tuerait le plus d’Infidèles. La tente constitue donc un flash-back...


Sujet de recherche : Iconographie du Roland furieux
Informations sur l’image :
Auteur du cliché : Paris, Bibliothèque nationale de France
Traitement de l’image : Scanner
Photographie sur papier    Commande n° 2301847 du 31/01/20    Cliché n° NBA088654
Localisation de la reproduction : Montpellier, Inst. de rech. sur la Renaissance l’âge classique & les Lumières
Reproduction interdite
Informations sur la notice :
Auteur de la notice : Stéphane Lojkine     Date de création : 19/08/2003
Auteur des modifications : Stéphane Lojkine     Date de Modification : 09/01/2016
Les notices sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être reproduites ni faire l’objet de quelque transaction que ce soit sans leur autorisation expresse et écrite.