Utpictura18

Couverture Diderot et le temps

Couverture Le Gout de Diderot

Couverture Fictions de la rencontre : le Roman comique de Scarron

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE L'OEil révolté

Couverture du livre de Richardson Clarisse Harlove, dans l'édition commentée par Stéphane LOJKINE

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE Image et subversion

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE Brutalité et représentation

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE La Scène de roman

Couverture du livre L’Écran de la représentation

Couverture du livre Détournements de modèles
Vient de paraître, Diderot et le temps, Presses universitaires de Provence, 324 p.
Adresse complète
à Toulouse
à Aix

This picture is not the one you were looking for ? Please click on the links on the right (darker text) and enlarge your search by author, date, textual source, subject...etc
Le festin de Balthasar - Rembrandt
Le festin de Balthasar - Rembrandt Auteur : Rembrandt Harmensz (ou Harmenszoon) van Rijn (1606-1669)
Œuvre signée.

Datation : entre 1636 et 1638   (date conjecturale)   (Œuvre datée)

Source textuelle : Daniel 5, 1-29 (Bible de Jérusalem, p. 1551)

Sujet de l’image : Sujet d’histoire sacrée. Le Festin de Balthasar
Dispositif : Scène (espace vague/espace restreint)

Objets indexés dans l’image :
Inscription / La main de Dieu / Les personnages font cercle autour de la scène / Mur de fond / Personnage de dos / Plume tombante / Raisin, vigne / Table

Nature de l’image : Peinture sur toile
Dimensions :  Hauteur 167, * Largeur 209, cm

Lieu de conservation : Londres, The National Gallery, NG 6350 (salle 24)

Bibliographie : Ch. Brown, J. Kelch, P. van Thiel, Rembrandt. Le M. & son at., Flammarion, 1991, p. 185
Notice n° A0232   (n°1 sur 1) 
Comparaison avec d’autres notices : L’enlèvement d’Europe - Véronèse // L’Enlèvement d’Europe (esquisse de New-York) - Véronèse // Tête d’Oriental avec un oiseau de paradis - Rembrandt // Vieillard au bonnet de fourrure (le Père de Rembrandt ?) - Rembrandt // Le Noble oriental, dit aussi le noble slave - Rembrandt // Le Mariage de Samson - Rembrandt // Faust - Rembrandt // Esther, Aman et Assuérus - Jan Steen // Le Festin d’Esther - Lievens

1. Inscriptions, signatures. 2. Historique, auteur, fabrication, commanditaires. 3. Variantes, œuvres en rapport :
Mentions à l’intérieur de l’image (hors signature et date).
1. Signature visible seulement aux ultra-violets : « Rembrand[.] f 163[.] »
2. Acheté en 1964 avec l’aide de l’Art Fund.
3. Rembrandt se serait inspiré d’une copie de l’Enlèvement d’Europe de Véronèse pour la jeune femme de gauche qui renverse sa coupe. Voir liens.

Analyse de l’image :
     Balthasar roi de Babylone, au centre, coiffé d’un turban oriental, préside le banquet qu’il a ordonné avec la vaisselle sacrée du temple de Jérusalem. Au moment où, à droite, une servante allait lui verser à boire, une main surnaturelle inscrit en lettres lumineuses sur le mur derrière lui une formule mystérieuse que seul le jeune prophète juif Daniel saura interpréter.
    Rembrandt suit, pour cette inscription, l’interprétation que son voisin, le rabbin Menasseh ben Israel, proposait dans son livre, le De Terminis vitae : si les devins babyloniens n’ont pas su lire l’inscription divine, ce n’est pas parce qu’ils ne lisaient pas l’hébreu, mais parce que les lettres étaient disposées non horizontalement, comme à l’ordinaire, mais verticalement, en cinq colonnes de trois lettres qu’il fallait lire ainsi, de droite à gauche : MéNE, MéNE, TéQeL, UPhaR SIN, pesé, pesé, compté, divisé (le premier mot est répété, le dernier mot occupe deux colonnes). On sait comment Daniel interpréta le message : tu as été pesé, ton temps est compté, ton royaume sera divisé. Le lendemain, Babylone était prise par les Perses.    Le moment choisi par Rembrandt est le moment où Balthasar se retourne pour lire l’inscription, que la main achève de tracer. Dans son geste de la main gauche, il déséquilibre la servante, qui renverse le vin sur sa manche.    Le tableau superpose deux écrans : l’écran traditionnel, formé par le manteau de Balthsar, sépare un espace restreint, occupé par le roi et par sa servante, de l’espace vague, à gauche, où sont représentés le spectateurs de la scène ; mais il y a aussi l’écran de projection que forme en nhaut à droite le mur, avec son inscription lumineuse. Curieusement, la main de Dieu est une main droite disposée à gauche, comme celle de Balthasar. La main n’écrit donc pas en face d’elle, mais « contre soi », en aveugle, comme un homme écrirait sur son ventre : Rembrandt signifie par là que Dieu est derrière l’écran, et conçoit les lettres lumineuses comme des fentes de derrière lesquelles la lumière divine irradie.


Sujet de recherche : S. Lojkine, Image et subversion, chap. 3 (Le Festin de Balthasar de Rembrandt)
Informations sur l’image :
Auteur du cliché : Londres, The National Gallery
Traitement de l’image : Image Web
Localisation de la reproduction : http://www.nationalgallery.org.uk/ (National Gallery de Londres)
Reproduction interdite
Informations sur la notice :
Auteur de la notice : Stéphane Lojkine     Date de création : 31/05/2002
Auteur des modifications : Stéphane Lojkine     Date de Modification : 09/01/2016
Les notices sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être reproduites ni faire l’objet de quelque transaction que ce soit sans leur autorisation expresse et écrite.