Utpictura18

Couverture Diderot et le temps

Couverture Le Gout de Diderot

Couverture Fictions de la rencontre : le Roman comique de Scarron

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE L'OEil révolté

Couverture du livre de Richardson Clarisse Harlove, dans l'édition commentée par Stéphane LOJKINE

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE Image et subversion

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE Brutalité et représentation

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE La Scène de roman

Couverture du livre L’Écran de la représentation

Couverture du livre Détournements de modèles
Vient de paraître, Diderot et le temps, Presses universitaires de Provence, 324 p.
Adresse complète
à Toulouse
à Aix

This picture is not the one you were looking for ? Please click on the links on the right (darker text) and enlarge your search by author, date, textual source, subject...etc
Roger dans les bras d’Alcine (Rol fur Plassan 1795, ch7) - Moreau le jeune
Roger dans les bras d’Alcine (Rol fur Plassan 1795, ch7) - Moreau le jeune Auteur : Moreau le jeune, Jean Michel (1741-1814)
Œuvre signée.
Graveur : Prévost, Benoit Louis (1735-1804)

Cette notice fait partie d’une série : Lodovico Ariosto, Orlando furioso, Paris, Plassan, 1795, 4vol gr in-4° (pièce ou n° 14 / 92)

Datation : entre 1771 et 1775   (date conjecturale)   (Œuvre datée)

Source textuelle : Roland furieux, chant 07 (Roger au château de la magicienne Alcine)

Sujet de l’image : Fiction, 16e siècle
Dispositif : Scène (espace vague/espace restreint)

Objets indexés dans l’image :
Autre scène au second plan / Nuage, nuée / Putto / putti

Nature de l’image : Gravure sur cuivre

Lieu de conservation : Paris, Bibliothèque nationale de France, Réserve, Rés yd 91, volume 1
Notice n° A0307   (n°1 sur 1) 
Comparaison avec d’autres notices : Roger tue Eriphile & arrive chez Alcine (RolFur Franceschi 1584 ch7) - G. Porro // Alcine et Roger s’avouent leur passion mutuelle - Fragonard // Roger et Alcine - Rutilio Manetti // Renaud et Armide - le Dominiquin // Mars et Vénus - Poussin // Apollon découvre Mars et Vénus (Métamorphoses Banier 1767) - Boucher // Vénus et Adonis - Cambiaso // Vénus et Adonis (Métamorphose Lyon 1557) - Bernard Salomon

1. Inscriptions, signatures. 2. Historique, auteur, fabrication, commanditaires. 3. Variantes, œuvres en rapport :
Mentions sur la page en dehors de l’image.
1. Signé et daté en bas à gauche dans le cadre « J. M. Moreau del. 1771 (?) », à droite dans le cadre, « B. L. Prevost Sculp. » 2. Gravure reprise de l’édition Baskerville/Molini, Birmingham et Paris, 1773 où elle portait le titre suivant : Stava Ruggiero in tanta gioja e festa. 3. Comparer avec les représentations de Renaud etAlcine dans le palais d’Alcine : tableau de Rutilio Manetti, dessins de Fragonard (voir liens). L’absence de Mélisse embusquée dans cette gravure de Moreau le jeune est d’autant plus étrange qu’elle renforcerait encore le parallèle avec la scène du chant XVI de la Jérusalem délivrée du Tasse, qui s’inspire visiblement de cet épisode : chez le Tasse en effet, Charles et Ubalde (//Mélisse) assistent cachés à la séduction de Renaud (//Roger) parArmide (//Alcine) ; celle-ci l’a enlevé sur son île au milieu de l’Atlantique pour l’empêcher de servir l’armée croisée de Godefroy qui assiège Jérusalem. Chez le Tasse, Charles et Ubalde sont envoyés par Godefroy pour ramener Renaud au combat, comme dans l’Arioste Mélisse est envoyée par Bradamante pour ramener Roger à elle. C’est à chaque fois en faisant honte au jeune homme de sa tenue efféminée que les messagers suscitent en lui protestation virile et sursaut de vertu... La représentation du couple formé par Roger et Alcine, Renaud et Armide, ou même Mars et Vénus (voir la gravure de Boucher pour les Métamorphoses d’Ovide, éd. Bannier, très proche de la nôtre), ou encore Vénus et Adonis, tend dès le XVIIe siècle a constituer un topos iconographique où les personnages sont interchangeables. Le topos est fondé sur l’inversion des codes : posture dominatrice pour la jeune femme, qui domine et enveloppe un jeune homme vêtu ayant mis bas les armes au sens propre (on les distingue parfois à ses pieds) comme au figuré (regard suspendu au regard supérieur de la femme aimée, tunique lâche et ouverte, bras ouverts et abaissés, en position passive).

Analyse de l’image :
        Il semble ici que le thème de Roger au palais d’Alcine ait été contaminé par celui de Renaud dans les jardins d’Armide, emprunté au Tasse. En effet, Roger et Alcine sont généralement représentés dans le palais de la fée, et non dans un bosquet; ils se parlent en principe à l’oreille, jouant au jeu des secrets, au lieu qu’ici Roger assujetti se soumet au regard de sa maîtresse, à la manière du Renaud subjugué imaginé par le Tasse.     Moreau le Jeune tire pleinement parti du dispositif scénique classique, opposant au premier plan la scène proprement dite, dont l’espace restreint est délimité en bas par le ruisseau, en haut par la nuée où batifolent les putti, et à l’arrière-plan, à gauche, par les musiciennes qui accompagnent le jeu des acteurs, comme si l’on assistait à un air d’opéra. Les musiciennes occupent un espace vague, ouvert sur le lointain, ménageant une profondeur indéfinie. Entre les deux espaces, la jeune fille de dos, plongée dans la pénombre, met en abyme l’écran de la représentation, que figurait déjà au premier plan le ruisseau.     Le ruisseau donne peut-être une indication sur le passage précis du chant qui est ici illustré : à la str. 52, Mélisse déguisée en Atlant attend qu’Alcine quitte Roger, installé « lungo un bel rio che discorrea d’un colle » (le long d’un beau ruisseau qui courait depuis une colline, str. 53). Mais nulle trace sur la gravure d’une Mélisse embusquée ! Et qu’est-ce que ce livre placé sous les jambes de Roger ? Est-ce le livre des enchantements d’Alcine, indice pour le spectateur que tout ce qu’il voit n’est qu’illusion des sens ?


Sujet de recherche : Iconographie du Roland furieux
Informations sur l’image :
Auteur du cliché : Paris, Bibliothèque nationale de France
Traitement de l’image : Scanner
Photographie sur papier    Commande n° 2110189 du 22/06/20    Cliché n°
Localisation de la reproduction : Montpellier, Inst. de rech. sur la Renaissance l’âge classique & les Lumières
Reproduction interdite
Informations sur la notice :
Auteur de la notice : Stéphane Lojkine     Date de création : 31/05/2002
Auteur des modifications : Stéphane Lojkine     Date de Modification : 07/04/2016
Les notices sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être reproduites ni faire l’objet de quelque transaction que ce soit sans leur autorisation expresse et écrite.