Utpictura18

Couverture Diderot et le temps

Couverture Le Gout de Diderot

Couverture Fictions de la rencontre : le Roman comique de Scarron

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE L'OEil révolté

Couverture du livre de Richardson Clarisse Harlove, dans l'édition commentée par Stéphane LOJKINE

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE Image et subversion

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE Brutalité et représentation

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE La Scène de roman

Couverture du livre L’Écran de la représentation

Couverture du livre Détournements de modèles
Vient de paraître, Diderot et le temps, Presses universitaires de Provence, 324 p.
Adresse complète
à Toulouse
à Aix

This picture is not the one you were looking for ? Please click on the links on the right (darker text) and enlarge your search by author, date, textual source, subject...etc
La Religion naturelle démasque la Superstition (Pensées philosophiques, 1746)
La Religion naturelle démasque la Superstition (Pensées philosophiques, 1746)
Datation : 1746

Source textuelle : Diderot, Pensées philosophiques (1746)

Sujet de l’image : Allégorie
Dispositif : Face à face agonistique

Objets indexés dans l’image :
Masque / Sphinx

Nature de l’image : Gravure sur cuivre

Lieu de conservation : Paris, Bibliothèque nationale de France, Réserve, ENFER-65 (1)
Notice n° A1007   (n°1 sur 1) 
Comparaison avec d’autres notices : Pygmalion et Galatée (version de Baltimore) - Falconet // Le Peintre et la nature (La Nouvelle Héloïse, Duchesne 1764 front1) - Cochin // Renaud boit à la fontaine d’Oubli (Rol. furieux Brunet 1776, ch42) - Cochin

1. Inscriptions, signatures. 2. Historique, auteur, fabrication, commanditaires. 3. Variantes, œuvres en rapport :
3. Autres exemplaires à la Bnf : RES-R-2083, RES P-R-677.

Analyse de l’image :
    Frontispice de la première édition des Pensées philosophiques de Diderot. La religion naturelle renverse la superstition : elle démasque cette fausse religion, elle brise son sceptre et jette à terre sa couronne, allusions à l’autorité temporelle de l’Église. La Superstition est appuyée à une sphynge, symbole des discours incompréhensibles des fanatiques. De sous sa robe jaillissent des serpents, figures de la discorde civile que déclenchent les actions des fanatiques. On peut s’étonner que la gravure n’oppose que deux figures, alors que le texte joue sur trois : le dévot, l’athée et le déiste. Où est l’athée ? Implicitement, la gravure tend à identifier le déiste et l’athée à la déesse nue. Le dispositif affronte deux femmes : la pensée, objet du texte philosophique, est donc figurée par un dédoublement féminin ; l’affrontement idéologique est identifié à l’affrontement de deux femmes, la nue et la vêtue : on pense au motif iconographique de l’amour sacré et de l’amour profane.

Informations sur l’image :
Auteur du cliché : Paris, Bibliothèque nationale de France, Réserve
Traitement de l’image : Image Web
    Commande n°     Cliché n°
Localisation de la reproduction : http://gallica.bnf.fr
Reproduction interdite
Informations sur la notice :
Auteur de la notice : Stéphane Lojkine     Date de création : 12/11/2002
Auteur des modifications : Stéphane Lojkine     Date de Modification : 09/01/2016
Les notices sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être reproduites ni faire l’objet de quelque transaction que ce soit sans leur autorisation expresse et écrite.