Utpictura18

Couverture Diderot et le temps

Couverture Le Gout de Diderot

Couverture Fictions de la rencontre : le Roman comique de Scarron

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE L'OEil révolté

Couverture du livre de Richardson Clarisse Harlove, dans l'édition commentée par Stéphane LOJKINE

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE Image et subversion

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE Brutalité et représentation

Couverture du livre de Stéphane LOJKINE La Scène de roman

Couverture du livre L’Écran de la représentation

Couverture du livre Détournements de modèles
Vient de paraître, Diderot et le temps, Presses universitaires de Provence, 324 p.
Adresse complète
à Toulouse
à Aix

This picture is not the one you were looking for ? Please click on the links on the right (darker text) and enlarge your search by author, date, textual source, subject...etc
Vue de la vigne Madame à Rome - Robert
Vue de la vigne Madame à Rome - Robert Auteur : Robert, Hubert (1733-1808)

Cette notice fait partie d’une série : Paris, Salon de 1767 (pièce ou n° 110 / 243)

Datation : 1767

Sujet de l’image : Ruine(s)
Dispositif : Petite(s) scène(s) dans un paysage ou une fabrique

Objets indexés dans l’image :
Arcade / Les personnages sont disséminés dans une vue / Pont

Nature de l’image : Peinture sur toile
Dimensions :  Hauteur 52 * Largeur 69,5 cm

Lieu de conservation : Saint-Pétersbourg, Ermitage, inv. n°7593

Bibliographie : Jean de Cayeux, Hubert Robert et les jardins, Herscher, 1987, n° 22, p. 36
Diderot, Salons de 1767-69, éd. Bukdahl, Delon, Lorenceau, Hermann, 1990, Texte p. 345
H. Moulin &, Hubert Robert & Saint-Pétersbourg, Valence Musée & RMN, 1999, fig. 41, p. 172
Notice n° A0197   (n°1 sur 1) 
Comparaison avec d’autres notices : Une cascade tombant entre deux terrasses, au milieu d’une colonnade - Robert // Vue de la villa Madame près de Rome - Nicolas Poussin

1. Inscriptions, signatures. 2. Historique, auteur, fabrication, commanditaires. 3. Variantes, œuvres en rapport :
2. Ce tableau a un pendant, « La Cascade tombant entre deux terrasses, au milieu d’un colonnade », également à l’Ermitage. Les deux tableaux sont regroupés au n°110 du Livret.

Analyse de l’image :
    Livret du Salon de 1767 :
    « Par M. Robert, Académicien.
    101. […]
    110. Deux Tableaux de même grandeur : l’un représentant une Cascade tombant entre deux Terrasses, au milieu d’une Colonnade ; l’autre une Vue de la Vigne-Madame, à Rome.
    111. Deux autres Tableaux ; l’un, un Pont, sous lequel on voit les Campagnes de Sabine, à 40 lieuses de Rome ; l’autre, les Ruines du fameux Portique du Temple de Balbec, à Héliopolis.
    Ces quatre Tableaux ont environ 1 pied 1à pouces de large, sur 1 pied 5 pouces de haut. »
   
    La villa Madame, édifiée pour la princesse Marguerite de Parme au milieu du XVIe siècle sur une colline de la campagne romaine, est représentée ici ruinée et presque à l’abandon.
    L’espace de la toile se divise en trois niveaux : en bas le bassin d’agrément a été transformé en lavoir et colonisé par les lavandières avec leurs enfants. Au milieu, le jardin en terrasse barre la composition en diagonale, avec sa balustrade à demi détruite, réparée à certains endroits par une rembarde de bois. En haut et sur la gauche les loges sont ouvertes avec de grandes arcades intercalées de pilastres qui devaient être à l’origine surmontés de statues : une seule a subsisté avec un tronçon de balustrade.
    La structure géométrale de cet espace est donnée par l’architecture : le bassin, la terrasse, les loges. Le point de vue choisi par H. Robert, d’en bas et de la droite, lui permet d’obtenir une construction en X particulièrement originale, qui fait disparaître les angles droits et gomme la raideur classique du bâtiment.
    Aux trois niveaux de l’espace correspondent trois modes de supplément : débordement de la vie sociale en bas, avec l’intrusion des lavandières et leur sociabilité exubérante, qui suppléent la vie aristocratique à laquelle cette villa était primitivement dédiée ; bricolage de l’architecture au milieu, avec l’installation d’une rampe d’escalier en bois et d’un parapet sur la terrasse qui suppléent les constructions ruinées ; invasion végétale en haut, avec la vigne vierge et les ronces qui colonisent la pierre et l’ornent à la place des statues détruites et des vasques de fleurs manquantes.
    Hubert Robert imagine la ruine : la villa n’a jamais été dans cet état. Il imagine aussi la statue sur le toit.

Informations sur l’image :
Auteur du cliché : Saint-Pétersbourg, Musée de l’Ermitage
Traitement de l’image : Scanner
    Commande n°     Cliché n°
Localisation de la reproduction : Collection particulière
Reproduction interdite
Informations sur la notice :
Auteur de la notice : Stéphane Lojkine     Date de création : 31/05/2002
Auteur des modifications : Stéphane Lojkine     Date de Modification : 09/01/2016
Les notices sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être reproduites ni faire l’objet de quelque transaction que ce soit sans leur autorisation expresse et écrite.