Utpictura18

Couverture Diderot et le temps

Couverture Le Gout de Diderot

Couverture Fictions de la rencontre : le Roman comique de Scarron

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE L'OEil révolté

Couverture du livre de Richardson Clarisse Harlove, dans l'édition commentée par Stéphane LOJKINE

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE Image et subversion

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE Brutalité et représentation

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE La Scène de roman

Couverture du livre L’Écran de la représentation

Couverture du livre Détournements de modèles
Vient de paraître, Diderot et le temps, Presses universitaires de Provence, 324 p.
Adresse complète
à Toulouse
à Aix

This picture is not the one you were looking for ? Please click on the links on the right (darker text) and enlarge your search by author, date, textual source, subject...etc
Plakes pneumatikai (Mandylion et Keramion) - Codex Rossinensis
Plakes pneumatikai (Mandylion et Keramion) - Codex Rossinensis
Datation : entre 1000 et 1100

Source textuelle : Jean Climaque, dit aussi le Sinaïtique (VIe ou VIIe siècle), L’Échelle sainte 1er degré, §3

Sujet de l’image : Sainte Face
Dispositif : L’image est identifiée à un tabernacle

Objets indexés dans l’image :
Damas (Motifs floraux, Grenades) / Linceul

Nature de l’image : Enluminure
Technique utilisée : Miniature

Lieu de conservation : Rome, Bibliothèque vaticane, Codex Rossinensis grec 251, fol. 12v°

Bibliographie : André Grabar, L’Iconoclasme byzantin, Flammarion, 1984, Champs, 1998, n° 67 et commentaire pp. 56-58
Notice n° A0568   (n°1 sur 1) 
1. Inscriptions, signatures. 2. Historique, auteur, fabrication, commanditaires. 3. Variantes, œuvres en rapport :
1. Au dessus de la double représentation de la Sainte Face imprimée en positif et en négatif, on peut lire « PLAKES PN[EUMATI]KAI » (tables spirituelles).
3. Dans le manuscrit de Princeton, L’Echelle céleste est représentée par deux rectangles couchés portant également les mots Plakes Pn[eumati]kai, sans la Sainte Face, mais avec la mention IC XC (Ièsous Christos) : L’Échelle céleste renouvelle, dans un sens chrétien, les Tables de la Loi mosaïques.

Analyse de l’image :
     Les têtes sont légèrement tournées vers l’extérieur, contrairement au code iconographique qui veut que la Sainte Face soit toujours représentée de face (voir cependant le Mandylion de la Panagia Phorbiotissa d’Asinou). Il s’agit de souligner la symétrie et l’inversion des deux images l’une par rapport à l’autre. Les motifs du tissu blanc à gauche (losanges avec fleurons) sont rouges ; à droite, ornements identiques, mais à motifs blancs sur fond rouge, et cette fois on ne voit pas de frange. Ces détails, comparés aux représentations byzantines et slaves ultérieures, qui sont agrémentées d’explications, désignent l’image de gauche comme le Mandylion d’Édesse, apporté à Constantinople en 944, et celle de droite comme Le Keramion, Sainte Face imprimée sur une tuile, qui provient de Syrie. Jusqu’au pillage de Constantinople par les Croisés en 1204, les deux Saintes Faces étaient conservées dans une chapelle du Grand Palais impérial.
    Le Kérameion (dont le fond rouge a la couleur de la tuile) est représenté comme le négatif du Mandylion (dont le fond blanc a la couleur du drap) : la deuxième Sainte Face ne serait que la réplique de la première, mais toutes deux sont achiropiites, non faites de main d’homme.
    Le titre Plakes pneumatikai s’explique par un passage de l’introduction de Jean Climaque à son Échelle céleste, dont c’est ici un manuscrit. L’auteur dit avoir tracé les préceptes divins de son livre directement sur les cœurs purs de ses auditeurs, « comme sur des feuilles d epapier, ou mieux sur des planches spirituelles, Plakes pneumatikai. L’expression, selon Jean de Reitha, fait allusion aux Tables de la Loi. L’Échelle céleste prétend rivaliser avec les commandements de Moïse, ou plutôt les convertir en commandements chrétiens.
    Les deux tables impliquaient de représenter deux Saintes Faces.
    A gauche, la face du Christ est griffée : peut-être une trace tardive de réprobation de la part d’un lecteur iconoclaste ?
   
    Début de l’Éhelle céleste (1er des trente degrés, §3) :
    « Mais, comme il faudrait des livres entiers pour dire tout ce qu’il y aurait à dire sur ces différentes espèces de créatures, et qu’un homme ignorant comme moi serait incapable d’une si grande entreprise, je crois qu’il vaut mieux que, pour obéir aux véritables serviteurs de Dieu, dont la tendre piété me fait violence, et dont le zèle et la bonne volonté me pressent, je me borne et m’arrête aux choses qui peuvent servir à l’édification de leurs âmes ; que, quelque incapable que je doive me reconnaître, je prenne la plume de leurs mains, et que, la trempant avec simplicité dans l’humble soumission à leurs vœux prononcés, j’aie lieu, malgré mon impuissance et mon incapacité, d’espérer et de recevoir de mon obéissance quelques grâces et quelques lumières, afin que, traçant sur un papier d’une admirable blancheur les règles d’une vie sainte et pure, je les trace aussi dans leurs cœurs bien préparés et saintement purifiés, que je les écrive sur des cahiers mystérieux (πλάκες πνευματικαὶ) et vivants. C’est de cette manière et dans ces dispositions que je vais commencer. »


Sujet de recherche : Stéphane Lojkine, Tu ne feras pas d’images (en préparation)
Informations sur l’image :
Auteur du cliché : Rome, Bibliothèque vaticane
Traitement de l’image : Scanner
    Commande n°     Cliché n°
Localisation de la reproduction : Collection particulière
Reproduction interdite
Informations sur la notice :
Auteur de la notice : Stéphane Lojkine     Date de création : 31/05/2002
Auteur des modifications : Stéphane Lojkine     Date de Modification : 29/05/2016
Les notices sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être reproduites ni faire l’objet de quelque transaction que ce soit sans leur autorisation expresse et écrite.