Utpictura18

Couverture Diderot et le temps

Couverture Le Gout de Diderot

Couverture Fictions de la rencontre : le Roman comique de Scarron

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE L'OEil révolté

Couverture du livre de Richardson Clarisse Harlove, dans l'édition commentée par Stéphane LOJKINE

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE Image et subversion

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE Brutalité et représentation

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE La Scène de roman

Couverture du livre L’Écran de la représentation

Couverture du livre Détournements de modèles
Nouvelles notices : Térence, dix siècles d'illustration théâtrale
Adresse complète
à Toulouse
à Aix

This picture is not the one you were looking for ? Please click on the links on the right (darker text) and enlarge your search by author, date, textual source, subject...etc
Saül promet sa fille à David s’il vainc (Bible de Maciejowski, fol. 29v°)
Saül promet sa fille à David s’il vainc (Bible de Maciejowski, fol. 29v°)
Cette notice fait partie d’une série : Bible du cardinal Maciejowski, New-York, Pierpont Morgan Library, Ms 638 (pièce ou n° 74 / 92)

Datation : 1250   (date conjecturale)

Source textuelle : Samuel (1er livre) 18, 1-27 (Bible de Jérusalem, p. 412)

Sujet de l’image : Sujet d’histoire sacrée. David
Dispositif : Partage de l’espace gauche /droite

Nature de l’image : Enluminure
Dimensions :  Hauteur 39,5 * Largeur 30,5 cm

Lieu de conservation : New York, The Pierpont Morgan Library, Ms. 638, F° 29v°

Bibliographie : François Avril, L’Enluminure à l’époque gothique, Bibliothèque de l’image, 1995, p. 17
Notice n° A1169   (n°5 sur 5)  Notice précédente  Toutes les notices 
Comparaison avec d’autres notices : Retour de Mikal auprès de David & mort d’Abner (Bible de Maciejowski, fol. 37v°)

1. Inscriptions, signatures. 2. Historique, auteur, fabrication, commanditaires. 3. Variantes, œuvres en rapport :
2. France du nord.

Analyse de l’image :
     Dans la partie supérieure, Saül, assis sur son trône à droite, montre du doigt sa fille aînée Mérab, et la lui promet pour femme s’il combat les Philistins. Le jeune David, à gauche, imberbe, est vêtu de rouge. Ils est montré du doigt par les courtisans de Saül. David tient ses gants à la main, comme un jeune homme qui fait sa demande en mariage. Mérab tient un agneau dans ses bras, symbole de sa virginité.
    Saül espère secrètement que David sera tué par les Philistins. Il donne finalement sa fille en mariage à Adriel de Mehola. Mais entre temps la fille cadette de Saül, Mikal, est tombée amoureuse de David. Saül promet la main de Mikal à David s’il lui ramène 100 prépuces de Philistins. Cette seconde promesse n’est cependant pas faite directement par Saül, mais par l’intermédiaire de ses courtisans : elle ne peut, en toute rigueur, donner lieu à une scène. Les gestes des courtisans montrant du doigt David imagent probablement les rumeurs et ragots qui entourent Saül : « Les serviteurs de Saül réptèrent ces paroles aux oreilles du roi » ; « les serviteurs de Saül en référèrent à celui-ci » ; « les serviteurs de saul rapportèrent ces paroles à David » (Samuel I, 18, 23-26). On peut penser du coup que l’illustrateur a glissé de la première scène, où Saül promet de vive voix à David sa fille Mérab qu’il lui présente, vers une seconde scène, qui n’est pas dans le récit biblique, mais condense les informations essentielles du récit, où Saül, ayant eu vent des rumeurs concernant l’inclination de Mikal pour David, promet sa cadette au jeune homme.
    En bas, David tue 200 Philistins, au lieu des 100 demandés par Saül.

Informations sur l’image :
Auteur du cliché : New York, The Pierpont Morgan Library
Traitement de l’image : Scanner
    Commande n°     Cliché n°
Localisation de la reproduction : Collection particulière
Reproduction interdite
Informations sur la notice :
Auteur de la notice : Stéphane Lojkine     Date de création : 10/02/2003
Auteur des modifications : Stéphane Lojkine     Date de Modification : 02/12/2017
Les notices sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être reproduites ni faire l’objet de quelque transaction que ce soit sans leur autorisation expresse et écrite.