Utpictura18

Couverture Diderot et le temps

Couverture Le Gout de Diderot

Couverture Fictions de la rencontre : le Roman comique de Scarron

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE L'OEil révolté

Couverture du livre de Richardson Clarisse Harlove, dans l'édition commentée par Stéphane LOJKINE

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE Image et subversion

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE Brutalité et représentation

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE La Scène de roman

Couverture du livre L’Écran de la représentation

Couverture du livre Détournements de modèles
Vient de paraître, Diderot et le temps, Presses universitaires de Provence, 324 p.
Adresse complète
à Toulouse
à Aix

This picture is not the one you were looking for ? Please click on the links on the right (darker text) and enlarge your search by author, date, textual source, subject...etc
La flagellation de saint André - Deshays
La flagellation de saint André - Deshays Auteur : Deshays, Jean-Baptiste (1729-1765)

Cette notice fait partie d’une série : Paris, Salon de 1761 (pièce ou n° 29 / 157)

Datation : 1761

Source textuelle : J. de Voragine, La Légende dorée, Saint André GF, t. I, p. 37

Sujet de l’image : Sujet d’histoire sacrée. Saint André
Dispositif : Scène (espace vague/espace restreint)

Objets indexés dans l’image :
Bas de colonne(s) / Fouet, flagellation / La scène a un public / Les personnages font cercle autour de la scène / Marches / Personnage de dos

Nature de l’image : Peinture sur toile
Dimensions :  Hauteur 445 * Largeur 215 cm

Lieu de conservation : Rouen, Musée des Beaux-Arts

Bibliographie : Diderot et l’art de Boucher à David (cat), 1984, n° 48, p. 175
Diderot, Arts et lettres (1739-1766), éd. Jean Varloot, Hermann, 1980 (DPV XIII), Texte p. 237
Notice n° A0442   (n°1 sur 1) 
Comparaison avec d’autres notices : La Flagellation de saint André - le Dominiquin // La Mort de Milon de Crotone - Bachelier // Le Martyre de saint Pierre - Guerchin // Saint Victor devant le tribunal du préteur - Deshays

1. Inscriptions, signatures. 2. Historique, auteur, fabrication, commanditaires. 3. Variantes, œuvres en rapport :
2. Commandé en 1753 pour l’église Saint-André de la Porte aux Fèves à Rouen. Saisie révolutionnaire ; acquis par la commune de Rouen en 1792.
3. Gravé en 1761 par Philippe Parizeau ; esquisse au Bayerishes National Museum de Munich ; dessin par Gabriel de Saint-Aubin en marge de son exemplaire du livret du Salon de 1761.
Le musée de Rouen contient trois grandes toiles en provenance de l’église Saint-André de la Porte-aux-Fèves, à Rouen : Saint André conduit au supplice, le Martyre de saint André et Saint André mis au tombeau.


Analyse de l’image :
    Livret du Salon de 1761 :
    « Par M. Deshays, Adjoint à Professeur.
    29. Saint André amené par des Bourreaux pour être attaché sur un chevalet & y être fouetté. Tableau de quatorze pieds de haut sur six de large. »
   
   Égée, proconsul d’Achaïe, siégeant en tribunal, fait fouetter André qui n’a pas voulu sacrifier aux idoles.
   
   Commentaire de Diderot :
    «  Son Saint André a un genou sur le chevalet, il y monte ; un bourreau l’embrasse par le corps, et le traîne d’une main par sa draperie et de l’autre par les cuisses ; un autre le frappe d’un fouet ; un troisième lie et prépare un faisceau de verges. Des soldats écartent la foule. Une mère, plus voisine de la scène que les autres, garantit son enfant avec inquiétude. Il faut voir l’effroi et la curiosité de l’enfant. Le saint a les bras élevés, la tête renversée, et les regards tournés vers le ciel ; une barbe touffue couvre son menton. La constance, la foi, l’espérance et la douleur sont fondues sur son visage, qui est d’un caractère simple, fort, rustique et pathétique ; on souffre beaucoup à le voir. Une grosse draperie jetée sur le haut de sa tête retombe sur ses épaules. Toute la partie supérieure de son corps est nue par-devant : ce sont bien les chairs, les rides, les muscles raides et secs, toutes les traces de la vieillesse. Il est impossible de regarder longtemps sans terreur cette scène d’inhumanité et de fureur. Toutes les figures sont grandes, la couleur vraie ; la scène se passe sous la tribune du préteur et de ses assistants. A droite de celui qui regarde, le préteur dans sa tribune avec ses assistants ; au-dessous, un bourreau et le chevalet ; vers le milieu, de l’autre côté du chevalet, le saint debout, appuyé d’un genou sur le chevalet ; derrière le saint, un bourreau qui le frappe de verges ; aux pieds de celui-ci, un autre bourreau qui lie un faisceau de verges ; derrière ces deux licteurs, un soldat qui repousse la foule ; voilà la machine. Il faut voir après cela les détails, les têtes de ces satellites, leurs actions, le caractère du préteur et de ses assistants ; toute la figure du saint, tout le mouvement de la scène. Ma foi, ou il faut brûler tout ce que les plus grands peintres de temples ont fait de mieux, ou compter Deshays parmi eux.  » (Salon de 1761, CFL  V  70)

Informations sur l’image :
Auteur du cliché : Rouen, Musée des Beaux-Arts
Traitement de l’image : Image Web
    Commande n°     Cliché n°
Localisation de la reproduction : http://collections.musees-haute-normandie.fr/collections/
Reproduction interdite
Informations sur la notice :
Auteur de la notice : Stéphane Lojkine     Date de création : 31/05/2002
Auteur des modifications : Stéphane Lojkine     Date de Modification : 21/10/2016
Les notices sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être reproduites ni faire l’objet de quelque transaction que ce soit sans leur autorisation expresse et écrite.